Canadiens

Beaucoup de travail pour Marc Bergevin

Marc Bergevin. Crédit photo Bruce Bennett/Getty Images

Bien que la saison des Canadiens de Montréal vient de se terminer et que les joueurs tombent en vacances, c’est le moment de l’année où le directeur général de la formation Marc Bergevin doit travailler le plus fort, puisqu’il doit préparer la prochaine saison qui arrive à grands pas. Les camps d’entrainement prendront leurs envols dès la mi-septembre et, pour ce faire, voici ce que Marc Bergevin devra faire au cours des prochaines semaines.

Prolonger Dominique Ducharme

Photo: Graham Hughes La Presse canadienne

Les Canadiens de Montréal se sont rendus à la finale de la Coupe Stanley, et, que l’on adhère ou non à ses idéologies, l’entraîneur-chef par intérim Dominique Ducharme y est pour beaucoup. L’équipe a été complètement différente de la saison régulière et elle a été dominante. Grâce à ses résultats, il mérite grandement de se faire retirer le titre d’instructeur intérimaire et recevoir officiellement le poste d’entraîneur-chef des Canadiens de Montréal avec un contrat en bonne et due forme de trois ans.

Préparer le repêchage d’expansion

Le repêchage d’expansion permettra au Kraken de Seattle de se bâtir une formation en vue de la prochaine saison. L’équipe de Ron Francis tentera de faire comme les Golden Knights de Vegas et atteindre la finale de la Coupe Stanley à sa première année. Les équipes devront donc se préparer à perdre un joueur, à l’exception des Golden Knights. Marc Bergevin a plusieurs options qui s’ouvrent à lui.

Il y a deux façons de protéger les joueurs pour les équipes. Il y a l’option de huit joueurs et un gardien, ou la protection de sept attaquants, trois défenseurs et un gardien. Pour les Canadiens, Brendan Gallagher, Jeff Petry et Carey Price sont protégés obligatoirement en raison de leur clause de non-mouvement. Il y aura un choix déchirant à faire pour Marc Bergevin. Est-ce qu’il préfère offrir Ben Chiarot ou Joel Edmundson à Seattle? S’il décide de protéger les deux, un centre entre Phillip Danault, Jesperi Kotkaniemi ou Jake Evans devra être sur la liste dans laquelle Seattle pourrait piger.

À l’attaque, on peut imaginer que les trois premiers attaquants qui seront protégés sont Brendan Gallagher, Josh Anderson et Tyler Toffoli. Si uniquement trois défenseurs sont protégés, il y a quatre autres attaquants qui peuvent être protégés, donc on peut inclure Danault, Kotkaniemi, Evans et Byron ou Lehkonen. Ce faisant, l’un des top-4 à la défensive sera sacrifié. Si Bergevin préfère protéger ses quatre défenseurs, uniquement un des cinq attaquants nommés plus haut sera protégé.

Bref, une grosse décision attendra Marc Bergevin, puisqu’il y a de grandes chances qu’un joueur d’impact quitte l’équipe, à moins d’une entente à l’amiable entre les deux DG, qui pourrait coûter un choix de première ronde aux Canadiens pour s’assurer de perdre un joueur avec une moins grande importance.

Préparer le repêchage de la LNH

À moins d’une transaction, les Canadiens vont repêcher au 30e rang lors du prochain repêchage. Cette année, choisir sera extrêmement difficile, car une grande majorité des joueurs junior au Canada n’ont pas joué beaucoup de parties. La OHL n’a jamais joué, tandis que la WHL a eu une saison très courte. Seule la LHJMQ a eu une saison presque normale. Toutefois, les statistiques des joueurs et des équipes de cette ligue étaient faussées par la force ou les faiblesses des rivaux qu’ils affrontaient afin de limiter les voyages. Les équipes des Maritimes y restaient, et il n’y avait pas de match extra-division, donc si la meilleure équipe affrontait la pire plus d’une dizaine de fois, les joueurs ont obtenu des statistiques individuelles en conséquence.

Repêcher dans la LCH peut être très risqué cette année puisqu’un joueur au niveau junior canadien doit signer avec son équipe professionnelle maximum deux saisons après avoir été sélectionné. Dans une année où les joueurs n’ont pas beaucoup joué, ce ne sera que des paris risqués pour certaines équipes de choisir dans les ligues juniors canadiennes.

La Ligue de hockey junior majeure du Québec devrait être bien représentée par les équipes de la LNH, dont les Canadiens de Montréal, qui ont sûrement vu les seuls joueurs juniors canadiens jouer dans leur cour.  

Les signatures pour 2021-2022

Crédit photo : Martin Chevalier

Il y a sept attaquants qui seront sans contrat pour la prochaine saison. Parmi eux, il y a Phillip Danault qui doit absolument être signé par Marc Bergevin. Même si plusieurs critiquent le fait qu’il ne marque pas suffisamment de points, sa contribution défensive qui consiste à arrêter les meilleurs attaquants adverses fait de lui un atout indispensable au tricolore et le signer à long terme est essentiel. Il sera grandement demandé s’il se retrouve sur le marché. Un contrat un peu supérieur à Jean-Gabriel Pageau avec les Islanders (6 ans/5 millions par année) ne serait pas surprenant.

Corey Perry est également joueur autonome et même s’il avait débuté la saison 2020-2021 sur l’équipe réserve, sa place dans la formation est maintenant indispensable. Il doit revenir. Il avait signé un contrat de 750 000 $ pour la dernière saison, donc un contrat à 900 000 $ pourrait très bien se conclure entre lui et les Canadiens.

Joel Armia sera aussi en demande sur le marché, et les Canadiens devront se demander s’il est mieux de le conserver ou de le laisser aller. En séries éliminatoires, il a eu un grand impact sur le quatrième trio et son style de jeu se glisse très bien dans le système de Dominique Ducharme. Il serait un atout, mais le plafond salarial pourrait forcer Bergevin à le laisser aller.

Jesperi Kotkaniemi et Arturri Lehkonen sont les deux seuls attaquants dans le grand club qui sont joueurs autonomes avec restriction, donc il n’y a pas de presse de leur côté, mais ils devront être signer à leur juste valeur. Est-ce que Kotkaniemi pourrait signer un contrat de transition?

Sur leur départ?

Eric Staal et Tomas Tatar ne seront peut-être pas de retour, mais leur présence devra être remplacée, puisque Staal a amené de l’expérience à la position de centre, ce que Kotkaniemi, Evans et Suzuki n’ont pas. Tomas Tatar a quant à lui fait plus de 60 points à sa dernière saison complète avec les Canadiens. Ce sera un marqueur qui devra le remplacer pour que les Canadiens gagnent des matchs.

À la ligne bleue

Heureusement, Jon Merrill et Erik Gustafsson ne seront probablement pas de retour avec Montréal. Ils devront quand même être remplacés, car ils étaient dans la formation en séries éliminatoires. L’équipe n’a pas semblé avoir confiance en Kulak et Romanov, est-ce un signe qu’ils n’auront pas un impact la saison prochaine? Si oui, Montréal devra aller se trouver des défenseurs prêts à jouer de grosses minutes pour aider la brigade défensive.  

Qui est disponible sur le marché?

Photo: Nick Wass Associated Press

Plusieurs joueurs autonomes sans compensation sont intéressants cette année. À l’attaque, le dossier Alexander Ovechkin sera à surveiller, puisque s’il quitte Washington, il aidera grandement sa nouvelle équipe avec l’objectif de remporter la Coupe Stanley. Il y a quelques excellents joueurs de centre d’expérience, tels que Ryan Getzlaf, David Krejci, Paul Statsny ou Mathieu Perreault si Eric Staal ne revient pas à Montréal. Taylor Hall et Gabriel Landeskog seront également grandement intéressants pour jouer sur les ailes, tout comme Kyle Palmieri et Brandon Saad.

À la défensive, il y a beaucoup de choix, notamment Dougie Hamilton, Ryan Murray, David Savard, Alec Martinez et plusieurs autres. Si Marc Bergevin décide de transiger Kulak, ou se fait prendre un défenseur lors du repêchage d’expansion, il y aura d’excellents candidats pour rendre la défensive des Canadiens encore plus dominante.

Trouver un entraîneur à Laval

Joel Bouchard a décidé de quitter l’organisation des Canadiens de Montréal et son emploi avec le Rocket de Laval. Cette nouvelle, qui a eu l’effet d’une bombe, laisse donc le poste vacant derrière le banc du Rocket à seulement deux mois du prochain camp d’entrainement. Qui sera le successeur de Bouchard? Un nom qui vient en tête de lice est celui d’Alexandre Burrows qui a été adjoint à Laval avant d’aller adjoint à Dominique Ducharme.

Sinon, il est possible de regarder du côté de Syracuse où il y a peut-être un membre du trio d’entraîneur québécois qui pourrait vouloir être l’instructeur du Rocket. Benoit Groulx, Gilles Bouchard et Éric Veilleux dirigent le club-école du Lightning et un de ces trois entraîneurs pourrait très bien diriger le Rocket.

Sinon, dans la LHJMQ, il y a un grand nombre d’excellents entraîneurs qui pouvant monter au niveau de la LAH. Que ce soit Serge Beausoleil avec Rimouski, Yanick Jean avec Chicoutimi, le directeur général Philippe Boucher ou l’entraîneur-chef Steve Hartley des Voltigeurs, ou bien finalement Louis Robitaille avec les Olympiques de Gatineau.

Ailleurs, il y a également Guy Boucher qui serait grandement qualifié pour le poste s’il veut revenir derrière un banc, même s’il serait surprenant qu’il veuille retourner dans la LAH.

***

Surlebanc.ca est avant tout un podcast que l’on peut écouter sur plusieurs plateformes, entre autres sur sa page Facebook

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fondé en avril 2017, SurLeBanc.ca est un média sportif géré par des étudiants en communication qui souhaitent partager leur amour pour le sport par le biais d’articles, de productions radiophoniques et de reportages audiovisuels. Notre équipe prône une approche offrant davantage de visibilité aux sports en développement et aux athlètes à découvrir. Après tout, être près de l’action, c’est aussi de raconter des histoires, et ce, peu importe le parcours de l’individu!

Facebook

Copyright © 2015 Flex Mag Theme. Theme by MVP Themes, powered by Wordpress.

Retour en haut