Canadiens

Place à la finale de la Coupe Stanley

Crédit photo : Vincent Éthier

Le mois de juin tire à sa fin et la coupe Stanley n’a pas encore été remportée, mais la grande finale débute le lundi 28 juin entre les Canadiens de Montréal et le Lightning de Tampa Bay. Montréal a vaincu les Golden Knights le soir de la Saint-Jean grâce à un but d’Arturri Lehkonen pour obtenir son billet pour la finale de la coupe pour la première fois depuis 1993.

Ils vont affronter Tampa Bay qui a éliminé les Islanders de New York en sept rencontres.

Voici quelques informations à se souvenir concernant ce troisième tour éliminatoire fort en émotion.

Une étoile est née en série

Cole Caufield n’avait pas commencé les séries contre les Maple Leafs de Toronto, mais, de fil en aiguille, il a fait sa place et il a été un rouage important pour les Canadiens lors des deux premiers tours même s’il n’avait pas amassé de but.

Cole Caufield. Crédit photo : Getty images

C’est lors du premier match contre Vegas que celui-ci a commencé à ouvrir la machine. En six rencontres, il a inscrit quatre buts, dont trois qui étaient magnifiques.

Caufield est partout sur la patinoire. Il est sans contredit l’un des joueurs les plus électrisants des Canadiens depuis fort longtemps. Il est d’ailleurs le premier attaquant de l’histoire à remporter la médaille d’or au Championnat de hockey junior et participer à la finale de la Coupe Stanley la même année. Autre petit rappel à propos de Caufield : il est possible pour lui d’être en nomination pour le trophée Calder la saison prochaine, assez incroyable dans son cas.

L’offensive complètement absente

Pour les deux équipes qui se sont faites éliminer, les attaquants n’ont pas réussi à provoquer de l’étincelle. Cela leur a couté la victoire à leur équipe face à des gardiens excellents. En effet, les Golden Knights de Vegas n’ont pas eu l’aide de leurs meilleurs attaquants pour réussir à vaincre les Canadiens, inscrivant seulement 5 des 13 buts de l’équipe. Ce n’est vraiment pas suffisant pour vaincre une équipe en séries.

Seuls Max Pacioretty et Reilly Smith ont inscrit des buts en étant sur les premiers trios des Knights. Mark Stone, Alex Tuch, Jonathan Marchessault et William Karlsson n’ont tout simplement rien fait. C’est très décevant comme prestation. À l’inverse, la défensive des Canadiens a été impressionnante! Par ailleurs, le désavantage numérique des Canadiens n’a accordé aucun but lors de cette série.

Du côté des Islanders de New York, leur offensive a aussi été problématique puisque seulement huit joueurs ont inscrit des filets lors de la série face aux Lightning. Huit marqueurs différents se sont partagé les neuf buts de New York en sept matchs, ce qui n’est vraiment pas suffisant. Est-ce que le style défensif des Islanders leur a joué un tour ou bien c’est la brigade défensive du Lightning qui a fait un excellent travail? Dans tous les cas, les Islanders n’ont pas livré la marchandise à l’offensive.

Deux histoires de gardiens

Andreï Vasilevskiy

Pour le Lightning de Tampa Bay, Andreï Vasilevskiy s’inscrit dans le livre des records de la LNH. Le cerbère du Lightning a éliminé une équipe par blanchissage lors de quatre séries consécutives. Il avait blanchi les Stars de Dallas l’an dernier en finale lors du match décisif, de même que les Panthers de la Floride lors du sixième match en première ronde et les Hurricanes lors de la deuxième ronde. Ces trois séries s’étaient terminées par la marque de 2 à 0 lors du sixième match, puis il a sorti les Islanders en sept matchs, mais cette fois-ci par la marque de 1 à 0.

On peut se dire que c’est banal et que c’est un travail d’équipe, mais il faut admettre que, s’il réussit aussi souvent cet exploit, ça veut dire que Vasilevskiy est très clutch et qu’il est capable de gérer la pression et être décisif lors d’un moment important.

Carey Price

Le gardien des Canadiens avait été excellent face aux Maple Leafs et les Jets de Winnipeg. Contre les Golden Knights, il a encore une fois monté son jeu d’un cran et il a été encore plus spectaculaire volant des buts certains lors de toutes les rencontres.

Crédit photo : Vincent Éthier

Carey Price est en mission et il est la raison pourquoi Montréal se rend aussi loin.

Marc-André Fleury et Robin Lehner

Après avoir concédé l’un des pires buts de sa carrière, Marc-André Fleury a par la suite vu Josh Anderson donner la victoire aux Canadiens lors du troisième match en prolongation. L’entraîneur de Vegas avait alors changé de gardien pour le quatrième match. Lehner a très bien fait lors de ce match, mais Peter DeBoer est revenu avec Fleury pour la cinquième rencontre, match qu’il a encore une fois perdu. La chaise musicale a donc continué pour les Golden Knights et c’est Robin Lehner qui est revenu pour le match six. Cependant, il a peut-être fait une gaffe puisqu’il avait mentionné qu’il connaissait les habitudes et les manies de Cole Caufield, donc qu’il savait où il allait tirer. Est-ce que ça s’est tourné contre lui, mais Cole Caufield s’est échappé et l’a battu facilement pour donner les devants à Montréal.

Bref, la gestion des gardiens a été longtemps contestée à Vegas, comme si ce n’était jamais le meilleur au bon moment.

L’arbitrage

Bien qu’il n’y eût pas eu tant de controverse concernant les arbitres lors des deux premiers tours, autant dans la série des Canadiens face au Golden Knights que dans la série entre les Islanders et le Lightning, les arbitres ont été fortement critiqués par les partisans. En fait, est-ce « les arbitres » ou Chris Lee le problème? Dans la série entre Vegas et Montréal, les partisans des deux équipes critiquaient le travail des officiels mentionnant qu’ils aidaient l’équipe adverse. Lors des matchs #3 et #4, Chris Lee et Dan O’Rourke ont complètement perdu le contrôle des matchs, n’octroyant pas de pénalités, provoquant une grogne générale, autant chez les joueurs que chez les partisans.

Cette gestion des officiels fait en sorte qu’il est encore une fois questionnable à savoir si le livre des règlements est uniquement bon pour la saison régulière ou les mêmes pénalités doivent être appelées en éliminatoires. Plusieurs directeurs généraux de l’ancienne garde sont en faveur d’un laisser-aller des arbitres afin qu’ils n’interviennent pas dans l’action pour ne pas influencer les rencontres. D’autres directeurs généraux, de la nouvelle école eux, considère que les arbitres devraient punir tous les gestes répréhensibles comme dans la NFL où peu importe le temps qu’il reste, d’où le jeu se situe sur le terrain où même si le match est important, la majorité du temps, toutes les pénalités seront appelées, même si ce n’est pas dans le jeu immédiat.

***

Surlebanc.ca est avant tout un podcast que l’on peut écouter sur plusieurs plateformes, entre autres sur sa page Facebook.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fondé en avril 2017, SurLeBanc.ca est un média sportif géré par des étudiants en communication qui souhaitent partager leur amour pour le sport par le biais d’articles, de productions radiophoniques et de reportages audiovisuels. Notre équipe prône une approche offrant davantage de visibilité aux sports en développement et aux athlètes à découvrir. Après tout, être près de l’action, c’est aussi de raconter des histoires, et ce, peu importe le parcours de l’individu!

Facebook

Copyright © 2015 Flex Mag Theme. Theme by MVP Themes, powered by Wordpress.

Retour en haut