Canadiens

Dominique Ducharme : succès ou échec?

Photo: Graham Hughes La Presse canadienne

Les Canadiens de Montréal se sont écroulés à partir du mois de février et cette descente aux enfers a coûté l’emploi des entraîneurs Claude Julien et Kirk Muller, ce qui a fait en sorte que Dominique Ducharme a été nommé entraîneur-chef par intérim. Il y avait de grandes attentes envers cet entraîneur qui avait gagné à tous les niveaux.

Quel bilan devons-nous dresser de son ascension comme entraîneur-chef dans la LNH? Une conclusion assez mitigée.

L’équipe de Claude Julien

Bien que l’on dise que tous les entraîneurs derrière le banc s’entendent pour dire la même chose et qu’ils adhèrent aux mêmes systèmes, ce n’est jamais vraiment la réalité. Que Dominique Ducharme le dise ou non, la formation en début d’année était celle de Claude Julien et de Marc Bergevin. C’est donc dire qu’il n’avait pas choisi quels joueurs faisaient partie de son alignement. Ce n’est peut-être qu’une coïncidence, mais, lorsqu’il est arrivé en poste, on se souvient que c’est Arturri Lehkonen qui était laissé de côté régulièrement, ce qui n’arrivait jamais sous l’ère Claude Julien.

On peut également se dire que, si c’est la même équipe, les joueurs qui ne performaient pas sous Julien n’allaient pas se trouver une paire de mains ou du talent chez Canadian Tire. Les joueurs qui ont un talent limité auront le même problème, peu importe qui sera l’entraîneur-chef.

Autre problème : la COVID-19

Il y a eu plusieurs personnes qui parlaient de la saison des Canadiens, mais qui ne s’entendaient pas à propos du calendrier. Certains disaient que Montréal avait un calendrier beaucoup plus difficile, et d’autres mentionnaient que les sept équipes canadiennes avaient les mêmes problèmes et la même manière de gérer le calendrier.

Toutefois, Montréal a eu un grand désavantage comparativement aux autres équipes de la division. Montréal a eu sa semaine de congé très tôt dans l’année, ce qui n’est pas un problème en soi, sauf que, lorsque deux joueurs des Canadiens se sont trouvés sur la liste COVID, Montréal s’est fait imposer une autre semaine de congé obligatoire, faisant en sorte qu’entre le mois d’avril et la mi-mai, Montréal n’aura jamais eu de séance d’entraînement et ils se sont fait imposer des matchs tous les deux jours.

Les autres équipes canadiennes n’ont pas eu cette contrainte. Ce problème fait que l’entraîneur ne peut pas enseigner des jeux et ne peut aider les jeunes joueurs à se développer ou s’améliorer. De plus, les vétérans étaient brûlés et exténués.

Dominique Ducharme s’est donc fait critiqué pour avoir amené en séries une équipe complètement désynchronisée, mélangée et fatiguée.

Fin de saison inacceptable

Toutefois, il y a la manière de jouer qui fait que le bilan de Dominique Ducharme est plutôt sombre. L’équipe est amorphe depuis la mi-février. La plupart du temps, l’équipe n’est pas de taille et se fait facilement battre par des équipes plus faibles au classement. Bien sûr, ces matchs font partie du calendrier, mais ce sont grâce aux premiers matchs de la saison que Montréal a fait les séries, sinon ils les auraient ratés par beaucoup.

En séries éliminatoires, l’équipe a bien commencé contre Toronto avec une victoire lors du premier match, mais a joué de façon inacceptable lors des autres rencontres, ne se présentant même pas lors des matchs #3 et #4 au Centre Bell.

D’autant plus, il y a un entêtement du groupe d’entraîneurs pour faire jouer des vétérans au détriment de certains joueurs. Cole Caufield est le prochain visage de la formation et il est l’attaquant qui a le plus de talent brut. La décision de ne pas le faire jouer lors du premier match a joué en faveur de Ducharme avec la petite victoire, mais, avec Caufield, la série serait probablement fort différente, car lorsqu’il a la rondelle, le jeu se déroule toujours dans le territoire offensif.

Alexander Romanov

Il y a également un problème à la ligne bleue où Alexander Romanov ne fait que perdre de la confiance et n’est plus de la formation au profit de Jon Merrill. En 13 matchs, le défenseur acquis des Red Wings a une fiche de -11. Il a de sérieux problèmes de positionnement et ne contribue en rien à l’offensive. Tasser la jeunesse et le talent de Romanov au détriment de ce vétéran pose grandement problème pour plusieurs observateurs.

Pire encore : lors du cinquième match contre Toronto, Erik Gustafsson remplacera Brett Kulak plutôt que le Russe. C’est donc dire que le troisième duo de défenseur sera Gustafsson et Merrill…

Bilan de Ducharme

Sans vouloir le défendre, il n’a pas hérité de la situation la plus facile. Peu d’entraîneurs-chefs ont été congédiés cette saison en raison des complexités dues à la COVID-19. Cependant, les problèmes des Canadiens depuis l’arrivée de Ducharme n’ont pas vraiment de lien avec la situation pandémique et il ne semble pas être en mesure d’empêcher la débandade.

On dit de lui qu’il est excellent avec les jeunes, mais les jeunes ne jouent plus ou en sont à leurs pires moments en carrière et on se dit qu’ils ne peuvent pas être plus mauvais. Bref, il sera intéressant de voir si Ducharme va garder son poste ou s’il devra laisser sa place du poste d’entraîneur-chef.

***

Sur Le Banc est avant tout un podcast que l’on peut écouter sur plusieurs plateformes, entre autres sur notre page Facebook.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fondé en avril 2017, SurLeBanc.ca est un média sportif géré par des étudiants en communication qui souhaitent partager leur amour pour le sport par le biais d’articles, de productions radiophoniques et de reportages audiovisuels. Notre équipe prône une approche offrant davantage de visibilité aux sports en développement et aux athlètes à découvrir. Après tout, être près de l’action, c’est aussi de raconter des histoires, et ce, peu importe le parcours de l’individu!

Facebook

Copyright © 2015 Flex Mag Theme. Theme by MVP Themes, powered by Wordpress.

Retour en haut