Hockey

Les grands oubliés | Viktor Arvidsson

Viktor Arvidsson a été un choix de 4e tour par les Predators, plus précisément la 112e sélection du repêchage de 2014. Il avait été ignoré en 2012 et en 2013. Aujourd’hui, plusieurs formations doivent s’en mordre les doigts, tandis que David Poile et l’équipe de recruteurs amateurs des Preds doivent être fiers de cette trouvaille.

Si on se fie aux statistiques qu’il a compilé avec le club de Skelleftea, sa ville natale, on était loin de se douter qu’il deviendrait un grand marqueur dans la LNH. Après avoir récolté 12 points en 56 matchs à ses trois premières campagne, Arvidsson a connu une dernière saison du tonnerre avec 40 points en 50 matchs en 2013-2014. C’est au terme de celle-ci que les Predators ont pris une chance avec lui.

Par la suite, le petit attaquant de 5 pieds 9 pouces amorça son parcours professionnel en Amérique du Nord avec les Admirals de Milwaukee. Sa première saison fut fructueuse avec 55 points, dont 22 buts en 70 parties. Lors de cette même saison 2014-2015, il dispute ses six premiers matchs dans la LNH, ne récoltant aucun point.

L’éclosion

La saison suivante, il fait le saut à temps plein dans la grande ligue, jouant 56 matchs. Il termina l’année avec huit filets et 16 points. Toutefois, la véritable éclosion d’Arvidsson survient en 2016-2017 sous les ordres de Peter Laviolette.

Lors de ce calendrier régulier, l’attaquant obtient 31 buts et 61 points en 80 matchs, en plus de maintenir un bon différentiel de +16. Il a également eu un impact dans les deux sens de la patinoire lors du long parcours éliminatoires des Preds qui s’est soldé par une défaite en six parties aux mains des Penguins de Pittsburgh en finale de la Coupe Stanley.

Son instructeur avait d’ailleurs déclaré que le Suédois avait été son joueur d’attaque le plus complet lors de ce tournoi printanier. Des propos très élogieux à l’endroit d’un joueur qui était un inconnu il y a quelques années à peine. Il récidiva en 2017-2018 avec une deuxième saison consécutive de 61 points, dont 29 filets ainsi qu’un autre excellent différentiel de +20.

Le Scandinave a poursuivi sur sa belle lancée cette année avec sa meilleure récolte de buts (34). Il termine encore dans le positif dans le ratio de +/- avec un +12. Il a toutefois été invisible en séries avec aucun point en six parties et une implication laissant à désirer. Il s’agit du seul faux bond de sa jeune carrière dans le circuit Bettman.

En conclusion, Viktor Arvidsson est l’un des très bons franc-tireurs de la LNH. Il est une pièce maîtresse de cette attaque des Predators de Nashville. On l’oublie trop souvent, car il est moins populaire que Filip Forsberg ou Ryan Johansen. Pour moi, Arvidsson est l’attaquant le plus complet de cette formation.

C’est pour cette raison que Peter Laviolette l’emploi à toutes les sauces. On peut affirmer sans se tromper que Viktor Arvidsson fut un véritable vol! Il est tout un joueur de hockey qui vaut la peine de voir à l’oeuvre et qui mérite d’être reconnu à sa juste valeur. À 4,25 millions annuellement pour encore cinq ans, il représente l’une des plus grandes aubaines de la LNH.

À la semaine prochaine pour découvrir un autre joueur sous-évalué dans le circuit Bettman!

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fondé en avril 2017, SurLeBanc.ca est un média sportif géré par des étudiants en communication qui souhaitent partager leur amour pour le sport par le biais d’articles, de productions radiophoniques et de reportages audiovisuels. Notre équipe prône une approche offrant davantage de visibilité aux sports en développement et aux athlètes à découvrir. Après tout, être près de l’action, c’est aussi de raconter des histoires, et ce, peu importe le parcours de l’individu!

Facebook

Copyright © 2015 Flex Mag Theme. Theme by MVP Themes, powered by Wordpress.

Retour en haut