Alouettes

Cahier de jeux | Déplumés, les Alouettes doivent rebondir

THE CANADIAN PRESS/Peter McCabe

Le match contre les Tiger-Cats a été une catastrophe pour les Alouettes de Montréal vendredi dernier. L’attaque des Alouettes a encore été amorphe et, après un quart, le plus gros gain à l’attaque a pratiquement été obtenu à cause d’une pénalité des TiCats.

Les Moineaux seront à Ottawa le 3 septembre, soit une semaine après cette défaite de 27-10. Ce sera déjà un match crucial, puisqu’avec une défaite, Montréal se positionnerait en dernière position dans la conférence de l’Est sans avoir affronté la meilleure équipe, Toronto, d’autant plus qu’ils ne pourraient avoir le bris d’égalité contre Hamilton. Ce serait donc un début de saison quasi fatale pour l’équipe montréalaise. Après un bon début face à Edmonton, une défaite très difficile face aux Stampeders, le match contre Hamilton n’a pas été mieux.

Les Alouettes contre Hamilton

Lors de l’affrontement face aux Tiger-Cats devant 14 753 spectateurs au Stade McGill, la défensive a été excellente, et même dominante. Cette défensive n’est pas à blâmer pour les touchés concédés. La marque finale de 27-10 pour l’équipe ontarienne a été obtenue en raison notamment de leurs unités spéciales qui ont surclassé celles des Alouettes. En comparaison, Frankie Williams des Tiger-Cats a retourné cinq bottés de dégagement pour 100 verges. C’est donc dire qu’il y avait 20 verges par retour en moyenne sans compter les pénalités. Du côté des Alouettes, le retourneur Mario Alford a retourné pour 19 verges au total dans tout le match. En d’autres mots, il n’égalise même pas la moyenne de l’autre retourneur avec ses verges totales.

De plus, sur les retours de bottés d’envoi, Frankie Williams a encore été excellent avec 28 verges en moyenne par retour, pour un total de 84 verges en trois occasions.

Montréal n’a pas réussi à arrêter ce retourneur, qui n’est même pas le joueur étoile à cette position, puisque c’est Brandon Banks qui fait mal aux équipes adverses d’habitude sur les unités spéciales.

La défaite n’est toutefois pas seulement applicable aux unités spéciales, puisque les Alouettes n’ont pas concédés de point lors des retours. Mais avec des actions qui commençaient souvent dans le territoire adverse, Hamilton avait la chance de traverser le terrain plus rapidement.

Les problèmes à l’attaque des Alouettes

Photo: Graham Hughes La Presse canadienne

Un autre facteur qui explique la défaite humiliante des Alouettes est l’unité à l’attaque. Vernon Adams Jr. tente de trop en faire, puis les receveurs échappent des ballons faciles à capter. Que ce soit les receveurs ou le quart-arrière, c’est extrêmement décevant et il faudra rapidement trouver le moyen de se ressaisir. Peu importe à qui la faute, seulement 16 des passes d’Adams Jr. ont été captées durant ce match. Du côté des receveurs, BJ Cunningham est celui qui a fait le plus de distance avec le ballon, et ce n’est que 59 verges, ce qui est trop peu.

Le plus grand échec du match est le jeu au sol. Hamilton avait la pire fiche contre le jeu au sol de la ligue et, malgré tout, William Stanback n’a vraiment pas été convaincant en amassant que 40 verges au sol en 12 courses. Il a donc couru en moyenne 3,3 verges, et sa plus longue course est un jeu de 9 verges. Dans la LCF, si le jeu au sol d’une équipe ne fonctionne pas, c’est impossible qu’elle remporte la victoire.

Prochain match à Ottawa

Le prochain match des Alouettes sera à Ottawa contre le Rouge et Noir d’Ottawa. Montréal devra remporter la victoire afin de ne pas se creuser un écart. Ottawa n’est pas favori pour terminer en haut du classement, et Montréal doit réussir à battre le Rouge et Noir, puisqu’ils vont s’affronter à quatre reprises cette année. Ces matchs seront pivots, puisqu’en remportant trois ou quatre matchs contre eux, les séries pourraient être pratiquement assurées. C’est aussi de dire que l’autre équipe aura trois ou quatre défaites, ce qui les empêcheront de se qualifier.

Le prochain match des Alouettes

Notons que ce premier duel entre les deux équipes aura lieu à Ottawa le vendredi 3 septembre à 19h30.

***

Surlebanc.ca est avant tout un podcast que l’on peut écouter sur plusieurs plateformes, entre autres sur sa page Facebook.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fondé en avril 2017, SurLeBanc.ca est un média sportif géré par des étudiants en communication qui souhaitent partager leur amour pour le sport par le biais d’articles, de productions radiophoniques et de reportages audiovisuels. Notre équipe prône une approche offrant davantage de visibilité aux sports en développement et aux athlètes à découvrir. Après tout, être près de l’action, c’est aussi de raconter des histoires, et ce, peu importe le parcours de l’individu!

Facebook

Copyright © 2015 Flex Mag Theme. Theme by MVP Themes, powered by Wordpress.

Retour en haut