Hockey

Le Lightning est sacré champion de la Coupe Stanley !

Photo par Elsa/Getty Images

Le Lightning de Tampa Bay est parvenu à remporter une première Coupe Stanley depuis 2004. À l’époque, Martin St-Louis, Vincent Lecavalier, Dan Boyle et Brad Richards avaient mené l’équipe de la Floride à leur première conquête. 16 ans plus tard, Brayden Point, Yanni Gourde, Nikita Kucherov, puis Victor Hedman ont permis au Lightning de soulever le précieux trophée. Cette équipe était précédemment passée très près de devenir championne en 2015, mais le Lightning n’avait pas réussi à vaincre la dynastie des Blackhawks de Chicago.

Le Lightning devait vaincre les Stars

Pour pouvoir soulever la Coupe Stanley, le Lightning a dû éliminer la dernière équipe en vie, soit les Stars de Dallas. Les prédictions étaient faites, il ne restait qu’à regarder le spectacle. L’équipe du Texas était tout un défi puisque Jamie Benn, Joe Pavelski et Anton Khudobin étaient un vrai rouleau compresseur lors des rondes précédentes. Khudobin bloquait tout, Benn était le grand leader qu’il se devait être et Joe Pavelski était en mission. Toutefois, en finale, Anton Khudobin, après avoir été exceptionnel lors du premier match, a connu plusieurs ratés et n’était plus aussi confiant devant son filet.

En additionnant le manque de constance de Khudobin, puis l’absence des leaders offensifs chez les Stars, il n’en fallait pas tant pour que le Lightning s’impose et, malgré qu’ils eurent tiré de l’arrière dans la série après le premier match, ils ont gagné les trois suivants. Corey Perry avait marqué en prolongation pour permettre aux Stars de rester en vie, mais le match #6 a finalement couronné Tampa Bay grâce à une victoire de 2 à 0.

Joe Pavelski Photo : Getty Images

Toutefois, chez les Stars, si l’on peut trouver du positif, Joe Pavelski a dépassé Maurice Richard comme étant le meilleur marqueur en une année éliminatoire après 36 ans. Il est aussi devenu le meilleur marqueur en séries éliminatoires pour un joueur né aux États-Unis avec 61 buts.

Bref retour sur la finale

Tel que mentionné un peu plus haut, c’est Dallas qui avait remporté le premier match de cette finale, et ce, de façon décisive, alors que plusieurs héros obscurs ont marqué pour Dallas. Lors de ce match, l’ancien des Canadiens Joel Hanley, le frère de la championne olympique Penny Oleksiak, Jamie, puis le héros du 7e match contre le Colorado Joël Kiviranta ont marqué des gros buts. Toutefois, le reste de la série est l’affaire de Brayden Point et Nikita Kucherov qui ont été dominants. Deux vrais joueurs étoiles alors qu’ils ont eu des points dans toutes les victoires du Lightning en finale. Andrei Vasilevskiy, quant à lui, a été sans faille, complètement dominant.

La défensive du Lightning n’a rien laissé passer et Tampa a enfin réussi à terminer ce qu’ils ont commencé. Ils n’ont pas « chocké » et ils ont gagné! Tampa a notamment réussi à faire payer l’indiscipline des Stars en marquant 7 fois en 19 occasions en supériorité numérique lors de la finale, bon pour un pourcentage à 36,8%, ce qui est excellent en finale de la Coupe Stanley.

Le Lightning champion

Patrick Maroon, gagnant de la Coupe Stanley avec STL et avec le Lightning Photo Getty images

Tampa soulève donc la Coupe Stanley pour la deuxième fois de leur histoire. Chez le Lightning, il n’y a que Patrick Maroon qui avait soulevé le trophée, soit l’an dernier avec les Blues. Par ailleurs, Maroon est le 7e joueur de l’histoire à faire partie de l’équipe championne de la Coupe Stanley deux saisons de suite avec deux équipes différentes. Il est le premier depuis Cory Stillman alors qu’il avait réalisé l’exploit avec Tampa Bay en 2004, puis la Caroline en 2006 (en raison du lock-out entre les deux saisons). Claude Lemieux l’avait également fait avec le New Jersey en 1995 et le Colorado en 1996.

Pour revenir au Lightning, c’est donc dire qu’il y a plus de 22 nouveaux récipiendaires de la Coupe Stanley, incluant John Cooper, Julien Brisebois, Mathieu Darche et compagnie. Sur la glace, les Québécois Cédric Paquette, Alex Killorn, Yanni Gourde (et Mathieu Joseph, qui n’a toutefois pas joué en série, mais 37 matchs de saison régulière) ramènent la Coupe au Québec.

Retour sur les séries

Au début du mois d’août, plusieurs se demandaient si l’idée de la bulle dans la LNH allait marcher. Certains se questionnaient à savoir si la Coupe Stanley allait avoir la même prestance, avoir la même importance et être aussi prestigieuse que les autres années puisqu’il n’y avait que deux villes d’accueil et que plus de 75 % des équipes avaient la chance de participer aux séries éliminatoires. Et bien, malgré tout, on peut dire que cette année, c’était bel et bien la vraie Coupe Stanley qui a été distribuée, puisque c’était aussi difficile que les autres années, même plus, puisque toutes les équipes partaient avec le même momentum. Les équipes ont joué plus de matchs qu’à l’habitude et dans des conditions beaucoup plus difficiles. Les gagnants de la Coupe Stanley 2020 sont autant gagnants que ceux des années précédentes, et même potentiellement plus.

Quelques statistiques

Nikita Kucherov. Le meilleur joueur du Lightning. Photo : DIRK SHADD Tampa Bay Times

C’est Nikita Kucherov qui termine au premier rang des marqueurs des séries éliminatoires. L’attaquant de puissance du Lightning a devancé son coéquipier Brayden Point d’un seul point. Kucherov termine les séries avec 7 buts et 27 passes pour un total de 34 points. Miro Heiskanen termine les séries en têtes des pointeurs chez les défenseurs avec un impressionnant total de 26 points. Il y a également Victor Hedman qui passe à l’histoire puisqu’il a marqué 10 buts en éliminatoires. Il se classe au 3e rang de l’histoire pour le nombre de buts chez les défenseurs sur une seule édition.

Cela lui permet de remporter le trophée Conn-Smythe. Il s’agit du 11e défenseur lauréat de ce trophée, le premier depuis Duncan Keith avec les Blackhawks de Chicago. Il est le troisième Suédois à remporter ce titre après Nicklas Lidström puis Henrik Zetterberg.

C’est donc dire que la totalité des trophées sont remis dans la LNH: le Ted-Lindsay et le Hart à Leon Drasaitl, le Norris à Roman Josi, le Vézina pour Connor Hellebuyck et le Calder au défenseur Cale Makar. En gagnant la Coupe Stanley, Tampa Bay est la 10e équipe différente à remporter la Coupe Stanley depuis le lock-out de la LNH en 2005. Ce club a maintenant une fiche de deux victoires et une défaite en grande finale. Les Stars sont quant à eux rendus avec une fiche d’une victoire et deux défaites en finales. Ils l’avaient également perdu en 2000. 

Statistique intéressante amenée par Maxime Morin sur les premiers choix au total du repêchage.

Une première dans la LNH

Petite statistique inutile amusante, Andrei Vasilevskiy est le premier gardien de l’histoire à enregistrer 18 victoires en une année éliminatoire. Bon… c’est normal que ce soit la première fois, considérant qu’il ne faut que 16 victoires pour être champion en temps normal. Cette année, les équipes finalistes ont eu cinq rondes plutôt que quatre. Mais bon, c’était une petite statistique amusante que l’on pourra ressortir dans les quiz dans une vingtaine d’années si l’on veut se souvenir de 2020…

Place à l’après-saison

La Coupe Stanley maintenant décernée, il est temps de passer à l’après-saison pour la totalité des équipes. Même si les Canadiens, les Penguins et le Wild n’ont pas arrêté de travailler depuis l’élimination de leurs équipes en faisaient plusieurs mouvements d’effectifs, les 31 équipes devront être prêtes puisque le repêchage de la LNH arrive à grands pas dès le 6 octobre pour la première ronde, et le lendemain midi pour les autres. Deux jours plus tard, le marché des joueurs autonomes arrive puisque dès midi le 8 octobre, les joueurs sans contrat sont libres de discuter avec toutes les équipes, et, cette année (et pour les prochaines saisons également), il n’est plus permis aux équipes de contacter les agents libres et de s’informer avant l’ouverture du marché. Ce n’est qu’à midi que les équipes pourront contacter les agents de joueurs. 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fondé en avril 2017, SurLeBanc.ca est un média sportif géré par des étudiants en communication qui souhaitent partager leur amour pour le sport par le biais d’articles, de productions radiophoniques et de reportages audiovisuels. Notre équipe prône une approche offrant davantage de visibilité aux sports en développement et aux athlètes à découvrir. Après tout, être près de l’action, c’est aussi de raconter des histoires, et ce, peu importe le parcours de l’individu!

Facebook

Retour en haut