Football

NFL 2020 | Analyse de la NFC Nord

Khalil Mack (CHI), Aaron Rodgers (GB), Matthew Stafford (DET) et Adam Thielen (MIN)

Si tout se déroule bien, la saison de la NFL débutera le 10 septembre prochain au Arrowhead Stadium de Kansas City. Afin de se mettre dans le bain, voici le sixième d’une série de huit articles sur les différentes équipes. Celui-ci porte sur la NFC Nord où les résultats s’annoncent serrés où trois équipes aspirent au titre.

Bears de Chicago

Après une saison surprise en 2018, les Bears de Chicago sont redescendus sur terre en 2019. Bien que l’unité défensive a été encore une fois très bonne en 2019, les problèmes offensifs ont considérablement freiné le dynamisme de cette équipe. Elle a d’ailleurs terminé au 29e rang de la NFL pour les verges produites à l’attaque. L’équipe a donc pris certaines décisions afin d’améliorer le jeu de cette unité. Chez les quart-arrières, Matt Nagy a décidé de faire une compétition en gardant Mitchell Trubisky et en allant chercher Nick Foles. La décision a été prise récemment comme quoi Trubisky sera le partant, mais il devra faire beaucoup mieux s’il veut demeurer à son poste. Trubisky n’a jamais suscité l’engouement et son incapacité à s’élever lors des moments importants pourrait jouer contre lui. S’il échoue, l’équipe n’hésitera pas à confier le poste à Nick Foles qui a connu un passage peu mémorable avec les Jaguars. Pour capter les ballons, la cible principale devrait être Allen Robinson qui a tout de même capté 7 passes de touché et cumulé des gains de 1147 verges. Les Bears miseront aussi sur Anthony Miller et le vétéran Ted Ginn Jr., un joueur très rapide. L’équipe de l’Illinois a également signé l’ailier rapproché Jimmy Graham qui n’est plus aussi spectaculaire qu’avant, mais qui demeure une valeur sûre pour capter le ballon. L’arsenal de receveurs est bien garni et il peut avoir un impact, à condition d’être précis dans les passes qui seront lancées!

Au sol, les Bears miseront sur un duo. David Montgomery devrait être le partant, lui qui a montré des signes encourageants lors de sa saison recrue, mais qui ne peut pas porter à lui tout seul l’attaque au sol. Tarik Cohen est un bon complément même si 2019 n’a pas été sa meilleure saison. La ligne offensive des Bears a connu des ratés en 2019. Elle avait de la difficulté à contenir les rivaux. C’est pourtant les mêmes joueurs qui reviendront avec notamment Charles Leno et Cody Whitehair. La seule addition faite par les Bears est Germain Ifedi qui a connu n’a pas toujours été parfait avec les Seahawks. Avec un bon encadrement, il pourrait cependant voir une amélioration dans ses performances.

Comme c’est habituellement le cas à Chicago, c’est la défensive qui est la véritable force de l’équipe. Sans être aussi dominante qu’en 2018, les Bears ont tout de même terminé au 8e rang des verges concédées dans la NFL. La force des Bears, c’est qu’elle est en mesure de mettre beaucoup de pression sur le quart-arrière et les porteurs de ballon. Ça commence avec des joueurs talentueux que l’on retrouve sur la ligne défensive dont Akiem Hicks, qui a raté la majorité de la saison en 2019, et Bilal Nichols. Chez les secondeurs, on retrouve le joueur dominant de cette unité : Khalil Mack. Il a un peu ralenti l’an dernier, à l’image de la formation, mais avec 8,5 sacs du quart et cinq échappés provoqués en 2019, il est toujours un joueur d’impact. Afin de l’aider, les Bears ont mis la main sur l’excellent Robert Quinn qui revient d’une saison de 14,5 sacs du quart avec les Cowboys. Danny Trevathan reviendra aussi d’une blessure. Avec tous les effectifs en santé, Chicago devrait redevenir la plus grosse menace défensive de la NFL. Dans la tertiaire, les Bears possèdent aussi des joueurs talentueux, en particulier Eddie Jackson, qui est le joueur le mieux payé à sa position. Kyle Fuller aussi sera de retour après une saison où il a connu un sommet en terme de plaqués. Tashaun Gipson a été embauché cette année par Chicago afin de rajouter une autre couche de robustesse à cette défensive.

Les Bears tentent ainsi de revenir à leur bonne recette de 2018 où la défensive domine et l’offensive fait le nécessaire, mais le manque d’investissements offensifs me forcent à croire qu’il manque le petit quelque chose pour dominer la division. Or, le sommet n’est pas à exclure et Chicago pourrait surprendre!

Prédiction : Troisième de la division

Lions de Détroit

L’an dernier, les Lions de Détroit avaient montré de belles choses dans la première moitié de saison avant de complètement s’écrouler. C’est un scénario qui semble se répéter dans la ville de l’automobile. Est-ce que les Lions connaîtront finalement du succès en 2020? Rien n’est moins certain. La bonne nouvelle, c’est que les Lions retrouveront leur quart-arrière Matthew Stafford qui raté la moitié de la campagne 2019. On l’oublie parce qu’il évolue à Détroit, mais Stafford est l’un des quarts-arrières qui a le plus grand nombre de verges aériennes et il a eu le meilleur coefficient d’efficacité de sa carrière l’an dernier. Le retour de Stafford fera le plus grand bien, surtout que les Lions ont perdu huit matchs par une seule possession. Chez les receveurs de passe, Kenny Golladay s’impose comme receveur de passes #1, lui qui vient de faire deux saisons avec au moins 1000 verges de gains aériens et 11 touchés en 2019. Pour l’aider, il peut compter sur deux vétérans bien établis avec Marvin Jones, qui a tout de même eu 9 touchés l’an dernier, et Danny Amendola. Les Lions espèrent par contre que l’ailier rapproché T.J. Hockenson sera en mesure de prendre sa place à sa deuxième saison et qu’il deviendra la menace qu’ils espèrent.

Si le jeu aérien est prometteur pour les Lions, on ne peut pas en dire autant pour le jeu au sol. Kerryon Johnson a pourtant montré des signes encourageants à sa première saison en 2018, mais une blessure en 2019 est venu mettre un terme à sa saison. Il manque de constance dans le jeu de Johnson et c’est ce que les Lions recherchent. Ils pourraient même être tentés de mettre leur choix de deuxième ronde, D’Andre Swift, comme partant afin de commencer la saison. Si Swift peut apporter la touche qu’il manque aux Lions, l’attaque deviendrait plus diversifiée et difficile à prévoir. Sur la ligne offensive, Détroit mise sur des joueurs prometteurs comme Frank Ragnow, un excellent joueur de centre. Afin de renforcer la ligne, ils ont signé Halapoulivaatai Vaitai qui a connu sa meilleure saison l’an dernier, mais sera-t-il en mesure de confirmer ses bonnes prestations? C’est la question à laquelle nous répondrons en 2020.

Si Détroit veut s’améliorer en 2020, ils doivent d’abord et avant tout avoir un bien meilleur rendement défensif. En 2019, les Lions ont concédé une moyenne de 400.4 verges par match, bon pour le 31e rang de la NFL à ce niveau. Elle a notamment été la pire du circuit pour contrer la passe. Inutile de mentionner qu’un résultat pareil ne doit pas se répéter. Les Lions ont d’ailleurs investi massivement dans cette unité afin de la rendre meilleure. Sur la ligne défensive, on retrouve Trey Flowers qui a connu une saison similaire en 2019 qu’en 2018 avec les Patriots. Afin de la renforcer, les Lions ont encore une fois été acquérir un membre des Patriots avec Danny Shelton. Chez les secondeurs, les Lions ont aussi été cherchés un ancien Patriot avec l’acquisition de Jamie Collins qui a obtenu 7 sacs du quart l’an dernier, un sommet personnel. Il deviendra le leader de ce groupe et évoluera avec Christian Jones et Jarrad Davis. Dans la tertiaire, les Lions ont mis la main sur le meilleur joueur défensif du dernier repêchage avec Jeff Okudah. Compte tenu de la faiblesse de la défensive, il sera directement lancer dans la mêlée. Ils ont aussi fait l’acquisition de Desmond Trufant qui a subi une blessure important en 2019. Afin de remplacer le départ de Darius Slay, les Lions misent sur Duron Harmon. Décidemment, Matt Patricia a un faible pour ses anciens protégés. Reste à savoir si cette refonte défensive permettra aux Lions d’accéder au prochain niveau.

Je pense que les Lions sont sur un bon élan, mais les effets se feront voir dans les autres saisons.

Prédiction : Quatrième de la division

Packers de Green Bay

Finaliste dans la Nationale, les Packers de Green Bay ont eu une fiche de 13-3, l’une des moins bonnes équipes de l’histoire de la NFL à obtenir cette fiche. Les Packers avaient de bonnes chances de bâtir leur équipe et de l’améliorer à court terme, mais l’équipe n’a pas frappé de coups de circuit sur le marché des joueurs autonomes et au repêchage, l’équipe n’a pas sélectionné de receveurs de passe malgré une excellente cuvée. Leurs priorités : un quart-arrière et un porteur de ballon. Vraiment? Rappelons que l’équipe est menée par Aaron Rodgers, l’un des meilleurs de la ligue. La venue de l’entraîneur Matt Lafleur lui a fait le plus grand bien. Rappelons que Rodgers avait le plus faible ratio d’interceptions. Il a encore plusieurs bonnes années devant lui, mais la décision de sélectionner Jordan Love pourrait amener Rodgers à questionner son avenir dans le Wisconsin. Au sol, Aaron Jones a connu un saison fantastique l’an dernier dans la Baie verte. Il y avait longtemps qu’un porteur de ballon n’avait pas été aussi performant chez les Packers. Pas moins de 16 touchés au sol ont été marqués.

Les bonnes prestations de Jones sont notamment dues à une bonne ligne offensive. Le départ de Bryan Bulaga est une perte pour Green Bay, mais les Packers misent tout de même sur d’excellents joueurs. David Bakhtiari, Elgton Jenkins et Corey Linslow seront tous de retour. Ce sont vraiment les receveurs de passes qui sont l’incertitude dans cette offensive. Les Packers n’ont pas de véritable numéro 1 dans ce groupe. Davante Adams semble avoir une longueur d’avance, mais il n’est pas étincelant. Ce n’est pas Allen Lazard et Marquez Valdes-Scantling qui devrait être en mesure de lui ravir son poste. Devin Funchess a signé avec l’équipe durant la saison morte, mais celui-ci a décidé de ne pas disputer la saison en raison de la pandémie. Marcedes Lewis sera de retour au poste d’ailier rapproché. Ainsi, le corps de receveurs de passe n’est pas le plus reluisant de la ligue, ce qui est dommage pour Rodgers.

La défensive des Packers a cependant surpris à certains égards en 2019. Sans être dans les unités es plus dominantes, elle a été en mesure de ralentir les offensives adverses durant certains matchs, mais ses lacunes ont été exposées lors de la finale de la NFC. Sur la ligne défensive, les Packers misent malgré tout sur la stabilité. Les trois mêmes partants seront de retour avec Tyler Lancaster, Kenny Clark et Dean Lowry. Les Packers font ainsi le pari que les joueurs seront meilleurs. Chez les secondeurs, Za’Darius Smith a connu une excellente première saison à Green Bay avec 13,5 sacs du quart. Preston Smith s’est bien plu dans le Wisconsin également. Avec 12 sacs du quart, lui aussi n’a pas donné sa place. Oren Burks sera maintenant le partant et ils ont signé Christian Kirksey, blessé en 2019, afin d’améliorer les résultats. Dans la tertiaire, les joueurs établis de l’équipe doivent faire mieux et être plus efficaces pour contrer la passe. Ils miseront sur Jaire Alexander, Adrian Amos, Darnell Savage et Kevin King. Ce dernier a obtenu cinq interceptions l’an dernier.

Est-ce que les Packers régresseront? Oui, mais comme je pense qu’aucune autre équipe de la division ne s’est améliorée suffisamment pour les détrôner, ils resteront champions.

Prédiction : Premier de la division

Vikings du Minnesota

Les Vikings du Minnesota ont connu un beau parcours la saison dernière, parvenant même à se faufiler en deuxième ronde éliminatoire. Malgré tout, les Vikings se sont départis de vétérans aguerris durant la saison morte et il sera intéressant de voir comment la formation réagira en 2020. Ils font partie d’une division compétitive, alors tout est possible pour le Minnesota. Tout commence avec Kirk Cousins qui a obtenu le meilleur coefficient d’efficacité de sa carrière l’an dernier avec seulement 6 interceptions lancées et 26 passes de touché. Je continue à penser qu’il est un bon quart-arrière et que les Vikings seront compétitifs avec lui. Il faudrait seulement qu’il soit capable de remporter les matchs aux heures de grande écoute, surtout les lundis soirs où il cherche encore sa première victoire en carrière. Au sol, c’est l’excellent Dalvin Cook qui sera à son poste. L’an dernier, Cook a connu de loin sa meilleure saison en carrière avec 1135 verges et 13 touchés. Cook est rapide et robuste. Il faudra cependant surveiller sa situation contractuelle. Cook a indiqué en juin qu’il pourrait volontairement sauter quelques activités de l’équipe si rien n’était réglé et cela porterait un dur coup aux Vikings.

Le gros événement pour les Vikings durant la saison morte a été l’échange de Stefon Diggs aux Bills. Ils perdent ainsi leur receveur de passe numéro 1, mais avec Adam Thielen, ils n’ont pas à rougir. Le vétéran répond toujours présent lors des grands matchs et, même s’il a dû manquer quelques matchs en 2019 en raison d’une blessure, ses statistiques ont été très bonnes. L’inquiétude que l’on peut avoir avec les Vikings est qu’il n’existe pas de véritable numéro 2 et 3 dans cette équipe. Ils devront se rabattre sur Bisi Johnson, joueur de deuxième année qui devra davantage se démarquer pour donner une chance à Thielen, et Justin Jefferson, une recrue. Si ces deux jeunes joueurs montrent de bonnes choses, les Vikings ne souffriront pas de la perte de Diggs. Heureusement, ils peuvent compter sur l’ailier rapproché Kyle Rudolph. Moins utilisé l’an dernier par Cousins, il demeure un joueur important. C’est notamment lui qui a capté le touché gagnant contre les Saints en séries l’an dernier. Il répond donc présent lorsque ça compte. La ligne offensive misera sur le retour des mêmes partants, elle qui se trouvait en milieu de peloton l’an dernier.

En défensive, ils ont perdu plusieurs vétérans : Everson Griffen, Xavier Rhodes et Linval Joseph par exemple. Est-ce que les Vikings auront une défensive plus faible pour autant? Dur à dire. Sur la ligne défensive, les Vikings ont fait un grand coup en allant chercher les services de Yannick Ngakoue. Très dominant, sa présence pourrait bien faire oublier celle de Griffen. Danielle Hunter s’alignera à ses côtés, lui qui connait de bonnes statistiques depuis deux saisons. Jaleel Johnson et Shamar Stephen devraient également revenir à leur poste. Chez les secondeurs, Anthony Barr sera de retour, lui qui a obtenu un sommet personnel pour le nombre de plaqués en 2019. Eric Kendricks et Eric Wilson seront aussi de retour. Ce n’est toutefois pas l’unité qui va faire le plus de pression sur le quart. Dans la tertiaire, Anthony Harris, qui a effectué six interceptions l’an dernier, est toujours de l’alignement et sera le grand leader de cette unité. Harrison Smith sera à ses côtés et lui non plus ne donne pas sa place. Les demis de coin devront cependant compenser la perte de Rhodes et la tâche reviendra à Holton Hill et Mike Hughes.

Ainsi, les Vikings auront encore une grosse équipe et il pourrait terminer au premier rang, mais j’ai l’impression que la perte des joueurs viendra les ralentir.

Prédiction : Deuxième de la division

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fondé en avril 2017, SurLeBanc.ca est un média sportif géré par des étudiants en communication qui souhaitent partager leur amour pour le sport par le biais d’articles, de productions radiophoniques et de reportages audiovisuels. Notre équipe prône une approche offrant davantage de visibilité aux sports en développement et aux athlètes à découvrir. Après tout, être près de l’action, c’est aussi de raconter des histoires, et ce, peu importe le parcours de l’individu!

Facebook

Retour en haut