Coupe du monde féminine

La deuxième chance de l’équipe canadienne féminine

SOPHIE SCHMIDT, UNE DES JOUEUSES TRÈS IMPORTANTE POUR L’ÉQUIPE CANADIENNE. PHOTO GEOFF ROBINS, AFP

Même si les Jeux Olympiques ont été annulés, l’équipe canadienne de soccer peut se compter plus que chanceuse des événements survenus lors des derniers mois.

En effet, celle-ci n’avait aucune cohésion et les joueuses semblaient avoir perdu leur identité dans les tournois post-olympiques 2020. En fait, depuis la défaite face à la Suède lors de la Coupe du monde 2019 en France, le Canada a perdu contre le Japon, le Brésil, les États-Unis et la France, en plus de faire des matchs nuls contre les Pays-Bas et le Brésil.

Certains diront que ce sont des défaites normales sachant le classement des autres pays. Cependant, dans une année olympique, si les Canadiennes veulent montrer qu’elles peuvent gagner, elles se doivent de réussir à battre ces pays. C’est une des raisons qui fait que le tournoi olympique repoussé à 2021 donne une chance à l’équipe canadienne de se ressaisir grandement.  

Le sélectionneur

Entraînée depuis le 8 janvier 2018 par Kenneth Heiner-Møller, l’équipe canadienne a grandement perdu de ses plumes. À la fin de la saison 2018, la sélection féminine était classée 5e au monde. Les États-Unis, l’Allemagne, la France et l’Angleterre étaient supérieurs au Canada, alors que nos représentantes devançaient de justesse l’Australie, le Japon, les Pays-Bas et le Brésil. En date d’aujourd’hui, toutes ces équipes ont dépassé l’équipe canadienne qui est maintenant neuvième au classement général de la FIFA.

C’est peut-être mal honnête comme lien, mais John Herdman avait permis aux Canadiennes d’être dans l’élite avec deux médailles de bronze lors des JO 2012 et 2016, puis des quarts de finale à la Coupe du monde féminine de 2015 au Canada, alors que Heiner-Møller n’a rien su gagner. Le 8 juin 2020, il a quitté son poste de sélectionneur de l’équipe canadienne et celui-ci est toujours vacant.  

Gagner de l’expérience

Gagner de l’expérience durant cette année, c’est ce que Jessie Fleming et Jordyn Huitema devront faire. Fleming s’est jointe le mois dernier, et pour trois ans, à l’équipe féminine de Chelsea dans le Championnat d’Angleterre féminin de football (FA Women’s Super League). Pour ceux qui ne sont pas familier avec les équipes d’Europe, la Premier League masculine, où l’on retrouve Chelsea, Liverpool, Manchester City, Arsenal et bien d’autres ont toutes des équipes féminines associées. C’est donc dire que Fleming fait partie de l’équipe féminine d’un des plus grands clubs anglais.

Jordyn Huitema a quant à elle signé avec l’équipe féminine du Paris Saint-Germain qui est associée au plus grand club français du même nom. C’est important que ces deux joueuses prennent beaucoup d’expérience puisqu’elles vont devenir le visage de l’équipe canadienne de soccer lorsque les joueuses d’expérience comme Christine Sinclair partiront. Quoique, Fleming était sur la formation partante depuis longtemps malgré son jeune âge, elle qui n’a que 22 ans.

Le système de jeu

Avec un nouveau sélectionneur, et les Jeux olympiques qui arrivent dans un an, ce ne sera pas facile pour l’équipe canadienne. Toutefois, l’année permettra de partir sur de nouvelles bases, de corriger certaines lacunes qu’avait l’ancien sélectionneur et permettra aux joueuses de s’adapter à un nouveau système qui devra notamment faire de la place aux jeunes. Ce nouveau système permettra peut-être à Christine Sinclair de marquer dans une autre compétition internationale.

La suite

Non seulement les Jeux olympiques sont repoussés à 2021, mais il y a également la Coupe du Monde de 2023 qui aura lieu en Océanie, puis les Jeux de 2024 à Paris à préparer pour le prochain sélectionneur de l’équipe canadienne. Il aura donc du travail.

Ces compétitions seront définitivement la fin d’une époque chez l’équipe Canadienne, puisque ce sera les dernières fois que l’on verra Sinclair, Schmidt, Labbé et Matheson.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fondé en avril 2017, SurLeBanc.ca est un média sportif géré par des étudiants en communication qui souhaitent partager leur amour pour le sport par le biais d’articles, de productions radiophoniques et de reportages audiovisuels. Notre équipe prône une approche offrant davantage de visibilité aux sports en développement et aux athlètes à découvrir. Après tout, être près de l’action, c’est aussi de raconter des histoires, et ce, peu importe le parcours de l’individu!

Facebook

Retour en haut