Canadiens

Opinion | Bergevin et sa salade

H30

À la suite d’une journée de la date limite des transactions de la LNH très mouvementée, Marc Bergevin s’est présenté en conférence de presse détendu et de bon humeur devant la horde de journalistes qui l’attendaient de pied ferme. Les questions pointues et mordantes des journalistes ont certainement mis dans l’embarras le directeur général du Canadien de Montréal. Rien, mais rien ne fonctionnait dans ses réponses.

Premièrement, nous dire que le Canadien ne fait pas les séries à cause de la fiche à domicile, ça frôle le ridicule. Ça aurait pu être aussi parce que le CH a perdu ses quatre matchs contre Détroit. Ça aurait pu être à cause des blessures. Ça aurait pu être à cause du mauvais début de saison de Price, mais non. La vérité, c’est que ça aurait dû être à cause de la composition de l’équipe donnée au coach qui manque de profondeur et de talent. Ce fait n’est pas celui de l’alignement des astres, mais bien la conséquence du plan de Marc Bergevin qui refuse encore et toujours d’échanger un choix et/ou un espoir pour un joueur établi dans la LNH.

Deuxièmement, Marc Bergevin est aller dire qu’il croyait encore à son noyau et que c’est pour cette raison qu’il n’y a pas touché. C’est ce même noyau qui ne fait pas les séries depuis trois ans. Il croit à quelque chose qui ne fonctionne pas depuis trois ans, donc soit il nous prend pour des imbéciles, soit il en est un.

Thomas Tatar, Jeff Petry – NHL.com

Troisièmement, il vient nous dire qu’il n’y a pas de recette magique et que les performances d’une franchise passe par le repêchage. Je veux bien, mais encore faut-il savoir repêcher comme l’a fait remarquer le journaliste Marc de Foy pendant la conférence de presse.

Depuis 2008, le Canadien a repêché: 1 attaquant top 6, 2 attaquants top 9, 4 attaquants du top 6 inférieur et 4 défenseurs top 6. C’est notre repêchage depuis 12 ans. Évidement je ne compte pas les joueurs des deux derniers repêchages puisqu’ils ne sont pas encore arrivés dans le système de manière définitive. Dire pendant la même conférence que bâtir une équipe par le repêchage est la solution et dire que le repêchage c’est de la chance et que toutes les équipes ont du mal, je trouve ça assez contradictoire et pas de bonne augure pour le Canadien.

Brendan Gallagher – LaPresse.ca

Quatrièmement, me faire dire que ça passe principalement par le repêchage une construction, ça me mets le feu aux poudres. Prenez l’exemple de Vancouver qui, l’an dernier, était encore moins avancé que le Canadien. Ils ont tout de même décidé d’échanger un premier choix contre J.T. Miller. Avec quelques ajouts et la défense durant l’été et l’acquisition de Toffoli peu avant la date limite, regardez où ils sont rendus aujourd’hui. Ondrej Kase n’a pas coûté la lune à Boston et c’est un jeune joueur de 23 ans capable de compter 20 buts par saison.

Hier, Brady Skjei, un défenseur gaucher de 25 ans top 4, signé à long terme, a été échangé contre un choix de premier tour. Comme c’est parti là, on va avoir un choix entre le onzième et le quinzième au total. C’est le genre de joueur que le Canadien ne pouvait se permettre de perdre contre un premier choix surtout en sachant que nous avons 13 autres choix au compteur.

Brady Skjei – NHL.com

Finalement, le Canadien devra non seulement être bon, mais excellent dès l’an prochain, puisque le fameux noyau de Bergevin serait trop vieux dans trois ans pour offrir des performances à la hauteur de leurs capacités.

On pense à Price (32), Weber (34), Petry (32) et Tatar (29) s’il en est un. Puisque le repêchage est hasardeux et qu’on a du mal à attirer des joueurs autonomes de grand nom, l’amélioration de l’équipe devra systématiquement passer par des échanges d’espoirs ou de choix pour des joueurs établis, sans quoi, l’an prochain, nous aurons droit à la même salade en point de presse de fin de saison.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fondé en avril 2017, SurLeBanc.ca est un média sportif géré par des étudiants en communication qui souhaitent partager leur amour pour le sport par le biais d’articles, de productions radiophoniques et de reportages audiovisuels. Notre équipe prône une approche offrant davantage de visibilité aux sports en développement et aux athlètes à découvrir. Après tout, être près de l’action, c’est aussi de raconter des histoires, et ce, peu importe le parcours de l’individu!

Facebook

Retour en haut