Alouettes

Le cahier de jeux | Il y a de l’espoir

Vendredi soir dernier débutait la saison 2019 des Alouettes de Montréal dans la Ligue canadienne de football, quelques jours après avoir procédé à un changement d’entraîneur-chef à la suite d’une saison morte assez mouvementée pour l’équipe. Les Alouettes débutaient leur saison au Commonwealth Stadium d’Edmonton pour y affronter les Eskimos d’Edmonton, équipe que les Oiseaux n’ont pas battu depuis 2013. Voyons voir comment s’est déroulé ce premier match.

Un deuxième quart funeste

Le début de match a été très prometteur pour les Alouettes de Montréal. La défensive était en mesure de contrôler l’offensive des Eskimos d’Edmonton, mais l’offensive montréalaise a connu un peu de difficultés. Le positionnement difficile sur le terrain réduisait les possibilités d’action offensive. Les Alouettes ont même dû concéder deux points dès la première séquence du match. La ligne défensive des Eskimos était trop forte pour la ligne offensive des Alouettes.

Or, les Alouettes ont réussi à limiter les dégâts, notamment grâce à deux revirements en leur faveur. D’abord, un échappé alors qu’Edmonton s’en allait tout droit vers un touché. Ensuite, un retour de botté échappé par Edmonton, ce qui a permis aux Alouettes de mieux se positionner.

Les Alouettes ont par la suite orchestré une brillante poussée offensive qui a permis à Antonio Pipkin de rejoindre DeVier Posey, un nouveau venu chez les Oiseaux qui sera très bon selon moi.

Le deuxième quart a toutefois été très difficile pour les Alouettes. On a revu le Trevor Harris qui a tant fait souffrir ses adversaires l’an dernier. Harris était à l’aise et faisait flèche de tout bois, permettant aux Eskimos de marquer deux touchés et de prendre le contrôle du match. L’offensive ne faisait guère mieux avec moins de quarante verges offensives. Les plus longs gains offensifs ont été faits par des pénalités commises par Edmonton. En plus de tout cela, Boris Bédé rate un botté de placement à une distance pas si éloigné que ça. Bref, le deuxième quart aura permis aux Eskimos de revenir aux vestiaires avec l’avance.

Changement de momentum en fin de match

Le troisième quart a somme toute été tranquille pour les deux camps. Cependant, à la fin de celui-ci, le quart-arrière Antonio Pipkin, qui avait réussi à s’imposer comme partant, se blesse et doit quitter le terrain. C’est Vernon Adams qui prend le contrôle. À partir de ce moment, le momentum de la partie change complètement.

Alors que c’est 25 à 8 pour les Eskimos au début du quatrième quart, les Alouettes organisent une remontée dans le pointage. D’abord, William Stanback connaît une poussée offensive très impressionnante avec notamment une longue course de 42 verges, de loin sa meilleure de la rencontre. On attendait depuis le début de la partie une explosion de sa part. Il termina la séquence avec son premier touché en carrière. Il a connu une bonne rencontre avec une moyenne de 8,4 verges par course.

Puis, c’est au tour de Vernon Adams de se signaler en effectuant d’excellentes passes sur la séquence offensive suivante. La mobilité d’Adams lui aura grandement servi, puisqu’il s’est libéré de la pression provoquée par la défensive d’Edmonton. Adams rejoint finalement B.J. Cunningham pour le touché qui réduit l’écart à trois points. De les voir se rapprocher aussi près après des débuts plus difficiles est un bon élément pour les Alouettes. Ils parvenaient rarement à faire cela la saison dernière.

Après avoir égalé la marque, la défensive va cependant avoir de la difficulté et les Eskimos vont marquer le touché victorieux en fin de match. Les Alouettes s’inclinent donc 32 à 25, mais le simple fait d’être revenu et d’avoir bataillé dans un match tenu dans l’ouest canadien est une lueur d’espoir pour les Alouettes. Il y aura une décision à prendre en vue du prochain match, à savoir si on laisse le poste à Vernon Adams ou si on le redonne à Antonio Pipkin.

Attentes pour cette saison

Avec tout le brouhaha du soccer international, je n’ai pas pris le temps de partager mes attentes envers les Alouettes. Comme je l’ai écrit un peu plus tôt cette année, je crois possible une participation en séries éliminatoires et malgré ce qui s’est produit lors des dernières semaines, je maintiens ma position. Les Alouettes ont le potentiel et doivent faire les séries, ne serait-ce que pour ramener des partisans de plus en plus sceptiques.

Hamilton devrait remporter l’Est, mais avec les multiples départs d’Ottawa et Toronto qui n’en a peut-être pas fait assez pour s’améliorer, la voie est ouverte pour les Alouettes. L’Ouest demeure toutefois très forte et les Alouettes pourraient connaître des difficultés de ce côté. Je vois donc les Oiseaux en séries, mais pas nécessairement avec une grosse fiche. Une fiche de 9-9 est selon moi un objectif très atteignable.

Le prochain match des Alouettes aura lieu dans deux semaines, soit le vendredi 28 juin à 19h30. Pour l’occasion, Montréal se rendra au Tim Hortons Field pour y affronter les Tiger-Cats d’Hamilton.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fondé en avril 2017, SurLeBanc.ca est un média sportif géré par des étudiants en communication qui souhaitent partager leur amour pour le sport par le biais d’articles, de productions radiophoniques et de reportages audiovisuels. Notre équipe prône une approche offrant davantage de visibilité aux sports en développement et aux athlètes à découvrir. Après tout, être près de l’action, c’est aussi de raconter des histoires, et ce, peu importe le parcours de l’individu!

Facebook

Abonnez-vous à notre infolettre

* indicates required

Copyright © 2015 Flex Mag Theme. Theme by MVP Themes, powered by Wordpress.

Retour en haut