Coupe du monde féminine

Coupe du monde féminine | Retour sur la première journée

La huitième édition de la Coupe du monde féminine a débuté vendredi dernier à Paris. Toutes les équipes ont joué leur premier match. Nous pouvons maintenant livrer nos premières impressions sur les différentes nations. Retour sur la première journée de la compétition.

Les hôtes débutent en force

La France a fait un début parfait dans leur Coupe du monde féminine (fifa.com)

Le Parc des Princes était rempli à craquer vendredi dernier pour le match d’ouverture tant attendu de la Coupe du monde féminine qui mettait en scène la France, qui suscite beaucoup d’attentes, et la Corée du Sud. Nous nous demandions comment la France se comporterait devant cette pression. Au final, les Bleues ont livré une performance solide, voire quasi-parfaite. Elles ont dominé les Sud-Coréennes, tant sur la possession que le nombre de passes, et ont remporté une victoire nette de 4-0.

C’est un début idéal pour les Françaises qui devrait leur donner de l’énergie pour la suite des choses. Il est certain qu’elles n’ont pas affronté la force dans le groupe et que le deuxième match, celui contre la Norvège qui a gagné 3-0 contre le Nigéria, devrait nous en dire plus. Toutefois, un départ aussi bon devrait beaucoup aider les Françaises.

L’Allemagne sème certains doutes

L’Allemagne était soulagée d’avoir finalement marqué un but contre des Chinoises coriaces (fifa.com)

Dans le groupe B, on attendait avec impatience de voir l’Allemagne, l’une des favorites de la compétition.

L’équipe affrontait la Chine pour l’occasion et on s’attendait à une domination des Allemandes. Or, ce fut plus compliqué que prévu dans ce cas-ci. Les actions offensives de l’Allemagne manquaient beaucoup de finition et la chimie n’opérait pas entre les joueuses. L’Allemagne a également permis de nombreuses contre-attaques chinoises qui auraient pu mettre l’équipe dans l’embarras. Au final, l’Allemagne a réussi à marquer et à l’emporter par la plus petite marque possible, soit 1-0.

L’Allemagne devra se reprendre et mieux développer son jeu, surtout contre leurs prochaines adversaires. Elles affronteront les Espagnoles qui ont gagné 3-1 contre l’Afrique du Sud.

Renaissance italienne

Les Italiennes ont explosé de joie en fin de match lors du deuxième but de Bonansea (fifa.com)

Une seule tête de série a perdu son match d’ouverture. En effet, l’Australie a perdu dans les derniers instants du match contre l’Italie, qui faisait un retour dans la compétition après 20 ans d’absence.

Pourtant, les Australiennes avaient bien entamé leur match et avait pris les devants à la 22e minute de jeu. Or, plutôt que de s’abattre, les Italiennes sont revenues encore plus fortes pour imposer leur style de jeu. Résultat : Barbara Bonansea a créé l’égalité à la 56e minute de jeu. Cela a mis les Australiennes sur les nerfs et elles avaient de la difficulté à conclure leurs actions offensives, permettant même des contre-attaques italiennes dangereuses. En fin de match, les Australiennes dominaient, mais il n’aura fallu qu’une seule mauvaise passe pour provoquer la contre-attaque italienne fatale. Bonansea marqua son deuxième but du match et permit à l’Italie de célébrer un premier gain en 20 ans.

C’est une victoire très importante pour l’Italie et j’ai tendance à croire qu’elles viennent de se qualifier pour les huitièmes. Les Australiennes n’ont désormais plus le droit à l’erreur et devront livrer tout un match contre le Brésil.

La fin d’une ère japonaise

Les Japonaises ont échappé de précieux points contre l’Argentine (fifa.com)

Dans ce groupe D, on se demandait ce que le Japon allait nous réserver et le résultat a été quelque peu décevant. Les championnes de 2011 et les finalistes de 2015 ont dominé dans le jeu, mais n’ont pas été en mesure d’inscrire un résultat contre l’Argentine, l’équipe la plus faible du groupe.

Avec des matchs à venir contre l’Écosse et l’Angleterre, qui ont toutes les deux connu de bonnes performances lors de leurs premiers matchs, les Japonaises n’avaient pas le droit d’échapper ce match. Or, malgré 61% de possession et un peu moins du triple de passes, les Japonaises n’ont tiré que huit au filet. C’est relativement peu pour une performance dominante. Elles ont manqué de tonus offensivement. Ceci a permis à l’Argentine d’engranger son premier point à vie dans la compétition. On se doutait qu’il y aurait des incertitudes avec le départ de nombreuses joueuses, mais là, on peut se demander si c’est bel et bien la fin d’une ère pour le Japon.

Il faudra rapidement se reprendre contre les deux nations britanniques. L’Angleterre a d’ailleurs une longueur d’avance en raison de sa victoire de 2 à 1 contre une Écosse très combative.

Le Canada commence en douceur

Kadeisha Buchanan célèbre son but qui donna la victoire aux Canadiennes (fifa.com)

On attendait avec impatience le premier match de l’équipe canadienne qui était contre l’adversaire le plus facile du groupe sur papier, soit le Cameroun.

Tout le monde disait qu’il fallait un maximum de buts dans ce match en cas de bris d’égalité avec les autres nations. Les Canadiennes ont dominé statistiquement sur le terrain. Le Canada a possédé le ballon 65% du temps et a effectué plus du triple de passes que le Cameroun. Elles ont même effectué 16 tirs au but, mais seulement quatre tirs cadrés. La défensive camerounaise a été très tenace et a fermé les livres au ballon, jusqu’à ce but juste avant la mi-temps de Kadeisha Buchanan. Le Canada a ensuite tenté d’agrandir son écart, mais sans succès. Elles ont au moins enregistré les trois points dans ce match.

Les Canadiennes continuent ainsi sur la même lancée que la coupe d’Algarve : une équipe qui ne concède rien, mais qui ne marque pas beaucoup. Nous souhaitons que ce jeu offensif se développe, surtout que la Nouvelle-Zélande et les Pays-Bas seront les prochaines adversaires.

Dans ce groupe, toutes les équipes ont des chances si l’on se fie aux résultats, les Pays-Bas ayant gagné elles aussi par la marque 1-0 sur un but de dernière minute.

Les Américaines explosent contre la Thaïlande

Alex Morgan a offert une performance magnifique contre la Thaïlande (fifa.com)

Après la victoire de la Suède 2-0 contre le Chili, on remarquait qu’il n’y avait pas encore eu de véritables massacres dans cette Coupe du monde féminine comme ce fut le cas par moment au Canada en 2015, ce qui montre que le soccer féminin se développe un peu partout. Or, il fallait attendre l’entrée des championnes en titre pour en voir un.

Les États-Unis ont tout simplement humilié une Thaïlande trop faible. Le score final : 13-0! Les Américaines ont effectué 39 tirs au but contre 2 pour les Asiatiques. Le ballon se trouvait 75% du temps dans les pieds des Américaines. Alex Morgan a marqué cinq buts à elle seule, ce qui signifie qu’elle a plus de buts que chacune des autres nations. Si on doutait de la forme des Américaines, on peut maintenant être rassuré et elles seront parmi les favorites.

Bon, oui c’est contre la Thaïlande et le match contre la Suède sera un meilleur match pour évaluer le talent américain, mais n’empêche, les Américaines ont lancé leur message!

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fondé en avril 2017, SurLeBanc.ca est un média sportif géré par des étudiants en communication qui souhaitent partager leur amour pour le sport par le biais d’articles, de productions radiophoniques et de reportages audiovisuels. Notre équipe prône une approche offrant davantage de visibilité aux sports en développement et aux athlètes à découvrir. Après tout, être près de l’action, c’est aussi de raconter des histoires, et ce, peu importe le parcours de l’individu!

Facebook

Abonnez-vous à notre infolettre

* indicates required

Copyright © 2015 Flex Mag Theme. Theme by MVP Themes, powered by Wordpress.

Retour en haut