Coupe du monde féminine

En route vers la Coupe du monde féminine | Groupe F

Sixième et dernier billet présentant les équipes qui participent à la Coupe du monde féminine du 7 juin au 7 juillet en France. Le groupe F est le dernier, mais il comporte un acteur important. Les championnes du monde en titre tenteront de conserver leur titre mondial.

Les États-Unis

En 2015, les États-Unis ont remporté leur troisième Coupe du monde féminine en sol canadien. Elles tenteront de maintenir ce titre et de remporter un premier tournoi en sol européen. L’équipe féminine américaine a cependant connu des épisodes de tension avec la fédération ces dernières années en mettant de la pression pour une rémunération plus adéquate. Le tournoi olympique a été décevant pour les Américaines, mais elles sont toujours au premier rang mondial.

Les Américaines remporteront-elles à nouveau le trophée? (huffpost.com)

Devant les buts, les Américaines ont deux options. Ils pourraient décider d’y aller avec Alyssa Naeher ou avec Ashlyn Harris qui doivent toutes les deux chausser les souliers de la légendaire Hope Solo. Le front défensif est très fort : les Américaines n’ont pas accordé de buts lors de leurs quatre derniers matchs. Ce sont des joueuses d’expérience que l’on retrouve, soit Becky Sauerbrunn, Kelley O’Hara, Crystal Dunn et Abby Dahlkemper.

Or, la véritable force des Américaines est l’offensive. L’attaque est constituée de joueuses talentueuses dont le nom est connu à l’échelle internationale. Au milieu de terrain, on parle notamment de Julie Ertz, la femme du joueur de football Zac Ertz, Elle est en ascension fulgurante et pourrait connaître un gros tournoi cet été. Sam Mewis et Rose Lavelle forment aussi une paire prometteuse qui prend de plus en plus sa place dans l’équipe. Finalement, à l’attaque de pointe, trois noms résument à elles seules le talent des États-Unis : Megan Rapinoe, Alex Morgan et Carlo Lloyd, joueuse par excellence de la Coupe du monde féminine 2015 et joueuse de l’année de la FIFA en 2015 et 2016.

La Thaïlande

La Thaïlande fera sa deuxième apparition à la Coupe du monde féminine après ses débuts en 2015. Elle avait d’ailleurs enregistré un premier gain dans ce tournoi en vainquant la Côte d’Ivoire 3 à 2. Pour se qualifier, les Thaïlandaises ont terminé au quatrième rang de la Coupe d’Asie féminine. Elles espèrent cette fois-ci être à la hauteur et ainsi causer la surprise. Actuellement, elles figurent au 34e rang mondial.

Que nous réserve la Thaïlande? (fifa.com)

La tâche s’annonce difficile pour la Thaïlande qui a perdu 11 de ses 12 derniers matchs, bien souvent par un écart d’au moins trois buts. Il faudra resserrer la défensive. Devant le filet, nous devrions retrouver Sukanya Chor Charoenying. En défensive, les titulaires devraient être Warunee Phetwiset, Natthakarn Chinwong, Pitsamai Sornsai et Sunisa Srangthaisong.

À l’attaque, il faudra faire beaucoup mieux. Si la défensive a de la difficulté à arrêter les adversaires, il faudra être en mesure de mettre le ballon devant. Au milieu de terrain, on retrouvera l’une des joueuses-clés dans la qualification de l’équipe pour la Coupe du monde féminine : Kanjana Sungngoen. Elle sera accompagnée de Pikul Khueanpet, de Wilaiporn Boothduang, de Silawan Intamee et de Rattikan Thongsombut. À l’attaque, la Thaïlande misera sur la jeune Suchawadee Nidhamrong qui évolue avec les Golden Bears de la Californie dans la NCAA.

Le Chili

C’est la quatrième nation, après l’Afrique du Sud, la Jamaïque et l’Écosse, qui effectue ses débuts à la Coupe du monde féminine cette année. Les Chiliennes ont bénéficié de l’avantage du terrain afin de se qualifier en terminant au deuxième rang de la Copa America féminine qui était organisé sur son propre territoire. Ce sera le premier tournoi majeur international pour cette équipe. Le Chili se trouve présentement au 39e rang mondial.

Le Chili participera à sa première Coupe du monde féminine (espn.com)

Dans les buts, on retrouve la capitaine de l’équipe, soit Christiane Endler qui est maintenant membre du Paris Saint-Germain. Elle a été nommé meilleure gardienne en Ligue 1 féminine cette saison. La défensive devra cependant l’aider, car l’équipe n’a pas gagné depuis le 11 septembre dernier. Elle devrait être constituée de Su Helen Galaz, de Carla Guerrero, de Camila Saez et de Rocio Soto.

Au milieu de terrain, le Chili devrait miser sur Karen Araya, Francisco Laya et la talentueuse Yanara Aedo. Le milieu de terrain n’a pas réussi à s’imposer lors des derniers matchs, ce qui explique la série de défaites de l’équipe chilienne. À l’attaque, le Chili devrait faire appel aux services de Maria Jose Rojas, la meilleure buteuse de la sélection avec 12 buts, et Maria Jose Urrutia.

La Suède

La Suède est l’une des nations qui n’a jamais raté un rendez-vous de la Coupe du monde féminine. Cette nation est une pionnière dans le sport. Malgré tout, elle est toujours à la recherche d’un premier titre. Le tout a failli lui parvenir en 2003 où le pays s’est incliné contre l’Allemagne. Les Suédoises ont toutefois remporté une médaille olympique pour la première fois lors des Jeux de Rio en rapportant l’argent à la maison. Cette fois-ci, la Suède vise haut. Elles occupent présentement le 9e rang mondial.

Après une médaille d’argent à Rio, la Suède le podium en France cet été (pinterest.com)

Devant les buts, on retrouvera une habituée de la sélection suédoise, soit la gardienne Hedvig Lindahl. Ce fut l’une des principales raisons pour laquelle la Suède a remporté cette médaille d’argent aux Jeux olympiques. En défensive, les Suédoises devraient compter sur la vétérane Linda Sembrant qui compte 110 sélections, Amanda Ilestedt, Magdalena Eriksson et Hanna Glas. Il ne serait toutefois pas étonnant de voir la très expérimentée Nilla Fischer qui, malgré son poste en défensive, possède 23 buts à son actif.

Au milieu de terrain, les Scandinaves vont probablement utiliser Elin Rubenson et Nathalie Bjorn comme milieux défensifs. La Suède aime jouer bas et protéger sa zone. Dans le milieu central, on devrait trouver Lina Hurtig et Kosovare Asllani. Finalement, à l’attaque, on devrait voir une vétérane et une joueuse qui prend de plus en plus sa place. Avec 101 sélections, Sofia Jakobsson n’a plus besoin de présentations en Suède. Elle sera accompagnée de Stina Blackstenius qui a brillamment remplacé les départs de cette offensive. Âgée de seulement 23, elle deviendra un pilier pour la Suède.

Le match à surveiller

Suède vs États-Unis, le 20 juin à Le Havre

Ce sont deux équipes qui se connaissent très bien. Pour la cinquième Coupe du monde consécutive, le hasard a fait en sorte que la Suède et les États-Unis sont placés dans le même groupe. L’histoire penche du côté des Américaines, mais les Suédoises sont à prendre au sérieux. Les deux pays se sont retrouvés en quart de finale lors des derniers Jeux olympiques et la Suède a réussi à éliminer les favorites du tournoi. Cette défaite était restée amère pour les Américaines qui ont été nombreuses à critiquer le style de jeu de la Suède. Ce match, qui sera disputé lors de la troisième journée, pourrait déterminer la nation qui terminera en tête du groupe. Ce sera une affiche à ne pas manquer lors du premier tour.

Prédictions

Commençons par la fin ici. Selon moi, la Thaïlande partira la tête basse de ce tournoi et devrait finir dans la cave du groupe. Je donne un léger avantage au Chili pour finir troisième, car elle possède une meilleure défensive. Or, la présence de deux adversaires bien meilleurs feront en sorte qu’elles ne feront pas partie des meilleures troisièmes. Ce sera donc un duel entre les États-Unis et la Suède. Je crois que la tradition historique se poursuivra et que les Américaines, championnes en titre, devraient finir en tête du groupe et la Suède sera deuxième.

1- Les États-Unis

2- La Suède

3- Le Chili

4- La Thaïlande

C’était le dernier billet de présentation de la Coupe du monde féminine. Nous couvrirons le tournoi et suivront attentivement les meilleures sélections féminines, notamment les Canadiennes qui termineront selon moi sur le podium. Or, dans le jeu des prédictions, j’ai l’impression que les Anglaises pourraient repartir avec le trophée.

Et vous, quelles sont vos prédictions pour le groupe F? Qui remportera la compétition?

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fondé en avril 2017, SurLeBanc.ca est un média sportif géré par des étudiants en communication qui souhaitent partager leur amour pour le sport par le biais d’articles, de productions radiophoniques et de reportages audiovisuels. Notre équipe prône une approche offrant davantage de visibilité aux sports en développement et aux athlètes à découvrir. Après tout, être près de l’action, c’est aussi de raconter des histoires, et ce, peu importe le parcours de l’individu!

Facebook

Abonnez-vous à notre infolettre

* indicates required

Copyright © 2015 Flex Mag Theme. Theme by MVP Themes, powered by Wordpress.

Retour en haut