Hockey

Le portrait des séries | Division Centrale

webservice.gannettdigital.com

À l’aube des séries éliminatoires, la division Centrale reste l’une des plus compétitives, plusieurs équipes étant encore dans la course. Même si les Jets de Winnipeg et les Predators de Nashville ont une certaine avance sur leurs adversaires, les autres équipes commencent à monter les échelons au classement.

Les assurés

Jets de Winnipeg

sportsnet.ca

Pour une deuxième année de suite, les Jets de Winnipeg sont restés l’une des puissances de la conférence de l’Ouest. Menée par Mark Scheifele et le capitaine Blake Wheeler, la formation manitobaine est au premier rang de la division Centrale avec un total de 84 points.

Ils produisent 3,41 buts par match et ont le quatrième meilleur avantage numérique de la ligue nationale, le meilleur de l’Ouest. Ils ont beaucoup de profondeur à l’attaque avec de bons ailiers capables de marquer comme Nikolaj Ehlers, Patrik Laine, Matthieu Perreault et Bryan Little. La ligne d’Adam Lowry, Andrew Copp et Brandon Tanev sera cruciale pour arrêter les meilleurs attaquants adverses.

Connor Hellebuyck reste une présence solide devant le filet. Encore cette année il dépassera la barre des 30 victoires après en avoir cumulé 44 la saison dernière. Ses statistiques individuelles ne sont pas aussi étincelante que l’an dernier. Toutefois, lors des séries éliminatoires, il sera une pièce maîtresse pour permettre aux Jets de se rendre loin.

Predators de Nashville

nashvillepost.com

Les Predators ont fait un coup d’éclat à la toute fin de la date limite des transactions en obtenant l’ailier droit Wayne Simmonds des Flyers de Philadelphie et le centre Mikael Granlund du Wild du Minnesota. Ces deux additions amèneront de la profondeur à l’alignement.

L’arrivée de Granlund permettra aux Predators de le placer à l’aile ou au centre puisqu’il est un joueur polyvalent. Il est d’ailleurs sur la première ligne, remplaçant Filip Forsberg qui est sur la touche. L’acquisition de Brian Boyle, peu avant la date limite des transactions, solidifiera le quatrième trio et apportera de l’expérience en série.

Leur défense reste leur meilleur élément pour avoir un long parcours durant les séries. Ce n’est pas pour rien que les Predators ont la cinquième meilleure moyenne de buts alloués par match.

Roman Josi reste le pilier et il est joint par P.K. Subban, Ryan Ellis et Matthias Ekholm. D’ailleurs, trois des six meilleurs pointeurs de l’équipe sont des défenseurs. Même s’ils aident l’attaque, ils ont un impact défensif important pour protéger la cage du gardien Pekka Rinne. Ce dernier d’ailleurs a une moyenne d’efficacité de ,912 et alloue 2,54 buts par match.

Les incertains

Les Blues de St-Louis

lastwordonhockey.com

Lorsque le nouvel an est arrivé, les Blues croulaient dans les bas fonds du classement. Depuis, ils ont une fiche de 21-8-3 pour un total de 45 points. Seuls les Bruins de Boston ont une meilleure fiche depuis cette date. Plusieurs facteurs ont eu un impact positif depuis la nouvelle année pour les Blues.

Premièrement, l’arrivée du gardien Jordan Binnington a littéralement sauvé leur saison. Durant ses 20 départs, il a réussi à maintenir une fiche de 16 victoires, quatre défaites et une défaite en prolongation. Durant cette séquence, il a maintenu une moyenne de buts alloués de 1,81 et un pourcentage d’arrêt de ,928. Il se classe premier et troisième dans ces deux catégories. Il mène également les autres gardiens avec cinq blanchissages au cours de cette séquence.

Binnington n’est pas le seul qui a un énorme impact sur le succès de l’équipe pendant cette séquence. En effet, Vladimir Tarasenko arrive ex æquo au huitième rang des marqueurs avec 36 points en 30 matchs. Il a amassé 17 buts pendant cette période et son différentiel de +20 trône au sommet.

Vu leur incertitude de participer à la danse du printemps, les Blues n’ont pas fait de grosses acquisitions à la date limite des transactions. Ils ont seulement fait l’acquisition du défenseur Michael Del Zotto, qui n’a joué qu’un seul match avec l’équipe. Si les Blues maintiennent le même momentum d’ici à la fin de la saison, ils auront sans aucun doute leur billet pour les séries éliminatoires.

Stars de Dallas

gettyimages.ca

Les Stars de Dallas nagent également dans l’incertitude. Depuis le nouvel an, ils jouent à la chaise musicale avec le Wild, l’Avalanche du Colorado et les Coyotes de l’Arizona pour les dernières places en séries. À ce jour, ils détiennent la place pour la première équipe repêchée et ils affronteraient les Sharks de San Jose au premier tour. Toutefois, ils devront commencer par cimenter leur place.

Les vedettes des Stars n’ont pas un gros impact sur leur équipe cette année. Mis à part Tyler Seguin qui mène son équipe en points, les joueurs étoiles comme Jamie Benn ou bien John Klingberg produisent bien en-dessous des attentes. Benn a seulement 46 points en 66 matchs et Klingberg 36 en 51 matchs.

Même s’il a été blessé souvent durant l’année, Alexander Radulov demeure l’un des points positifs de l’équipe. Le Russe de 32 ans a 55 points en 57 matchs et il est le seul joueur de l’équipe à s’approcher d’une moyenne d’un point par match. Si les Stars veulent faire un long parcours durant les séries, leurs joueurs vedettes devront monter leur jeu d’un cran.

Wild du Minnesota

thehockeynews.com

Comme les Blues, le Wild ont fait un ménage dans leur organisation durant la saison. Ce n’est toutefois pas l’entraîneur-chef qui a écopé, mais bien le directeur général Chuck Fletcher. Si le Wild ne parvient pas à faire les séries, l’entraîneur-chef Bruce Boudreau pourrait bien être le prochain. Néanmoins, l’équipe a l’effectif nécessaire pour donner du fil à retordre aux autres équipes qualifiées.

Menée par Eric Staal, l’attaque est diversifiée sur les trois premières lignes. Comme les Stars, les joueurs vedettes du Wild ont performé en-dessous des attentes cette saison. Seul l’attaquant Zach Parise a franchi la barre des 50 points et il n’y a que deux marqueurs de plus de 20 buts dans l’équipe. L’échange de l’ailier Nino Neidereitter contre le centre Victor Rask n’a pas eu l’effet escompté. Ce dernier a seulement deux points en 10 matchs avec sa nouvelle équipe.

Le pilier à la défense reste le vétéran Ryan Suter. Le natif du Minnesota, âgé de 34 ans, est en voie d’obtenir sa deuxième saison de suite de plus de 50 points, sa troisième en quatre ans. Il est épaulé par Jared Spurgeon et Jonas Brodin afin de protéger la cage du gardien Devan Dubnyk. Toutefois, la perte de Matt Dumba au début de la nouvelle année a créé un trou sur le quatuor de la défense. Si le Wild veut faire partie des séries, ils devront redoubler d’ardeur afin de ne pas se faire dépasser par les Coyotes de l’Arizona qui les suivent de très près.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fondé en avril 2017, SurLeBanc.ca est un média sportif géré par des étudiants en communication qui souhaitent partager leur amour pour le sport par le biais d’articles, de productions radiophoniques et de reportages audiovisuels. Notre équipe prône une approche offrant davantage de visibilité aux sports en développement et aux athlètes à découvrir. Après tout, être près de l’action, c’est aussi de raconter des histoires, et ce, peu importe le parcours de l’individu!

Facebook

Abonnez-vous à notre infolettre

* indicates required

Copyright © 2015 Flex Mag Theme. Theme by MVP Themes, powered by Wordpress.

Retour en haut