Canadiens

Le seul attaquant que le Canadien peut repêcher en première ronde

Le fameux problème de la ligne de centre du Canadien semble désormais être chose du passé. Maintenant, c’est le couloir gauche de la brigade défensive du club qui fait défaut. Il faut absolument repêcher un arrière gaucher, disent-ils. Cependant, un attaquant québécois pourrait bien venir changer la donne.

Depuis les ascensions exceptionnelles de Max Domi et de Philip Danault, l’acquisition de Nick Suzuki ainsi que la fulgurante progression de Ryan Poehling, la position de centre se classe dans les dossiers réglés chez le Canadien. Bien que l’équipe connaisse une saison qui surpasse largement nos attentes, il ne relève pas du ridicule que d’affirmer que la défense traîne de la patte, et ce, pour cause de manque de talent.

Outre Petry, Weber et Mete, Claude Julien ne peut bénéficier d’un arrière ayant les capacités d’évoluer sur les deux premières paires. Les Jordie Benn, Brett Kulak, Mike Reilly, David Schlemko et Karl Alzner ont tous passé par-là, mais aucun n’a su cocher toutes les cases nécessaires pour s’y établir de façon permanente. Il est maintenant clair dans l’esprit des partisans, analystes et, je n’en doute pas un seul instant, dans celui des dirigeants que la priorité numéro uno de l’organisation est de dénicher un défenseur tirant de la gauche pour venir solidifier une brigade un peu dépassée par la nouvelle génération.

Évidemment, l’option la plus viable est probablement d’aller chercher ce dit défenseur par le repêchage. Du moins, ça fait l’unanimité chez les partisans et experts montréalais. Cependant, un attaquant originaire de la ville de Québec pourrait bien venir anéantir cette si belle conformité. Un attaquant si talentueux et intéressant qu’il serait acceptable de renoncer à la sélection d’un arrière pour l’accueillir dans l’organisation. En effet, l’ailier gauche Jakob Pelletier des Wildcats de Moncton dans la LHJMQ possède toutes les qualités requises pour s’établir dans la grande ligue et a le potentiel de devenir un véritable vol de fin de premier tour.

« J’ai bon espoir que Jakob Pelletier soit une vedette dans la LNH. En raison de son gabarit, je le compare à Brad Marchand au même âge, avec un peu plus d’habiletés. Il a autant de caractère que de talent », disait Roger Shannon, ancien directeur-général des Wildcats, au sujet de Pelletier lors d’une entrevue accordée au journal LeSoleil l’an dernier.

Un joueur complet

Pelletier avec la coupe Jimmy Ferrari | Source : old.liguemidgetaaa.com

Le #11 des Wildcats est le genre de joueur qui vient confirmer l’hypothèse selon laquelle il faut impérativement repêcher le meilleur joueur disponible. Ses qualités sont nombreuses et s’étendent de l’extérieur à l’intérieur de l’aréna. Son leadership est déjà exceptionnel pour son jeune âge. D’ailleurs, Roger Shannon admettait qu’à seulement 16 ans, Pelletier constituait un rouage important de son club en plus d’être un des joueurs les plus appréciés dans le vestiaire. Déjà, à son année recrue, il faisait preuve de qualités de meneur importantes. Ce sont de choses qui ne s’apprennent pas et disons qu’à Montréal, un certain #67 nous l’a appris à la dure.

Sans compter son leadership inné, l’ancien du Séminaire St-François est un joueur hargneux et très combatif. Pas pour rien que son ex-patron le comparait à Brad Marchand; ils sont faits dans le même moule! De plus, c’est un joueur que l’on pourrait qualifier, pardonnez-moi l’expression, de « gamer ». Partout où il est passé, il a tout raflé.

Dans le Midget AAA, il est allé conquérir la coupe Jimmy Ferrari et la coupe Telus. Plus récemment, il a remporté le tournoi Hlinka-Gretzky en représentant le Canada. Les titres ne constituent pas l’ensemble. Les statistiques sont aussi révélatrices. Dans sa conquête de la coupe Jimmy Ferrari, il a cumulé 29 points en 17 joutes éliminatoires. À la coupe Telus? Dix points en sept parties. Au Hlinka-Gretzky? Deux points en quatre rencontres, mais il évoluait dans un rôle plus restreint derrière les Lafrenière, Dach, Cozens et compagnie, sans oublier une vilaine blessure qui a mis fin à son tournoi. Le jeune est un pitbull avec du cœur, du leadership et possède cette qualité unique d’élever son jeu d’un cran lors des grands moments.

Des habiletés à revendre

Laissez-moi vous dire que le jeune Pelletier a bien plus que du leadership et de la combativité. Sur la patinoire, il est constamment impliqué dans les bons coups de son équipe. Il est capable d’alimenter ses coéquipiers grâce à sa vision du jeu hors-pairs, mais tout aussi capable de conclure une action par ses mains agiles et son tir précis. Ajoutez à cela une bonne vitesse de pointe et vous avez un joueur polyvalent et dangereux en tout temps.

Encore une fois, tout cela se concrétise en buts et en points sur la feuille de pointage. À sa saison recrue, il a récolté 61 points, dont 23 filets, en 60 parties, bon pour le deuxième rang des pointeurs chez les joueurs de première année. Cette saison, il a amené son jeu en territoire ennemi à un autre niveau. En 56 rencontres jusqu’à présent, il a enfilé l’aiguille à 34 occasions et a amassé 44 mentions d’aide pour un total de 78 points. Il ne faut pas oublier que Moncton pointe au huitième rang du classement général du circuit Courteau. Pelletier évolue dans une des bonnes formations de la ligue, mais ne profite certainement pas de la puissance offensive du club comme le font d’autres avec Drummondville, Halifax ou Rouyn-Noranda.

Enfin, Jakob Pelletier est un joueur fort talentueux qui rend ses coéquipiers meilleurs grâce à sa vision du jeu et ses habiletés individuelles hors-normes. Comme dirait l’autre, il peut te faire mal de toutes les manières!

Son seul défaut…

Si Pelletier est si talentueux, pourquoi se retrouve-t-il au 20e rang de la liste nord-américaine de la centrale de la LNH? La raison est toute simple. Son gabarit fait peur à bien des recruteurs. Malgré qu’il se présente chaque soir et qu’il ne recule devant absolument rien, ses 5’9’’ et ses 161 livres lui font perdre des points auprès des organisations professionnelles. Il est plus que plausible de croire que s’il mesurait six pieds et pesait 180 livres, on parlerait de lui comme un potentiel choix top-10.

Toutefois, il ne faut pas s’inquiéter. Dans une LNH changeante et qui fait place aux jeunes et aux plus petits, le porte-étendard des Wildcats de Moncton a tout ce qu’il faut pour s’y faire une place.

Fondé en avril 2017, SurLeBanc.ca est un média sportif géré par des étudiants en communication qui souhaitent partager leur amour pour le sport par le biais d’articles, de productions radiophoniques et de reportages audiovisuels. Notre équipe prône une approche offrant davantage de visibilité aux sports en développement et aux athlètes à découvrir. Après tout, être près de l’action, c’est aussi de raconter des histoires, et ce, peu importe le parcours de l’individu!

Facebook

Abonnez-vous à notre infolettre

* indicates required

Copyright © 2015 Flex Mag Theme. Theme by MVP Themes, powered by Wordpress.

Retour en haut