Canadiens

Chronique | Le véritable premier trio des Canadiens

(C) SurLeBanc.ca

Ah Montréal! La ville où les partisans sont possiblement les plus critiques envers les dirigeants de leurs équipes sportives. Parfois, vous avez raison d’être très durs vis à vis l’état-major de ces formations, notamment celui des Canadiens.

Cependant, j’ai remarqué que les fans sont très sévères à l’endroit de trois individus en particulier et je crois vraiment qu’il s’agit d’une injustice. Aujourd’hui, je me porte à la défense de ces trois excellents hommes de hockey.

Un DG très productif

Tout d’abord, je suis un grand partisan de Marc Bergevin à titre de directeur-général. Oui, j’ai été le premier à le critiquer de manière pas très élogieuse lorsqu’il a octroyé un lourd contrat à Karl Alzner en juillet 2017. Par contre, je crois qu’il est l’un des meilleurs directeurs-généraux du circuit Bettman. Il est très, très solide!

Pourtant, il reçoit de vives critiques  depuis au moins trois ans, ce qui est du délire à mon avis. Vous aimez Joel Armia? Et Phillip Danault? Tomas Tatar? Shea Weber? Nicolas Deslauriers? Puis Max Domi? Tout ces joueurs que vous aimez tant ont tous étés acquis par voie de transactions effectuées par Marc Bergevin. Pas pire du tout! Mise à part Jonathan Drouin, qui fait grincer les dents quelques soirs, Bergevin a démontré qu’il avait raison lorsqu’il parlait d’attitude dans son dernier bilan de fin de saison.

Je suis vraiment satisfait du travail de Marc Bergevin depuis son arrivée en 2012. Il a su se débarrasser des joueurs qui étaient devenus des fardeaux pour l’organisation ou en fin de carrière pour des retours assez intéressants. Il a aussi un très bon flair pour aller chercher des joueurs de troisième et quatrième trio, ainsi que des défenseurs ne jouant pas sur le top 4.

Bergevin a réussi quelques coups fumants. Oui, comme tout le monde il a commis des erreurs, mais cela fait partie du métier. Selon moi, il est l’un des meilleurs directeurs-généraux de l’histoire des Canadiens de Montréal. Je suis très sérieux en mentionnant ceci. Le Canadien sera entre bonnes mains encore longtemps avec cet homme en poste.

Un entraîneur sous-estimé

Claude Julien est l’un des meilleurs entraîneurs de la LNH. Le fait qu’il se soit adapté à la nouvelle LNH prouve tout son savoir. Il est insensé qu’on critique le boulot de Julien, qui gagne avec une défensive ordinaire et une attaque « correcte ». Il est vrai que Carey Price aide beaucoup, mais contrairement à Michel Therrien, le système de Julien est apprécié des joueurs. Il est un bon communicateur et écoute les idées de ses adjoints.

Les embauches de Dominique Ducharme et Luke Richardson font elles aussi beaucoup de bien. Si Marc Bergevin mérite du crédit pour ses nombreux changements à l’entre-saison, bien Claude Julien en mérite tout autant. Il a réussi à vendre son système de jeu à tout le monde et de garder les joueurs sur le qui-vive. De plus, il n’a pas eu peur de retrancher des vétérans de sa formation.

Selon moi, il a gagné la Coupe Stanley en 2011 avec les Bruins en ayant la moins bonne formation des 15 dernières conquêtes. D’ailleurs, il a ramené ses Bruins en finale en 2013, s’inclinant contre les Hawks. Il mérite amplement son cinq millions de dollars par saison. Sans aucun doute dans le top 5 de la LNH.

Un dépisteur avec l’oeil de lynx

Troisièmement, Trevor Timmins. Ce gars-là est une perle rare! Il a le deuxième meilleur ratio de joueurs repêchés ayant atteint la LNH, après les Red Wings de Detroit. En plus, il a souvent dû composer avec des choix de premier tour tardifs en raison de la présence des Canadiens en séries. Sans compter le nombre de choix qu’il n’a pas eu dans les trois premières rondes.

Timmins a fait de très belles trouvailles après la première ronde. Voici des exemples de joueurs toujours dans l’organisation : Brendan Gallagher et Charles Hudon (5e), Artturi Lehkonen (2e) et Victor Mete (3e). L’avenir de l’équipe est présentement très prometteuse avec les Ryan Poelhing, Alexander Romanov, Nick Suzuki (repêché par Vegas), Jesse Ylonen, Jacob Olofsson, Cale Fleury, Cayden Primeau, Josh Brook et j’en passe.

Il reste tout de même cinq choix de première ronde de Timmins dans l’organisation du Canadien : Carey Price, Michael McCarron, Noah Juulsen, Ryan Poelhing et  Jesperi Kotkaniemi. On peut affirmer que Trevor Timmins est un pilier de l’organisation des Canadiens de Montréal.

Le Canadien est entre très bonnes mains avec ces trois hommes de hockey. Par contre, ils sont humains et prendront sans doute des décisions impopulaires et se tromperont dans le futur. C’est facile critiquer, mais difficile louanger. OBJECTIVITÉ! Retenez ce mot, car moi je l’adore.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fondé en avril 2017, SurLeBanc.ca est un média sportif géré par des étudiants en communication qui souhaitent partager leur amour pour le sport par le biais d’articles, de productions radiophoniques et de reportages audiovisuels. Notre équipe prône une approche offrant davantage de visibilité aux sports en développement et aux athlètes à découvrir. Après tout, être près de l’action, c’est aussi de raconter des histoires, et ce, peu importe le parcours de l’individu!

Facebook

Abonnez-vous à notre infolettre

* indicates required

Copyright © 2015 Flex Mag Theme. Theme by MVP Themes, powered by Wordpress.

Retour en haut