Football

Séries de la NFL | Quand l’offensive domine

Drew Brees célèbre un premier jeu contre les Eagles (sportingnews.com)

Nous connaissons maintenant les équipes qui forment le carré d’as des séries éliminatoires. Il ne reste plus que deux victoires à aller chercher avant de pouvoir soulever le Vince Lombardi le 3 février prochain. Pour une rare fois, ce sont les quatre meilleures offensives qui font partie de ce carré d’as. On repassera pour l’adage que la défensive gagne les championnats! Petit retour sur les matchs du weekend.

Une première depuis 1994 à Kansas City!

Il faisait froid à Kansas City samedi dernier et la neige tombait sur le terrain du Arrowhead Stadium. On attendait la meilleure offensive de la ligue, soit les Chiefs, contre l’une des équipes les plus hot du circuit, les Colts. Or, Indianapolis n’a pas été à la hauteur de sa réputation. C’était le jour et la nuit par rapport à la performance contre les Texans.

Les Colts se sont faits dominer par les Chiefs qui ont rapidement pris les devants par au moins deux possessions. Pire encore, les Colts n’ont pas réussi à obtenir un seul premier essai avant les deux dernières minutes de la première demie. Beaucoup de passes de Andrew Luck ont également été rabattus par des joueurs de ligne offensive.

Pour les Chiefs de Kansas City, on a beaucoup dit, moi y compris, que la défensive était mauvaise cette année. Or, force est d’admettre qu’elle a fait le travail de limiter Marlon Mack et de mettre de la pression constante sur Andrew Luck. En offensive, la machine des Kansas City a continué son excellent boulot de la saison régulière. Patrick Mahomes a continué son bon travail avec 278 verges aériennes et le jeu au sol des Chiefs a cumulé 180 verges et quatre touchés.

Cette domination a permis aux Chiefs de Kansas City de remporter un premier match à domicile en séries éliminatoires depuis janvier 1994. Inutile de dire que ça l’a fêté fort à Kansas City!

Le jeu au sol des Rams domine

Match dans la ville des Anges, ce duel était probablement celui que l’on voyait être le plus serré. Si le résultat est assez proche, il faut toutefois admettre que les Rams ont dominé la rencontre. L’offensive au sol des Rams de Los Angeles a été l’histoire de ce match. Non seulement Todd Gurley a atteint les 100 verges de gain, mais C.J. Anderson aussi a obtenu cette marque. Ce sont donc deux porteurs de ballon qui ont eu un total accumulé de 238 verges. Jared Goff n’avait plus besoin de forcer par la suite. Une attaque solide au sol a permis aux Rams de contrôler la majorité du temps de possession.

Pour les Cowboys, ils n’ont pas su répéter la recette gagnante de la semaine précédente. D’abord, les succès des Cowboys passent par Ezekiel Elliott. Or, samedi soir, la ligne défensive des Rams n’a presque rien laissé comme espace à Elliott qui n’a même pas atteint les 50 verges. Ceci a donc mis la pression sur les épaules de Dak Prescott qui n’a pas été une catastrophe, loin de là. Il a ramené l’équipe dans le match, mais les Cowboys ont manqué de temps pour faire la dernière séquence victorieuse.

Huitième finale de l’AFC de suite pour les Patriots

Le début du match laissait croire que ce serait un duel partagé et à haut pointage. Or, les choses ont rapidement tourné au vinaigre pour les Chargers de Los Angeles. L’offensive n’arrivait pas à établir son rythme, la défensive était complètement inefficace face à l’attaque des Patriots, les pénalités étaient coûteuses par moment et les revirements sont arrivés au mauvais moment. Bref, les Chargers ont été tout simplement mauvais. Était-ce en raison du froid ou du fait qu’ils devaient jouer une deuxième semaine consécutive dans l’Est du pays?

Du côté des Patriots, la troupe de Bill Belichick a continué de nous épater même si plusieurs mentionnaient qu’ils avaient connu une saison plus difficile que prévue. Pourtant, ils ont connu tout un départ durant ces séries. À la demie, c’était déjà 35 à 7 pour les Patriots. L’offensive faisait ce qu’elle voulait, que ce soit les passes de Tom Brady ou bien les courses de Sony Michel. Michel a par ailleurs accumulé 129 verges à son premier départ en séries. Pour Brady, malgré son âge avancé, il a tout de même complété 34 de ses 44 passes tentées et le quart-arrière ne montrait aucun signe de ralentissement.

Nous devons aussi rendre crédit à la défensive qui ont tout simplement réduit au silence l’offensive des Chargers. L’essentiel des gains de Los Angeles ont eu lieu une fois le match hors de portée. Ce sera donc une huitième présence de suite pour les Patriots au championnat de la conférence Américaine, une incroyable séquence.

Les Saints éliminent les champions

Est-ce que la magie de Nick Foles allait encore se produire? Disons que le début de match laissait présager que ce serait le cas. Foles a mené les Eagles à un touché lors des deux premières séquences de la partie, permettant aux champions en titre de prendre les devants 14 à 0. Du côté des Saints, rien ne fonctionnait, tant à l’offensive qu’à la défensive. Heureusement pour les partisans présents au Mercedes-Benz Superdome, les locaux ont réussi à réajuster le tir.

La machine offensive des Saints a repris du poil de la bête dans les trois derniers quarts. Drew Brees s’est mis à lancé des passes précises et le duo Alvin Kamara et Mark Ingram a réussi à s’imposer dans le match. Ceci a permis aux Saints de conserver la majorité de la possession et de contrôler le temps.

Le match s’est essentiellement joué sur une séquence-clé survenue au troisième quart. Après une première possession courte des Eagles, les Saints ont débuté à leur propre ligne de huit verges. Ils ont enfilé 18 jeux pour une séquence d’une durée de 11 minutes 29 secondes avec un touché au final, celui qui allait permettre aux Saints de l’emporter. Cette capacité de contrôler le tempo du match, les Saints l’ont eu pendant toute la deuxième demie.

La magie de Foles n’a pas fonctionné, lui qui a été victime de deux interceptions, dont la passe échappée par Alshon Jeffrey qui a scellé l’issue du match. Le jeu au sol de Philadelphie a été erratique avec seulement 49 verges de gain. Ceci met donc fin à la saison des Eagles et on sait déjà qu’un nouveau champion sera couronné à la fin de la saison.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fondé en avril 2017, SurLeBanc.ca est un média sportif géré par des étudiants en communication qui souhaitent partager leur amour pour le sport par le biais d’articles, de productions radiophoniques et de reportages audiovisuels. Notre équipe prône une approche offrant davantage de visibilité aux sports en développement et aux athlètes à découvrir. Après tout, être près de l’action, c’est aussi de raconter des histoires, et ce, peu importe le parcours de l’individu!

Facebook

Abonnez-vous à notre infolettre

* indicates required

Copyright © 2015 Flex Mag Theme. Theme by MVP Themes, powered by Wordpress.

Retour en haut