Canadiens

Du succès qui sourit aux commerçants

À la suite d’une saison difficile en 2017-18 et des différents mouvements de personnel durant la saison morte, peu de gens voyaient le Tricolore dans le portrait des séries. Contre toute attente, après 18 rencontres, Montréal se situe au huitième rang de l’association de l’Est.

Bruno Després, assistant-gérant à l’entrepôt du Hockey à Québec. Crédit photo : Louis-Michel Lelièvre

Cette situation sourit aux vendeurs de produits licenciés, comme l’explique Bruno Després, assistant-gérant à l’entrepôt du Hockey à Québec. « Si le Canadien ne connaît pas un bon début de saison, il y a moins de gilets rouges qui passent à la caisse, affirme celui qui travaille dans le monde du hockey depuis une dizaine d’années. Par contre, avec le bon début de saison de l’équipe, plusieurs amateurs veulent se procurer des chandails avec les noms de Max Domi ou de Brendan Gallagher, qui sont les joueurs les plus productifs de l’alignement montréalais. »

Després explique cependant qu’il y a des exceptions avec des joueurs élites. Il prend l’exemple de Carey Price, qui est une vedette du Canadien depuis de nombreuses saisons. « Bon an, mal an, le gardien de but du Tricolore demeure toujours un excellent vendeur », soutient Després. Outre les produits licenciés, les jeunes joueurs de hockey veulent s’identifier à leurs joueurs favoris en portant les mêmes pièces d’équipement qu’eux. Plusieurs joueurs du CH arborent des casques « Warrior » et il se trouve que ces casques sont également de bons vendeurs dans les magasins au Québec.

Pour Bruno Després, ce sont cependant les magasins de la région de Montréal qui bénéficient le plus du bon début de saison de l’équipe au point de vue des ventes de produits licenciés, puisque ceux-ci possèdent plus de chandails différents. « Si Paul Byron connait une bonne séquence, les gens vont acheter des chandails de Byron à Montréal. Ici, nous ne pouvons pas nous permettre de garder une grande quantité de chandails d’un joueur moins connu. »

Le hockey est un monde d’impondérables

Bien des choses peuvent se passer dans le monde du hockey pour affecter la vente de produits. Després explique qu’il possède de nombreux chandails de joueurs comme Alex Galchenyuk, Max Pacioretty et PK Subban, qui ont tous quitté le Canadien à la suite d’une transaction. Il est alors difficile de vendre ces chandails, même en liquidation.

En plus des mouvements de personnel, les joueurs peuvent changer de numéro, comme l’a fait Jack Eichel au cours de l’été, ou prendre leur retraite. C’est pour cette raison que plusieurs chandails de Pavel Datsyuk, Henrik Zetterberg ou des jumeaux Sedin sont toujours sur le plancher.

Quant aux Nordiques de Québec, ils sont encore aujourd’hui d’excellents vendeurs et le seront encore plus lorsqu’une équipe sera de retour au Centre Vidéotron. À Québec, il y a évidemment plus de partisans des Nordiques, que du Canadien.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Surlebanc.ca, un média sportif hors du commun. Notre but : parler d'actualité, de conflits sociaux et d'enjeux culturels et même politiques que nous offre le sport!

Facebook

Abonnez-vous à notre infolettre

* indicates required

Copyright © 2015 Flex Mag Theme. Theme by MVP Themes, powered by Wordpress.

Retour en haut