Royal de Montréal

Le ultimate en mode virtuel

La LQU; circuit réel ou prétexte pour promouvoir le talent québécois ?

Le Royal publiait une nouvelle étonnante le 31 octobre dernier : un nouveau circuit pro d’ultimate serait sur le point de voir le jour au Québec. Était-ce une vraie nouvelle ou un fake news?

Malheureusement, bien que la nouvelle a circulé sur les médias sociaux au sein de la communauté québécoise d’ultimate, elle s’avère être fausse. Dans les faits, le circuit est virtuel et il s’agit d’un prétexte pour attirer l’attention sur les nombreux athlètes féminins et masculins actifs au Québec.

L’instigateur de ce projet est Mathieu Bordeleau. L’homme de Québec a été joueur élite et entraîneur. Il cherchait à mettre à valeur les meilleurs joueuses et joueurs québécois. La forme qu’il a donné à ce projet est la création de quatre équipes virtuelles dans un fantasy inspiré de ce qui se fait pour plusieurs circuits collégiaux sportifs américains. Ce circuit virtuel porte le nom de Ligue Québécoise d’Ultimate (LQU).

Bordeleau s’est entouré de trois comparses « directeurs généraux » dans son projet; Nicolas Vanasse, Philippe Thivierge ainsi que l’auteur de la présente chronique. Les profils des DGs sont disponibles dans la chronique annonçant le projet virtuel. Une ébauche du calendrier ainsi que des noms de franchises ont été élaborés. Le format des matchs a aussi été pensé de manière à mettre en valeur les différents formats (mixte, féminin et open) pratiqués du sport.

Visibilité du talent québécois

Pour mettre en valeur les joueuses et joueurs élite québécois, un repêchage virtuel a été effectué. Chaque équipe est composé de huit femmes et huit hommes. Les DGs devaient choisir parmi les 148 femmes et 152 hommes retenus pour le repêchage. Les critères d’éligibilité étaient que les athlètes soient québécois ou qu’ils aient joué au sein d’équipes québécoises compétitives au cours de l’année 2018.

Les joueurs du Royal profitent d’une visibilité significative, mais les joueuses élites québécoises souffrent d’une visibilité moindre. Ce projet voulait corriger à tout le moins en partie le manque à combler. De plus, on cherche à mettre de l’avant des joueuses et joueurs qui forment la relève de demain.

Les athlètes repêchés seront présentés par l’entremise d’articles publiés sur le site du Royal de Montréal. Au moment d’écrire ces lignes, 16 des 64 athlètes repêchés ont été publiés. Les autres suivront au cours des prochaines semaines. Les instigateurs de ce projet invitent les intéressés à échanger et partager leurs impressions sur les athlètes, le format du circuit virtuel ainsi que sur le calendrier potentiel.

Belle réponse des amateurs

Le projet a suscité une belle réponse de la communauté sur les médias sociaux. Plusieurs ont exprimé un intérêt et un bel enthousiasme à prendre part à ce nouveau circuit qui reste virtuel. Des commentaires ont été émis sur les médias sociaux portant sur le format des matchs et les bénéfices financiers d’un circuit québécois où les dépenses de voyage seraient moindre que dans l’AUDL.

« Au delà de tous ces commentaires, l’important est que les talents québécois se fassent connaitre, nous répètent Mathieu Bordeleau. Est-ce que certains athlètes ont été oublié? Oui, mais au-delà de ça, on croit que la communauté gagnera à mieux connaitre les étoiles d’aujourd’hui et de demain. »

Des commentaires pertinents ont été partagés sur l’équité des genres, sujet rendu incontournable dans la communauté du ultimate. La mixité du projet se voulait un appui sans équivoque en ce sens, comme le prouve le fait que sur les 16 premiers athlètes repêchés, huit sont des femmes . Même que les trois premières sélections ont été des femmes, et ce, sans qu’aucune règle de genres n’eut été mise en place lors du repêchage.

Cependant, des questionnements sur l’absence de femmes au sein des quatre directeurs généraux ont été soulevés. La promotion de l’initiative par l’entremise d’une organisation oeuvrant dans un circuit masculin seulement a aussi fait réagir.

Du virtuel au réel?

Parmi les commentaires émis, certains portaient sur la faisabilité d’un tel circuit. À ce stade-ci du projet, certaine discussion ont eu lieu pour évaluer si un mini-tournoi regroupant les quatre formations ne pourrait pas avoir lieu. Toutefois, les discussions demeurent très préliminaires.

En bref, l’initiative provoque des réactions, alors que la communauté se tourne vers la saison intérieure. Le souhait de générer un partage de commentaires et de mettre en valeur le talent québécois a été jusqu’à maintenant atteint. L’annonce initiale du projet ainsi que les publications sur les athlètes repêchés sont disponibles sur le site du Royal. Tous sont invités à commenter sur la page facebook du Royal de Montréal.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Surlebanc.ca, un média sportif hors du commun. Notre but : parler d'actualité, de conflits sociaux et d'enjeux culturels et même politiques que nous offre le sport!

Facebook

Abonnez-vous à notre infolettre

* indicates required

Copyright © 2015 Flex Mag Theme. Theme by MVP Themes, powered by Wordpress.

Retour en haut