Alouettes

Cahier de jeux | Bilan de saison pour les Alouettes

Il est maintenant le temps d'accrocher les casques dans le vestiaire pour l'hiver Crédit : cfl.ca

Le rideau est enfin tombé sur une saison difficile et décevante pour les Alouettes de Montréal. Lors du dernier match, les Alouettes ont affronté les Tiger-Cats à Hamilton. Résultat : les Alouettes l’ont emporté 30 à 28 et terminent la saison avec une fiche de 5-13. Retour sur le match et bilan de cette saison qui ne passera pas à l’histoire pour les partisans montréalais.

Le dernier tour de piste

Même si les enjeux étaient peu nombreux dans ce match, je trouve ça important de revenir sur la dernière performance de l’année pour voir les enseignements que l’on peut en tirer. D’abord, précisons immédiatement que la plupart des partants des Tiger-Cats d’Hamilton étaient sur le banc pour la rencontre.

Pour l’entraîneur-chef Mike Sherman, ce match lui permettait d’avoir un dernier coup d’oeil sur son effectif avant la saison morte. Il avait d’ailleurs annoncé que trois quarts-arrières verraient de l’action au cours de la partie et c’est ce qui s’est produit. Johnny Manziel a seulement joué le premier quart pour laisser place à Antonio Pipkin. Ce dernier a d’ailleurs connu une excellente performance en lançant pour 217 verges, dont une bombe à Eugene Lewis pour 75 verges.

Si le jeu aérien a connu de bons moments, on ne peut pas en dire autant du jeu au sol. Les Alouettes n’ont cumulé que 64 verges au sol, probablement dû au manque de soutien de la ligne offensive. Autre statistique inquiétante : même si les Tiger-Cats ont utilisé un quart-arrière réserviste, ils ont tout de même réussi à avoir plus de 300 verges aériennes. Les Oiseaux ont même failli perdre leur avance au quatrième quart et c’est grâce à un botté de placement raté que les Alouettes ont pu remporter un cinquième match cette année.

Il y a de fortes chances que ce match ait été le dernier de John Bowman ou de Luc Brodeur-Jourdain qui pourraient annoncer leur retraite. Les partisans montréalais ont pu se compter chanceux d’avoir des joueurs de cette qualité durant les dernières années. Ce sont des piliers sur le terrain et dans le vestiaire qui devront être remplacés durant la prochaine année.

Les chantiers à venir

Avec une fiche aussi mauvaise, les chantiers des Alouettes ne sont pas encore terminés et il faudra voir les réponses que la haute direction y apportera, surtout si l’état-major devait changer. Le premier élément majeur que les Oiseaux devront corriger dans cette saison morte sera d’améliorer une offensive qui a grandement sous-performé en 2018. Si les positions de quart-arrière et de porteur de ballon semblent avoir un titulaire bien en place avec Johnny Manziel et William Stanback, il en est autrement pour les positions de receveurs de passe et, surtout, sur la ligne offensive.

Eugene Lewis a connu quelques bonnes performances, mais il a manqué de constance cette saison (RDS.ca)

Il manque à cette équipe un receveur de passe explosif qui pourrait davantage s’imposer dans les duels avec la défensive. Les longues passes et les longues échappées des receveurs étaient plutôt rares cette saison. Les passes étaient ternes et manquaient de mordant! Les passes ont été trop souvent mal maîtrisées et échappées par les receveurs de passe. L’organisation a besoin d’aide de ce côté.

Maillon faible de l’équipe, la ligne offensive a nettement besoin d’investissement. Trop souvent, le quart-arrière était sous pression et il devait se débarrasser du ballon ou courir pour sauver sa peau. La ligne offensive est cruciale pour la réussite d’une offensive et les Alouettes ne peuvent plus attendre avant d’améliorer cet élément. Il pourrait même s’agir du chantier le plus crucial pour l’équipe.

Il y a aussi un chantier tout aussi important en défensive. La tertiaire a trop souvent accordé des espaces aux receveurs adverses et il a été très fréquent qu’un quart-arrière adverse soit parvenu à faire un match de plus de 300 verges aériennes. Il est nécessaire de garder l’équipe dans le coup match après match et la défensive doit mieux apporter sa contribution aux succès de l’équipe.

Finalement, chantier externe à l’équipe, la direction doit reconquérir les partisans. Les Alouettes avaient cet objectif cette année, mais force est de constater qu’ils ont échoué. Pour preuve, la direction a déjà annoncé que les billets seront moins chers et que certaines sections seront fermées. La tâche ne sera pas facile et il faudra être patient, mais l’équipe doit avoir une mentalité de gagnant, et ce, dès 2019!

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Surlebanc.ca, un média sportif hors du commun. Notre but : parler d'actualité, de conflits sociaux et d'enjeux culturels et même politiques que nous offre le sport!

Facebook

Abonnez-vous à notre infolettre

* indicates required

Copyright © 2015 Flex Mag Theme. Theme by MVP Themes, powered by Wordpress.

Retour en haut