Tennis

Caroline Wozniacki souffre de polyarthrite rhumatoïde

Wozniacki
(©Getty Images)

Caroline Wozniacki a annoncé jeudi qu’elle souffrait de polyarthrite rhumatoïde. La Danoise a été diagnostiquée peu de temps avant l’US Open. Alors qu’elle participait à la Coupe Rogers de Montréal, elle s’est réveillée un matin sans pouvoir lever ses bras au-dessus de sa tête. Inquiète, elle a passé des tests qui ont révélé la présence de la maladie auto-immune. 

Une maladie qui attaque les articulations 

La polyarthrite rhumatoïde est une maladie qui provoque un gonflement des articulations et une fatigue intense. Wozniacki a rapidement compris qu’il se passait quelque chose d’inhabituel quand elle a souffert d’épuisement après Wimbledon. L’épisode de Montréal l’a poussée à contacter un médecin. 

“Au début, c’était un choc, a confié la Danoise à la presse, après sa défaite contre Svitolina aux Finales de la WTA. J’ai eu l’impression d’être la première athlète à souffrir de cette maladie, ce qui a affecté ma confiance. Toutefois, je ne peux rien y faire. Je ne peux qu’être positive, c’est juste difficile à avaler.”

Ce diagnostic explique ainsi la série noire de Wozniacki au cours de l’été. À la suite de son forfait à Cincinnati, l’ancienne numéro un mondial a perdu au deuxième tour de cinq tournois consécutifs. Toutefois, la découverte d’un traitement lui a permis de rebondir.

“Après l’US Open, j’ai eu besoin de bien comprendre ce qui se passait. J’ai rencontré l’un des meilleurs docteurs pour commencer un traitement. Évidemment, ce n’est pas une situation idéale pour une athlète. Il faut simplement comprendre ce qui peut être fait, car il existe des moyens de traiter la maladie.”

Wozniacki reste positive

Ce traitement aide la Danoise et à l’automne, elle a retrouvé du mordant. En remportant le tournoi de Pékin, Wozniacki a décroché sa qualification pour Singapour, où elle a perdu aux portes des demi-finales.

“Une fois que j’ai pu débuter un traitement, j’ai essayé de ne plus y penser. J’ai compris comment vivre avec cette maladie. Je suis fière de la manière positive dont j’ai réagi, je ne me suis pas laissée abattre. Ce titre à Pékin est très important pour moi, il m’a permis de constater que je pouvais toujours gagner des tournois.”

Interrogée sur cette révélation tardive, la troisième joueuse mondial a révélé qu’elle ne souhaitait pas donner d’avantage à ses adversaires.

“Je n’en ai pas parlé pendant la saison, car je ne voulais pas que certaines pensent que je serais plus friable à cause de cette maladie. Ma docteure est géniale. Elle m’a montré que la bataille mentale était tout aussi importante.”

Cette maladie ne se présente pas de la même manière pour chaque patient. Comme l’a expliqué Wozniacki, certains parviennent à guérir, d’autres à contrôler sa progression. “La médecine est tellement avancée maintenant que ça ne m’inquiète pas, a-t-elle commenté. Il faut juste en avoir conscience.”

La Danoise va à présent prendre des vacances avant de débuter sa préparation hivernale pour 2019. Dès janvier, elle devra défendre son titre aux Internationaux d’Australie. 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Surlebanc.ca, un média sportif hors du commun. Notre but : parler d'actualité, de conflits sociaux et d'enjeux culturels et même politiques que nous offre le sport!

Facebook

Abonnez-vous à notre infolettre

* indicates required

Copyright © 2015 Flex Mag Theme. Theme by MVP Themes, powered by Wordpress.

Retour en haut