Royal de Montréal

Bilan de fin de saison du Royal | Deuxième partie

Le Royal de Montréal lors de leur victoire sur le Breeze au premier match de la saison. Crédit - Gaétan Dussault Photo

Voici la deuxième de trois chroniques portant sur le bilan de saison 2018 du Royal de Montréal.

Le plus polyvalent

Malik Auger-Semmar (10 matchs, 16 points, 20 passes pour le point, 6 défensives, 84%)

Auger-Semmar est l’un des joueurs qui a le plus progressé dans l’entre-saison. Sa participation au Mondiaux U24 l’hiver dernier a été sans aucun doute un point important dans sa préparation. L’entraîneur de Toronto, qui l’a connu lors de ces Mondiaux, n’avait que de bons mots à dire à son sujet. Auger-Semmar a su gagner la confiance du personnel d’entraîneurs qui le lui ont bien rendu.

Il impressionne par sa polyvalence. Il a été utilisé autant en offensive (119 points joués) qu’en défensive (124). Il est deuxième de l’équipe en terme de points joués par match. Seule ombre au tableau : son taux de passes complétées à seulement 84%. Il devra améliorer ses prises de décision. Il a été ralenti cette saison en raison d’une commotion. On a définitivement hâte de le revoir sur le terrain.

Les capitaines

Kevin Quinlan #81 (10, 39, 16, 8, 92%)

Gabriel Monfette #21 (13, 5, 7, 10, 89%)

Cam Burden #98 et Gabriel Monfette #21

Le vétéran capitaine Kevin Quinlan en était à sa sixième saison dans l’AUDL. L’Américain excelle pour s’offrir en cible sur les tracés courts et à enchaîner rapidement avec une passe longue.

Malgré les défis qu’a connu la ligne offensive cette année, il a connu de bons moments et a assuré une certaine stabilité. Il est moins dominant que lors des années précédentes, probablement dû au fait qu’il est aussi mieux entouré. Il a dominé la franchise pour les passes pour le point avec 39.

Gabriel Monfette a entamé sa cinquième saison mieux préparé que jamais. Il est un capitaine positif qui prêche plus par l’exemple que par la parole. Il n’avait jamais vu un vestiaire aussi bien garni.

Les résultats finaux l’auront sûrement déçu. Il aurait aimé prendre part à la première finale de division. Il aura été égal à lui-même encore une fois en livrant sa contribution défensive en cours de saison.

Cadeau de Winnipeg

Cam Burden #98 (13, 24, 22, 9, 90%)

Aux dires de ses coéquipiers, c’est le joueur de la franchise avec le meilleur Q.I. du jeu. Quand on le regarde jouer, on constate très rapidement qu’il est dans une classe à part. Athlétique, rapide avec un vaste répertoire de lancers, il a tout pour devenir un joueur d’impact.

Sa polyvalence aura peut-être joué contre lui cette saison; il a passé près de la moitié de la saison en défensive. Est-ce qu’un poste plus stable en offensive lui aurait permis de développer une meilleure chimie avec ses coéquipiers ? Peut-être. Qu’importe, le joueur natif de Winnipeg n’aura offert aux partisans montréalais qu’une partie de son savoir-faire et de son talent.

On ne peut que souhaiter qu’il s’épanouisse à Montréal. Nous en serions tous gagnants.

La merveille de Trois-Rivières

Antoine Genest #17 (13, 9, 29, 7, 86%)

La merveille de Trois-Rivières aura réussi encore une fois à imprégner sa marque. Il a toujours aimé prendre des risques. Malgré tout, il a inscrit 29 passes pour le point cette saison, le positionnant au troisième rang de la franchise.

C’est impressionnant, d’autant plus qu’il a une assignation essentiellement défensive. Par le passé, Genest a toutefois connu un meilleur conditionnement physique que celui présenté cette année. Il sera intéressant de voir ses intentions pour la saison prochaine.

La filiale Québec

Vincent Gamache #2 (12, 3, 5, 3, 94%)

Le grand passeur excelle dans le format 4×4 du CQ4. Son grand gabarit et ses excellentes mains devaient apporter un punch offensif à la ligne défensive.

À sa première saison dans l’AUDL, le joueur natif de Québec aura fait, somme toute, un bon travail sans vraiment se démarquer. En jouant surtout comme passeur, il aura distribué les disques sans prendre de risque, ni alimenter le jeu long.

Sa défensive était un peu timide et il n’a pas vraiment réussi à imposer son grand gabarit. Une première année d’apprentissage qui pourra s’avérer un investissement payant la saison prochaine.

La patience rapporte des dividendes

Simon Charette #64 (12, 9, 2, 12, 96%)

Simon Charette #64 s’est imposé en défensive cette saison

Une très belle découverte pour ceux qui ne le connaissaient pas. Il est à l’oeuvre depuis de nombreuses années, mais n’avait pas réussi à percer l’alignement malgré quelques tentatives. Maintenant qu’il fait partie de l’équipe, plus personne ne voudra le laisser quitter.

Simon Charette s’est imposé avec 10 défensives. Il démontre de superbes qualités athlétiques et fait preuve d’une très grande rigueur dans sa préparation physique. Il est très intense en défense, malgré qu’il soit plutôt réservé avec ses coéquipiers.

Ceux qui le connaissent diront de sa première saison « on savait qu’il avait ça en lui ». On sait qu’il peut aller chercher des défensives; il ne lui restera qu’à s’imposer dans le jeu offensif.

On l’aime déjà d’amour.

La nouvelle cuvée

Philippe Bisson #3 (11, 8, 2, 4, 100%)

Vincent Lemieux #6 (10, 7, 7, 8, 98%)

Vincent Lemieux #6 en action

Le joueur type de l’AUDL est jeune, athlétique, aime plonger et lance des longues sans aucun complexe. À Montréal, deux recrues représentent à merveille le joueur type de l’AUDL.

Philippe Bisson et Vincent Lemieux se sont imposés timidement dans l’alignement de Royal en début de saison. Ils ont gagné en confiance à chaque match pour devenir des acteurs importants de la défensive montréalaise.

On adore leur intensité dans la défensive homme pour homme. On aime aussi la facilité déconcertante avec laquelle ils peuvent lancer des bombes. Ils seront les joueurs dominants de demain.

Et ce demain, il vient probablement plus vite qu’on pense.

Retour de blessure

Yoland Cabot #33 (13, 15, 23, 4, 91%)

On a connu Yoland Cabot comme une importante menace offensive. Il effectuait un retour au jeu avec le Royal après une pause à la suite d’une importante chirurgie à la hanche. Le niveau de jeu ayant augmenté au cours de son absence, il n’a pas aussi été aussi dominant.

Il a connu une saison à l’image de la ligne offensive; bonne, mais sans éclat. L’exploit en ce qui le concerne a été de revenir au jeu après l’importante chirurgie qu’il a subie et la pause qui s’en est suivie. Il a confirmé qu’il pouvait faire abstraction du vent dans ses lancers et qu’il avait encore la vitesse requise pour s’offrir en cible.

« Silent D »

Christophe Tremblay-Joncas #22 (14, 13, 6, 14, 92%)

Christophe Tremblay-Joncas #22 tentant le tout pour le tout contre Ottawa

On parle peu de lui. Toutefois, comme les Vallée, Auger-Semmar et Goderre, sa participation aux Mondiaux U24 a été bénéfique.

Tremblay-Joncas a confirmé qu’il a sa place sur l’alignement du Royal. Il est l’un des trois seuls joueurs à avoir pris part aux 14 matchs de la saison. Le défenseur arrive au deuxième rang de l’équipe avec 14 défensives.

Il connaît son rôle et reste quand même timide avec le disque, ce qui explique son excellent 92% de passes complétées. Ses statistiques démontrent sa régularité. A-t-il la volonté et la confiance des entraîneurs pour devenir un joueur d’impact? Pourquoi pas!

À suivre l’été prochain.

De la relève à la grande équipe

Jean Guillemette #35 (9, 6, 2, 4, 95%)

Il a commencé la saison dans la relève de l’équipe. Malgré cela, il s’est taillé une place en prenant part à neuf des 14 matchs du grand club. Guillemette a très bien assumé son rôle en défensive, appliquant une belle pression et en limitant les risques lorsqu’il avait possession du disque.

Il a les qualités athlétiques pour devenir un partant incontournable. Il ne lui reste qu’à développer la confiance en son jeu pour s’imposer.

Suivez-nous la semaine prochaine pour la troisième et dernière chronique sur le bilan de la saison 2018 du Royal.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Surlebanc.ca, un média sportif hors du commun. Notre but : parler d'actualité, de conflits sociaux et d'enjeux culturels et même politiques que nous offre le sport!

Facebook

Abonnez-vous à notre infolettre

* indicates required

Copyright © 2015 Flex Mag Theme. Theme by MVP Themes, powered by Wordpress.

Retour en haut