Plus +

Les Championnats du monde s’amorcent avec 2 équipes québecoises

Les Championnats du Monde qui se tiendront à Cincinnati du 14 au 21 juillet accueilleront entre autre 10 équipes canadiennes dont deux québecoises: Battleship (mixte) de St-Jean et Iris (féminin) du Québec. Crédit - WUCC2018

Du 14 au 21 juillet se dérouleront à Cincinnati (Ohio) les Championnats du monde par équipe d’Ultimate. Ce sont 128 équipes représentantes 36 pays qui joueront pour les titres de champions du monde. Les équipes se regroupent dans 3 divisions; mixte (48 équipes), open et féminine (40 équipes chacune). Contrairement aux Championnats du monde par pays, l’événement qui débutera dimanche regroupe les meilleures équipes des 36 pays participants, et non seulement une seule équipe nationale par division. Le Championnat du monde par équipe, qui se tient aux 4 ans, est le plus gros tournoi au monde.

Deux équipes québécoises

Battleship de St-Jean est classé 16e actuellement dans la division mixte des Championnats du Monde. Crédit – Battleship Ultimate Facebook

Le Québec y sera représenté par deux équipes.

Dans la division mixte, Battleship de St-Jean-sur-le-Richelieu est préclassé 16e. L’équipe s’est qualifiée après avoir remporté le bronze au championnat canadien 2017. Battleship est classé 2e du groupe A. Il aura a affronter dès le 16 juillet (2e journée du tournoi) l’équipe classée #1 du tournoi, Mixtape de Seattle.

La veille, l’équipe de St-Jean affrontera Condor Ultimate du Mexique (classée 5è du pool) et Macondo de Colombie (classée 4e du pool). Les représentants québécois devront aussi se méfier de l’équipe Colorado de l’Allemagne (classée 3e du pool) qui, selon Ultiworld, pourrait causer des surprises en cours de tournoi. Ces derniers ont été les médaillés d’argent des plus récents championnats européens.

Iris, classée 10e actuellement tentera de terminer dans le top 8 au cours des Championnats du Monde qui se dérouleront la semaine prochaine. Crédit – Iris Ultimate Facebook

Dans la division féminine, Iris tentera de battre son préclassement à la dixième place du tournoi. Elles sont actuellement deuxièmes du pool G. Elles seront mises à l’épreuve dès la première journée de compétition puisqu’elles affronteront Riot de Seattle classée 7e. Avant ce match, elles joueront contre Kaos de l’Australie (classé 4e du pool). Iris devra se méfier dans son pool de FABulous de la Suisse. Cette dernière équipe a longtemps dominé le paysage féminin européen avant de souffrir de nombreuses blessures en 2017 selon Ultiworld. Elles ont démontré des performances intéressantes depuis le début de la saison et pourraient causer des surprises.

Iris regroupe les meilleures joueuses féminines du Québec. En terme de préparation, elles se sont réunies aux trois semaines depuis le début de l’année pour des camps d’entraînements en plus des préparations physiques que chacune des joueuses devait effectuer individuellement ou en petit groupe.

L’horaire des matchs ainsi que les résultats sont disponibles ici pour Battleship et pour Iris.

D’autres formations canadiennes

En plus des deux équipes québécoises, le Canada y déléguera 8 autres équipes. En plus d’Iris, trois autres équipes féminines canadiennes y seront présentes: 6ixers de l’Ontario, Traffic de Vancouver et Fusion de Winnipeg. Elles sont classées respectivement 8e, 11e et 23e. Du côté mixte, 3 autres équipes canadiennes accompagneront Battleship: Anchor de la Nouvelle-Écosse (4e), Crash de Kitchener-Waterloo et Guelph (6e) et Banana Cutters de Vancouver (15e). Finalement, deux équipes open y prendront aussi part: Goat de Toronto (6e) et General Strike de Winnipeg (8e).

Chance de médailles

Il est extrêmement difficile de prévoir les chances de médailles. Les États-Unis demeurent la nation la plus puissante au monde dans le sport. La totalité des 11 équipes américaines présentes est d’ailleurs classée dans le top 8 des différentes divisions. Le Canada occupe 5 des positions top 8, l’Australie et le Japon en occupent 2 tandis que la Grande-Bretagne, les Pays-Bas, l’Allemagne et la Colombie en occupent une respectivement.

Le Canada est en position de placer au final des équipes dans le top 8 dans toutes les divisions. Une fois en quart de finale, tout est possible comme l’a démontré l’actuelle coupe du monde de football en Russie.

Le défi d’un tournoi aussi long est la constance de la performance au cours des 12 matchs qui seront joués en 6 jours. Une seule contre-performance peut mettre n’importe quelle équipe en situation périlleuse. La température peut aussi influencer les résultats. On annonce un peu de tout la semaine prochaine côté météo.

Webdiffusion

Des matchs seront retransmis sur le web en direct. Présentement, aucune des deux équipes québécoises n’est à l’horaire des webdiffusions pour les matchs de pool. Il reste toutefois possible que leur match soit webdiffusé lors des rondes suivantes qui débuteront mardi le 17 juillet. L’horaire complet des webdiffusions est disponible ici.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Surlebanc.ca, un média sportif hors du commun. Notre but : parler d'actualité, de conflits sociaux et d'enjeux culturels et même politiques que nous offre le sport!

Facebook

Copyright © 2015 Flex Mag Theme. Theme by MVP Themes, powered by Wordpress.

Retour en haut