ATP

Boris Becker fait valoir l’immunité diplomatique 

Becker
(©Getty Images)

Au cours de l’année 2017, Boris Becker a été mis en faillite personnelle par un tribunal anglais, en raison d’une dette à la banque privée Arbuthnot, Latham and Co. Il ne s’agissait pas des premiers problèmes financiers de l’ex-champion, déjà embêté par la justice dans le passé.

Cette affaire n’a toujours pas été résolue, puisque la cour anglaise continue de poursuivre Becker pour procédure de mise en faillite personnelle. Elle demande à présent l’accès à des « biens personnels ». Pour se défendre, l’Allemand a fait valoir l’immunité diplomatique en tant qu’ambassadeur de la République Centrafricaine. Cette défense peut paraître surprenante, mais elle pourrait permettre à Becker d’échapper à la sanction.

En effet, en mars 2018, l’ancien entraîneur de Novak Djokovic a été nommé ambassadeur de l’Union Européenne pour les affaires sportives auprès de la République Centrafricaine. Ce rôle lui permettrait une protection diplomatique grâce à l’accord de Vienne. Celui-ci stipule que la cour anglaise obtienne l’accord du président de la République Centrafricaine, Faustin-Archange Touadéra, pour poursuivre Becker. Ainsi, Touadéra devrait lever l’immunité diplomatique accordée à Becker en tant qu’ambassadeur.  

Becker: « Une procédure injuste et injustifiée »

Becker a fait part de son désarroi devant cet événement via un communiqué partagé par ses avocats. « La décision de lancer une procédure de mise en faillite personnelle contre moi est non seulement injustifiée, mais injuste. Cette procédure m’a causé beaucoup de dommages. Mon image commerciale et professionnelle a été attaquée, ainsi que mes proches.

« Je suis très fier de ma position en tant qu’ambassadeur des affaires sportives, culturelles et humanitaires pour la République Centrafricaine. Le sport est incroyablement important en Afrique, et est en train de devenir une langue universelle.

« Ce rôle mérite d’être traité de la même manière qu’une nomination en tant qu’ambassadeur militaire, ou pour le commerce. Ces titres sont toujours perçus comme méritant l’immunité diplomatique. »

En 1985, Boris Becker était devenu le plus jeune vainqueur de Wimbledon. Ex-numéro un mondial, l’Allemand a été l’auteur d’une carrière couronnée de succès. Depuis sa retraite, il a officié en tant qu’entraîneur et commentateur. Pour gérer cette procédure de faillite personnelle, Becker a fait appel à des avocats spécialistes dans la matière. Il est représenté par Ben Emmerson, qui avait défendu le fondateur de WikiLeaks, Julian Assange.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Surlebanc.ca, un média sportif hors du commun. Notre but : parler d'actualité, de conflits sociaux et d'enjeux culturels et même politiques que nous offre le sport!

Facebook

Abonnez-vous à notre infolettre

* indicates required

Copyright © 2015 Flex Mag Theme. Theme by MVP Themes, powered by Wordpress.

Retour en haut