Hockey

L’importance d’un gardien de but solide en séries

(C) PC

Ce n’est plus un secret, pour aller loin en séries, il est impératif d’avoir une présence solide entre les buts. Ce phénomène est à nouveau mit de l’avant depuis le début du tournoi printanier. Les quatre équipes toujours en vie peuvent tous se targuer d’avoir leur homme de confiance au poste de gardien.

Malheureusement, certaines formations ne sont pas aussi chanceuses. Comme mentionné par le collègue Arnaud Perron-Bouchard, les Predators et les Blue Jackets en ont été victimes. Sans dire que Rinne ou Bobrovsky ont coûté la série à leur formation respective, ceux-ci n’ont pas été à la hauteur des attentes.

Les preuves ne s’arrêtent pas là

2017

En se fiant aux plus récentes finales d’association dans la LNH, on remarque vite l’importance d’un gardien solide. En commençant avec les séries de l’an dernier, les quatre gardiens qui se trouvaient en finale de conférence affichaient un pourcentage d’arrêts supérieur à ,917. De plus, Matt Murray et Pekka Rinne affichaient tous une moyenne de buts contre inférieure à 2,00.

Sans avoir connu de succès fracassants durant la saison régulière, les quatre gardiens de l’an dernier avaient élevé leur jeu d’un cran. Néanmoins, ce ne sont que les deux meilleurs qui se sont rendus en finale de la coupe Stanley.

2016

Crédit photo: Matt Freed/Post-Gazette

L’histoire avait été la même en l’année précédente alors que les quatre finalistes de conférence affichaient un pourcentage supérieur à ,920. De plus, à l’exception de Brian Elliott, les trois autres gardiens montraient tous un pourcentage de buts contre inférieur à 2,20.

Encore une fois, ce sont seulement les deux meilleurs qui avaient accédé à la finale. Dans le cas de Murray, il s’agissait de ses premiers pas dans la LNH. Les performances de la recrue des Penguins avaient forcé la main de l’entraîneur Mike Sullivan.

Toutefois, il y a plusieurs facteurs qui affectent le performances des équipes en séries. Les performances offensives, défensives et la qualité de l’adversaire doivent tous être pris en compte. Il ne s’agit pas d’un hasard que les mêmes équipes se retrouvent toujours fréquemment en finale d’association. Certains gardiens sont meilleurs en saison régulière, d’autres le sont en séries.

La nouvelle garde

Finalement, les séries sont marquées par un changement de garde cette saison. Pour la première fois depuis 2008, aucune équipe parmi les Penguins, les Blackhawks, les Kings ou les Bruins ne participent au troisième tour.

De plus, les deux formations de l’Ouest en sont à une première présence en finale d’association. Dans le cas des Golden Knights, ils avaient la chance de compter sur un vétéran qui avait déjà fait ses preuves. Marc-André Fleury, qui a remporté trois coupes avec les Penguins, est sans aucun doute le cœur et l’âme de Vegas depuis le début des séries.

Crédit photo: Geoff Burke/USA TODAY Sports

Dans l’Est, c’est les Capitals qui bénéficient du regain de vie de leur gardien en séries. Après avoir connu une campagne lamentable et avoir perdu son poste aux mains de Philipp Grubauer, Braden Holtby est de retour. Le cerbère de la Saskatchewan a retrouvé ses repères. De plus, celui-ci a été un facteur dominant dans la victoire des siens face aux Penguins.

En terminant, nul doute qu’un gardien solide peut faire la différence pour n’importe quelle formation en séries. Évidemment, un gardien ne peut faire le travail tout seul (non, ce n’est pas une stratégie réaliste). Néanmoins, il est toujours plus rassurant pour les joueurs lorsque ceux-ci peuvent se fier à un portier de premier plan.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Surlebanc.ca, un média sportif hors du commun. Notre but : parler d'actualité, de conflits sociaux et d'enjeux culturels et même politiques que nous offre le sport!

Facebook

Abonnez-vous à notre infolettre

* indicates required

Copyright © 2015 Flex Mag Theme. Theme by MVP Themes, powered by Wordpress.

Retour en haut