Plus +

Toronto l’emporte 21-18 à Montréal

Yoland Cabot, #33 du Royal en action lors du match de dimanche dernier vs le Rush de Toronto - Crédit Danny Boy, Royal de Montréal

Nul ne doute de la rivalité entre Montréal et Toronto. Dimanche dernier, Montréal avait bien l’intention de mettre frein à sa séquence de deux défaites et d’infliger un premier revers à Toronto cette saison. C’est toutefois le Rush qui l’a toutefois emporté 21 à 18. Le match s’est déroulé par un superbe après-midi de printemps de la fête des Mères que l’organisation du Royal a pris la peine de souligner en présentant plusieurs mères de joueurs de leur alignement.

Quelques absents lors de ce match; le traceur offensif Quentin Bonneau #44 et la passeur Miguel Goderre #27 du côté des Montréalais. Du côté des Torontois, l’excellent Andrew Carroll #3 et le passeur Adrian Yearwood #81 étaient absents.

Deux bris dans les premiers instants

Toronto a assuré son écart final de 3 points dès les premiers instants du premier quart en brisant deux fois consécutives l’offensive montréalaise. Le Royal n’aura en cours de match jamais réussi à combler cet écart. Accordé deux bris dès le départ n’est évidemment pas la bonne recette lorsqu’on affronte l’équipe #1 selon le classement général de l’AUDL.

Les statistiques du match des deux équipes sont assez comparables en terme de passes complétées (91% vs 92%), de défensives (11 vs 10) et de revirements (24 vs 25). La différence se situe en terme de productivité offensive; 61% pour Toronto et un maigre 53% pour Montréal. L’offensive torontoise était nettement plus fluide, gagnant des verges avec rythme et n’utilisant les passes en soutien que pour mieux attaquer le côté opposé. Leur synchronisation des tracés était imparable. Du côté montréalais, les passeurs remettaient le disque en soutien 3, 4, 5 et 6 fois avant de trouver une ouverture pour un gain de verges. Et c’est sans compter les passes tentées avec un compte très élevé.

Il faut toutefois rendre crédit à la défensive torontoise qui a mis beaucoup de pression sur les traceurs du Royal. Le Rush est probablement une des équipes les plus athlétiques du circuit. Montréal devait payer pour chaque gain de terrain tout au long du match.

 Manque de rythme offensif

Gamache #2 a été affecté en offensive en remplacement de Goderre #27. Il a somme toute fait un bon travail, même s’il n’est pas aussi mobile que Goderre et n’a pas la même hargne en défensive. Bonneau #7 semble encore chercher ses repères en l’absence de Bonnaud #44 toujours blessé et de Vogel #32 qui joue cette année en défensive. Les vétérans Quinlan #81 et Cabot #33 réussissent à s’ouvrir, mais pas assez pour générer du rythme. Ce manque de rythme empêche d’attaquer le jeu long et de tirer profit du grand Voelpel #8 qui est contraint à attaquer les tracés intérieurs.

Le très rapide Ben Burelle #73 du Rush a quant à lui inscrit 6 points aux dépens du Royal.

À son retour au jeu, Arsenault #13 a mené la charge avec trois défensives en plus d’inscrire un point. La recrue Lemieux #6 s’est fait remarquer a effectuant un spectaculaire plongeon en défensive qui a rapidement été converti par Genest #17 et Hibbert #1.

Drôle de décision

Le Royal effectue un lancer d’engagement alors qu’il ne reste que 5 secondes au premier quart. Toronto tente la bombe pour inscrire un dernier point, mais la passe atterrit hors de portée à l’extérieur. Toutefois, le temps sur l’horloge n’a pas été redémarré et affiche toujours 5 secondes. L’action torontoise a pourtant nettement pris plus de 5 secondes. Après conciliabule, les arbitres ont décidé de rejouer les 5 dernières secondes. Toronto lance à nouveau une bombe qui cette fois est en jeu. Une mêlée s’en suit sous le disque. Après avoir touché plusieurs mains, c’est Burelle #73 du Rush, probablement le plus petit joueur sur le terrain à ce moment qui l’attrape en retrait de la mêlée et inscrit un 5e point, donnant ainsi une avance de 3 points à Toronto.

Les arbitres peuvent ajuster le temps lorsque les circonstances s’y apprêtent. On s’explique mal la décision de reprendre les 5 dernières secondes de jeu qui a ici viré en faveur des visiteurs.

Frustration et expulsion

Au quatrième quart, alors que Toronto menace, Arsenault #13 anticipe bien le jeu et effectue une défensive serrée sur Martin #13 du Rush. Les deux joueurs entrent en contact dans les airs. Les arbitres ayant sifflé une infraction, Arsenault qui est en possession du disque, « spike » le disque sur son adversaire; visiblement, il a trouvé que Martin en avait rajouté lors du contact. Hau #15 est venu à la défense de son coéquipiers. Les esprits se sont échauffés. Conséquence; le #15 du Rush a été expulsé du match, une punition pour geste antisportif a été décernée à Arsenault #13 et Montréal a gardé la possession du disque.

Avec le recul, le geste d’Arsenault semble symptomatique d’une certaine frustration des joueurs montréalais. L’effort y est, mais l’exécution est encore déficiente. Les ratés de l’offensive accentuent la pression sur la défensive qui devait briser la redoutable offensive torontoise. Et c’est sans compter le manque d’exécution de la défensive du Royal qui a raté des opportunités de bris à des moments clés qui auraient pu changer le cours du match.

Trois semaines sans jouer

Le Rush sortait d’une troisième semaine sans jouer. Interrogé sur le sujet avant la partie, l’entraîneur Reina nous a confié qu’il craignait que cette pause pouvait ralentir son équipe au début de match. D’autant plus que son équipe sortait d’une séquence de 3 victoires en deux semaines, dont une éclatante victoire 28-18 lors de leur visite à San Francisco. « À San Francisco, notre ligne défensive à fait tout le travail. On craint que notre offensive soit rouillée compte tenu qu’elle n’a pas été mise à l’épreuve réellement depuis 4 semaines. » Au sujet de la rivalité avec Montréal, il ajoute; « On porte toujours une attention particulière en vue des matchs contre le Royal, particulièrement ici à Montréal. Le Royal a toujours trouvé une façon de nous battre au moins une fois par année depuis 4 ans. »

Auger-Semmar, le joueur le plus utile

Malik Auger-Semmar s’est vu décerner le titre du joueur le plus utile dans la défaite. Il a inscrit 3 points, complété 3 passes pour le point et a pris part à 23 des 39 points du match. En 5 matchs, il est le joueur le plus utilisé de l’équipe avec 59 points en offensive et 73 en défensive. « Les entraîneurs me font confiance; à ma première année l’an dernier, je cherchais à provoquer des choses en défensive et ne pas commettre d’erreurs. Ma participation aux championnats de monde en janvier dernier m’a donné beaucoup de confiance en mon jeu. Mon conditionnement physique est aussi à son meilleur actuellement. »

Auger-Semmar est un produit de la relève du Royal et a connu une belle progression cette année. De par son jeu, son engagement et l’énergie qui dégage, il s’impose lentement comme un leader de l’équipe, lui qui dimanche avant le match, menait les troupes lors du réchauffement commun. On n’a pas fini de voir sa chevelure bien frisée batailler pour des disques au cours des prochaines saison.

Montréal, 4è dans l’Est

Mère Nature semble s’acharner sur Philadelphie; après un match interrompu dû aux orages et qui s’affiche comme un match nul, Philadelphie a subi le même sort alors qu’il recevait l’Empire de New York. Toutefois, comme le match n’a jamais commencé, il sera repris pus tard en saison. DC jouait un des matchs extradivision et accueillait les Flyers à Raleigh dans ce qui a été un match très serré où le Breeze l’a emporté 25-24. Ces résultats mettent Montréal 4è derrière dans l’ordre Toronto, New York et DC.

Montréal aura peu de temps pour améliorer son exécution et tourner la page sur ses frustrations. Une autre grosse commande les attend dimanche prochain le 20 mai alors que le Breeze de DC arrive en ville, après avoir affronté la veille le Rush à Toronto. Le match débute à 13h00 au Centre Claude-Robillard.

Game Highlights: Toronto at Montreal

The Toronto Rush Ultimate defensive pressure was too much for the Royal de Montréal as they grinded their way to a 21-18 win.Burelle: 6 goalsSeven Toronto players with 2+ assists

Posted by AUDL American Ultimate Disc League on Tuesday, May 15, 2018

Essayez ça

Prenez un joueur étoile (exemple; John Nethercutt des Flyers de Raleigh). Installez-le à 20 verges de la zone de point sur le bord de la ligne de côté avec 2 secondes à faire au tableau. Mettez-lui une marque double avec vos deux plus grands joueurs. Demandez-lui d’effectuer un lancer qui n’existe pas – encore – (un lancer droit derrière le dos. Oui oui, ***derrière le dos***). Assurez-vous que vos receveurs bataillent pour le disque qui descend comme une lame. Finalement, veillez à ce qu’un de vos joueurs traîne dans la zone de point et soit en mesure d’attraper le disque. En plongeant.

De la science-fiction ? Non.

Du matériel pour le jeu de la semaine ? Assurément.

Wow.

De la science-fiction ? Non.

Du matériel pour le jeu de la semaine ? Assurément.

Wow.

Sans mot.

Sans mot.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Surlebanc.ca, un média sportif hors du commun. Notre but : parler d'actualité, de conflits sociaux et d'enjeux culturels et même politiques que nous offre le sport!

Facebook

Copyright © 2015 Flex Mag Theme. Theme by MVP Themes, powered by Wordpress.

Retour en haut