Autre

Dopage dans le sport – Top 5

Wallpaper Cave / The New York Times / Planet World Cup

Malgré l’exclusion de la Russie des Jeux olympiques de Pyeongchang, la plus grande compétition internationale n’est pas à l’abri des cas de dopage. Rappelons que seuls les athlètes russes n’ayant pas d’antécédents de dopage pouvaient y participer sous le drapeau olympique. Jusqu’à aujourd’hui, deux athlètes russes, Alexander Krushelnitsky et Nadezhda Sergeeva, auraient déjà échoué un test antidopage. Le comité organisateur a-t-il eu raison d’exclure la Russie? Fort probablement que oui. Cette nouvelle nous a donné l’envie de faire un top 5 des gros cas de dopage dans l’histoire du sport.

5 – Diego Maradona

Considéré comme l’un des plus grands joueurs de soccer de l’histoire, le parcours de Diego Maradona n’a pas toujours été rose.

En 1991, El Pibe de Oro a été arrêté après avoir été contrôlé positif à… la cocaïne. Suite à cela, Maradona a été suspendu 15 matchs et n’est jamais au sommet de son art. Ayant la chance de revenir sur la scène internationale lors de la Coupe du monde de 1994, Maradona est encore une fois contrôlé positif, mais cette fois a l’éphédrine.

Ayant toujours proclamé qu’il ne s’était jamais drogué afin de l’aider à remporter une partie, il va sans dire que la carrière du joueur argentin a atteint le fond du baril.

4 – Ben Johnson

Les Jeux olympiques de Séoul en 1988 s’étaient avérés un franc succès pour le sprinteur canadien Ben Johnson, qui avait établi le record du monde au 100 mètres lors des Championnats du monde de Rome en 1987, avec un temps de 9 secondes et 83 centièmes.

Alors que tous les yeux étaient rivés sur lui et sur son rival Carl Lewis, le Canadien a franchi la ligne d’arrivée en 9 secondes et 79 centièmes… un NOUVEAU record! Dans sa conférence de presse, Johnson en a même profité pour narguer son adversaire : « Je vous avais bien dit que Lewis serait toujours derrière moi ».

Il faut croire que les célébrations ont été de courte durée, car, quelques jours après, le sprinteur a été contrôlé positif au stanozolol. Son entraîneur avouera ensuite que Johnson se dopait depuis 1981. Suite à cela, sa médaille olympique lui sera retirée et ses deux records seront annulés. Ne voulant pas abandonner, Ben Johnson tentera un retour à la compétition en 1993, mais ce retour sera encore une fois marqué par un contrôle positif.

3 – Marion Jones

L’Américaine Marion Jones a également eu une belle carrière ternie par un cas de dopage. Après avoir été écartée de l’équipe nationale de basketball pour les Jeux olympiques de 1996 en raison d’une blessure, Jones décide de se tourner vers l’athlétisme. Le sprint et le saut en longueur sont les disciplines auxquelles elle participe. L’athlète d’origine bolivienne se présente aux Jeux de Sydney avec la ferme intention de remporter cinq médailles d’or.

Chose dite, chose PRESQUE faite. Marion Jones a terminé les Jeux avec « seulement » trois médailles d’or et deux médailles de bronze, ce qui représente un record de médailles lors d’une seule année olympique. Toutefois, en 2004, l’Américaine est mise sous enquête. Le tout sera confirmé et avoué par elle-même dans les années qui vont suivre. 

2 – Alex Rodriguez

Alex Rodriguez. L’un des joueurs les plus marquant de l’histoire du baseball majeur. A-Rod a marqué sa génération, étant le plus jeune joueur à atteindre le plateau des 500 et 600 circuits; étant élu trois fois meilleur joueur de la Ligue américaine; ayant eu 14 participations au match des étoiles et ayant remporté une Série mondiale.

Encore une fois, la carrière de cet athlète sera ternie par l’usage de stéroïdes. Les rumeurs concernant le dopage de A-Rod ont commencé à circuler en 2007, mais ce n’est qu’en 2009 que le joueur d’origine dominicaine passe aux aveux.

via GIPHY

Après l’annonce de certains résultats concernant ses tests antidopage, Rodriguez est forcé d’admettre qu’il a consommé des stéroïdes entre 2001 et 2003. Ce n’est qu’en 2013 qu’il recevra une suspension de 211 rencontres (réduite à 162), après qu’il ait été prouvé que le joueur des Yankees était impliqué dans le scandale Biogenesis.

Suite à cela, l’image du fameux A-Rod n’est jamais redevenue ce qu’elle était devenue. Aujourd’hui, Alex Rodriguez réalise que ces gestes lui auront probablement coûté une place au Temple de la renommée du Baseball.

1 – Lance Armstrong

Impossible de parler de dopage sans parler de Lance Armstrong. Vainqueur de sept Tours de France consécutifs, un sommet dans le monde du cyclisme, la carrière de Lance Armstrong est des plus impressionnantes. Le parcours professionnel d’Armstrong débute en 1992, alors qu’il n’est âgé que de 20 ans. Ce dernier devient champion du monde lors de cette même année. Présentant de très bonnes performances, l’avenir s’annonce bon pour Lance Armstrong.

En 1996, le cycliste américain annonce qu’il est atteint d’un cancer et il ne reprendra l’entraînement qu’en 1997, alors qu’il est en rémission. Les années qui suivent vont être un gage de réussite pour Armstrong. S’associant à un nouveau directeur sportif, « Le Boss » va remporter toutes les éditions du Tour de France de 1999 à 2005, établissant un record.

via GIPHY

Il prend ensuite sa retraite. Un tel record et une sortie hâtive vont éveiller les soupçons. Alors que plusieurs preuves font leur apparition, le Texan n’a eu d’autre choix que d’avouer ses torts, chose qu’il a faite durant une entrevue avec Oprah Winfrey en 2013. Ainsi, ses sept titres du Tour de France lui seront retirés et l’admiration que plusieurs avaient pour cet athlète s’est éteinte.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Surlebanc.ca, un média sportif hors du commun. Notre but : parler d'actualité, de conflits sociaux et d'enjeux culturels et même politiques que nous offre le sport!

Facebook

Abonnez-vous à notre infolettre

* indicates required

Copyright © 2015 Flex Mag Theme. Theme by MVP Themes, powered by Wordpress.

Retour en haut