Basketball

NBA | Cinq questions à se poser au retour du match des étoiles

Alors que la NBA reprend ses activités ce soir avec six rencontres, plusieurs questions subsistent à l’aube des séries éliminatoires.

Quand est-ce que les Warriors vont ouvrir la machine?

Les Warriors sont 44-14 revenant de la pause, tout juste derrière les Rockets et la première place de l’Ouest. La troupe de Steve Kerr est en route pour une saison de 62 victoires, ce qui représente un exploit selon les standards de n’importe quelle autre formation du circuit. Cependant, on ne peut s’attarder qu’à leur fiche pour évaluer les performances de la franchise californienne. En effet, avec le bassin de talents disponibles, les Warriors peuvent jouer à 70% et tout de même vaincre les meilleures équipes de la NBA.

Le problème : les Warriors ne sont plus aussi affamés qu’auparavant.

Il y a trois ans, personne ne croyait qu’une équipe axée sur les trois-points pouvait remporter un titre. La saison dernière, les Dubs ont joué chaque match avec l’amer goût du retour de 3-1 des Cavs en bouche. Cette année, le Golden State n’a rien à prouver et le défi n’est pas de remporter des gains, mais bien de trouver la motivation pour le faire. Difficile de leur en vouloir, trois finales consécutives auraient le même effet sur n’importe quelle concession. Bref, les Warriors sont démotivés et fatigués.

Par contre, ils ont présentement une équipe à pourchasser en Houston. Et à un certain moment, la machine doit ouvrir pour les champions régnants s’ils souhaitent renouveler leur abonnement aux grands honneurs.

Comment vont s’en tirer les nouveaux Cavaliers?

Sont-ils à nouveau les rois de l’Est? Sont-ils une menace pour Curry et compagnie? N’ayant amassé que des victoires depuis le ménage de l’alignement, Cleveland vit présentement une lune de miel destinée à bientôt se terminer. Le vrai visage de la formation se dévoilera sans doute dans la défaite. En attendant, la chimie est déjà installée et l’ambiance est renouvelée. Les Cavs sont partis pour la gloire, mais ont encore beaucoup à prouver pour reprendre leur couronne.

Aucun doute cependant, Cleveland est de nouveau entre les mains d’un LeBron James heureux. Le King est redevenu le leader d’une formation aspirant au titre et c’est définitivement un facteur de taille dans l’équation. En effet, les pièces sont enfin rassemblées pour les Cavaliers avec encore deux mois afin de peaufiner leur cohésion. Raptors, Celtics, bonne chance.

Est-ce que Houston représente une véritable menace dans l’Ouest pour le Golden State?

Premiers dans l’Ouest et la deuxième meilleure offensive de la ligue. Le tout combiné au duo de gardes le plus performant de la NBA.

Oui, les Rockets représentent une menace pour les Warriors et seront fort probablement leurs adversaires en finale de conférence. Sont-ils de niveau pour confronter le Golden State avec de si grands enjeux?

Difficile à croire.

On connaît déjà les déboires d’Harden en série, et malgré une saison exceptionnelle, je ne vois pas le futur MVP conserver une telle cadence jusqu’en finale avec si peu d’expérience. L’avantage des Warriors est qu’ils peuvent récolter la victoire sans le brio de Durant ou Curry. À l’inverse, si CP3 ou Harden connaissent une performance moins dominante, les Rockets deviennent rapidement inoffensifs face aux Warriors. Sans parler de balayage, Houston ne pourra voler plus de deux joutes aux champions.

Quelles équipes remporteront la course aux séries?

Présentement, les Pistons, les Clippers et le Jazz ne participent pas aux séries et sont tous de bonnes formations. L’Utah entrait dans la pause sur une série de 11 victoires alors que Los Angeles s’appuie sur Lou et DeAndre pour se faufiler parmi les huit premières positions. Detroit, muni de Griffin et Drummond, cogne aussi à la porte.

Définitivement, la pause est survenue au parfait moment pour le Jazz qui, exténué par ses récents succès, peut profiter d’un repos bien mérité. La suite s’annonce moins aisée, affrontant Portland, Houston et le Minnesota au cours des quatre prochaines rencontres. Surfer sur cette vague de victoires semble impossible face aux meilleures équipes du circuit. Ceci dit, mené par Mitchell, je crois que l’Utah trouvera le moyen de se hisser en séries, prenant la place des Pélicans et laissant les Clippers dans l’ombre.

Quant qu’aux Pistons, je ne vois pas leur récente acquisition vaincre le Heat ou les Sixers. Ils ne possèdent pas le talent nécessaire pour rivaliser avec ces jeunes équipes et l’absence de tireurs d’élite causera ultimement leur perte.

La recrue de l’année dans la NBA: Ben Simmons ou Donovan Mitchell?

Deux recrues, deux futures All-Stars, un seul titre. Alors que Simmons détient de monstrueuses statistiques pour une recrue, Mitchell demeure le leader de son équipe aux portes des éliminatoires.

L’un est beaucoup plus polyvalent alors que l’autre se lève lors des moments importants. Qui remportera le prestigieux titre? Avec de telles statistiques (16.4p/7.8r/7.3a), Simmons demeure dans une classe à part. S’il parvient à améliorer son efficacité derrière l’arc, il devient aisément l’un des 15 meilleurs joueurs du circuit. De l’autre côté, je ne suis pas prêt à partager cette affirmation avec Mitchell même s’il démontre un caractère rarement observé chez une recrue. Bref, seul le temps nous le dira, mais disons que je mettrais bien un petit 20$ sur Ben.

 

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Surlebanc.ca, un média sportif hors du commun. Notre but : parler d'actualité, de conflits sociaux et d'enjeux culturels et même politiques que nous offre le sport!

Facebook

Abonnez-vous à notre infolettre

* indicates required

Copyright © 2015 Flex Mag Theme. Theme by MVP Themes, powered by Wordpress.

Retour en haut