ATP

Le mois où le tennis devient doré

Tennis - Golden Swing
© Caroline Paquin

Février est le mois de l’année où le tennis devient doré. En effet, il s’agit du mois où plusieurs tournois de l’ATP se disputent en Amérique du Sud, sur la terre battue. Celle-ci, contrairement au rouge de l’ocre européen, a généralement une teinte dorée, qui donne son nom à ce moment du calendrier: le Golden Swing.

Cette année encore, le tournoi de Quito donne le coup d’envoi de la série de tournois, qui passera par la suite par Buenos Aires, Rio de Janeiro et São Paulo.

Par ailleurs, contrairement à ce que l’on pense, les joueurs qui participent à un ou plusieurs tournois du Golden Swing ne sont pas nécessairement des Sud-Américains, des Espagnols et des Italiens, bien que ceux-ci composent la majorité des tableaux. Des joueurs comme Gaël Monfils, Dominic Thiem ou encore Ivo Karlovic sont connus pour disputer l’un ou plusieurs de ces événements.

Cependant, nombreux sont ceux qui croient que cette section du calendrier est appelée à disparaître, afin que les plus gros noms puissent être présents. Néanmoins, on a vu, au fil des années, que la popularité de ces tournois chez les joueurs du top 30, voire même du top 15, demeure présente.

Voici un aperçu des tournois du prochain mois dans cette région du globe.

Quito: le tennis à la latitude zéro

Quito est le centre du monde… littéralement. Cette ville de l’Équateur se situe précisément à la latitude zéro, un fait géographique qui lui donne son unicité, tout comme l’altitude à laquelle le tournoi se joue.

En effet, ce tournoi, un ATP250, est en haute altitude, ce qui apporte une difficulté supplémentaire aux joueurs.

Par ailleurs, contrairement à ce que tous pourraient penser, le principal protagoniste de la semaine n’est pas Pablo Carreño Busta (1) ou Albert Ramos-Viñolas (2), ni même Gaël Monfils (3) ou Paolo Lorenzi (4). Il s’agit en fait du Dominicain Victor Estrella Burgos, champion des trois éditions du tournoi (qui sont ses seuls titres en carrière). Pourra-t-il répéter l’exploit une quatrième fois?

Ce tournoi se joue cette semaine.

Buenos Aires: un tournoi avec un cachet

Du 12 au 18 février se déroule l’Argentina Open (ATP250), au mythique Buenos Aires Lawn Tennis Club. En effet, ce club est reconnu comme ayant été le berceau de nombre de joueurs argentins, dont le meilleur de l’histoire de ce pays, Guillermo Vilas, qui donne son nom au court central depuis maintenant deux ans (un honneur tardif s’il en est un).

David Nalbandian, Buenos Aires 2012
(Photo © Caroline Paquin)

Bien sûr, les joueurs locaux sont omniprésents année après année, alors que nous avons pu, par le passé, y voir évoluer la Legión Argentina (cette génération dorée des années 1990), mais aussi David Nalbandian et Juan Mónaco, entre autres joueurs locaux. Fait intéressant: c’est à ce tournoi que Diego Schwartzman (originaire de Buenos Aires) a remporté sa première victoire ATP en carrière. Les Espagnols David Ferrer (champion de 2012 à 2014) et Rafael Nadal (champion en 2015), de même que le Suisse Stan Wawrinka et le Japonais Kei Nishikori, ont également pris part au tournoi.

Ce tournoi est également reconnu pour la qualité de son public, de fins connaisseurs qui aiment le tennis d’un amour profond et qui encouragent avec plaisir les joueurs qui sont présents, peu importe s’ils jouent ou non contre l’un des leurs.

Six joueurs du top 30 seront cette année présents au BALTC: Dominic Thiem (champion en 2016), Pablo Carreño, Albert Ramos, Fabio Fognini, Diego Schwartzman et Kyle Edmund. Marin Cilic devait prendre part au tournoi, mais a déclaré forfait ce mardi, citant la fatigue du dernier mois. Le champion en titre, Alexandr Dolgopolov, a également dû renoncer au tournoi en raison d’une blessure.

Tout de même, avec ces joueurs, en plus des Pablo Cuevas, Fernando Verdasco et Gaël Monfils et de tous les joueurs locaux qui seront tantôt du tableau principal comme des qualifications, ce tournoi devrait, une fois de plus, briller.

Rio Open: le tournoi ATP500 du Golden Swing

Chaque moment de la saison compte ses tournois ATP500, et le Golden Swing n’y fait pas exception. Le Rio Open, qui se déroule cette année du 19 au 25 février, est celui qui remplace depuis 2014 Acapulco (qui se joue maintenant sur surface dure), comme tournoi ATP500 sur la terre battue sud-américaine.

Avec des champions tels que Rafael Nadal, David Ferrer, Pablo Cuevas et Dominic Thiem, Rio de Janeiro n’a rien à envier aux autres tournois de sa catégorie qui se disputent dans les semaines précédentes.

Cette année encore, le tournoi promet d’être excellent, avec la présence de sept joueurs du top 30 (les six mêmes qui seront à Buenos Aires, en plus de Marin Cilic).

São Paulo: la conclusion

Le tournoi de São Paulo (ATP250) mettra une fois de plus le point final au Golden Swing. Cet événement est généralement moins bien représenté en termes de gros noms, puisque ceux-ci préfèrent s’aligner à Acapulco (ATP500), question de se mettre en forme pour les Masters 1000 d’Indian Wells et de Miami, qui débutent une semaine après la fin du tournoi.

Cependant, São Paulo aura tout de même une belle représentation avec, entre autres, Ramos-Viñolas, Fognini, Cuevas et Monfils.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Surlebanc.ca, un média sportif hors du commun. Notre but : parler d'actualité, de conflits sociaux et d'enjeux culturels et même politiques que nous offre le sport!

Facebook

Abonnez-vous à notre infolettre

* indicates required

Copyright © 2015 Flex Mag Theme. Theme by MVP Themes, powered by Wordpress.

Retour en haut