Basketball

La NBA plus divertissante que jamais

Aucun doute, la NBA vit présentement une effervescence sans précédent dans son histoire. Alors que son auditoire s’est vu croître de 32% cette année, on peut remercier les joueurs, qui moussent la popularité du circuit. D’un côté, de jeunes équipes telles les Timberwolves du Minnesota ou encore les 76ers de Philadelphie deviennent des aspirants aux grands honneurs. De l’autre, soir après soir, de LeBron James à Kevin Durant, de Russell Westbrook à Giannis Antetokounmpo, les partisans sont témoins d’un spectacle et d’un athlétisme jamais vu dans le sport.

Alors que le sommet en popularité de la NFL est dépassé, la NBA demeure excessivement optimiste face à son futur. En fait, il serait même facile d’établir que la NBA vit présentement les meilleurs moments de son histoire.

Une NBA en colère

Malgré les impressionnantes démonstrations physiques des joueurs, leurs performances à l’extérieur du terrain sont loin de passer inaperçues. C’est officiel, la NBA est en colère. Les joueurs n’ont aucune gêne à démontrer leurs émotions de la façon la plus crue possible et les partisans en raffolent.

Il y a deux semaines, un joueur en colère inscrit 46 points avant de mentionner sa frustration à une journaliste. En effet, il croyait avoir été choisi en dernier lors de la sélection des équipes d’étoiles.

Oui, comme à la récréation au ballon-chasseur en cinquième année.

Trois jours plus tard, un joueur stare down le banc entier adverse dans les dernières secondes d’une victoire. Encore il y a quelques jours, un autre joueur poussait un fan trop excité lui criant au visage. Bon, les trois situations mettent en scène Russell Westbrook, le MVP sortant, mais il demeure loin d’être le seul joueur à s’exprimer aussi directement.

Impossible de passer au silence les déboires régnant dans le vestiaire des Cavs. L’équipe a perdu 12 de ses 18 dernières rencontres et aucune solution ne semble en vue. Kevin Love est pointé du doigt et IT n’est que l’ombre de lui-même sur le terrain. LeBron et le propriétaire Dan Gilbert sont aussi en mauvais termes et l’équipe sait que James joue sa dernière saison à Cleveland. Bref, tout le monde est en colère et le sujet fait couler beaucoup d’encre ces dernières semaines.

 

 

Oui à la liberté d’expression?

Mardi dernier, KD se voyait expulsé d’un match, accusant un officiel de l’avoir ciblé toute la partie. Le lendemain, il s’excusait.

« I looked at the plays, a couple techs, and I was being an asshole last night. I was being a jerk.« 

Cependant, tous les joueurs n’ont pas la décence de s’excuser. Deux semaines plus tôt, les Rockets et les Clippers s’affrontaient dans une rencontre des plus mouvementées. Une fois le match terminé, certains joueurs des Rockets ont cru nécessaire d’aller visiter les Clippers dans leurs vestiaires pour confronter Austin Rivers et Blake Griffin. Faut dire que c’est facile lorsque Chris Paul, ancien Clippers, connaît un passage secret au Staples Center pour se rendre directement aux vestiaires. Deux joueurs des Rockets furent suspendus dans l’incident.

Mais dans quel monde vivent-ils?

Il y a une dizaine de jours, Salah Mejri des Mavericks était expulsé d’une rencontre. Kelly Oubre des Wizards se moqua alors de lui en lui  envoyant un signe de main à titre d’au revoir. Voyant la scène, son entraîneur lui cria: « You’ve got two fucking points. Get the fuck out of here here« .

Aouch.

Twitter, berceau des frustrations

Que de bijoux. Le réseau social semble être le défouloir officiel des joueurs. Alors que certains l’utilisent pour féliciter d’autres joueurs, plusieurs l’utilisent pour démontrer leur mécontentement.

Meilleur exemple? La sélection pour le match des étoiles. André Drummond semblait assez contrarié de ne pas avoir été choisi comme l’un des meilleurs joueurs du circuit. Étant l’un des meilleurs centres de la ligue, il manifestait sa frustration sur Twitter suite à son absence.

« Gotta be fuckin kidding me« 

Même situation pour Lou Williams qui opte pour un classique « lol » pour ensuite nous confirmer la mauvaise nouvelle.

Twitter n’est d’ailleurs pas le seul réseau sur lequel les joueurs sont actifs. Joel Embiid s’en est pris à Karl-Anthony Towns sur Instagram.

Sans oublier LaVar Ball, qui lui est en colère contre tous ceux ne croyant pas que Lonzo est le meilleur joueur de la NBA… donc toute la planète.

Bref, les partisans en ont pour leur argent! Les joueurs sont en colère et ils se font un plaisir de l’exprimer. En bonus, les performances sur le terrain demeurent exceptionnelles.

La NBA est plus divertissante que jamais.

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Surlebanc.ca, un média sportif hors du commun. Notre but : parler d'actualité, de conflits sociaux et d'enjeux culturels et même politiques que nous offre le sport!

Facebook

Abonnez-vous à notre infolettre

* indicates required

Copyright © 2015 Flex Mag Theme. Theme by MVP Themes, powered by Wordpress.

Retour en haut