ATP

Un Kyrgios calme et détendu, à l’affût d’un gros résultat

© Getty Images

A l’approche du premier Grand Chelem de l’année, les joueurs se sont pliés à l’habituelle journée de presse qui précède le lancement d’un grand tournoi. Ce samedi, à Melbourne, Nick Kyrgios (tête de série numéro 17) a longuement répondu aux questions des journalistes, s’épanchant sur ses attentes personnelles, son adversaire au premier tour et la pression de disputer un tournoi du Grand Chelem à la maison. Il est également revenu sur son parcours et sur l’avenir du tennis australien.

Pour Kyrgios, pas de pression particulière en Australie

Nick Kyrgios débutera sa campagne australienne contre Rogerio Dutra Silva, dans la nuit de dimanche à lundi, vers 23h30 (heure de Montréal). Ce sera le premier affrontement entre les deux joueurs. Le Brésilien de 33 ans est actuellement numéro 100 à l’ATP; il avait atteint son meilleur classement (63e mondial) en août 2017.  « C’est un bon compétiteur. Il se bat sur tous les points », dit Nick Kyrgios, de son adversaire.  A première vue, ce premier tour paraît être à la portée du numéro 1 Australien, qui confirme se sentir « plutôt confiant ».

Nick Kyrgios (Photo © Getty Images)

Après une saison 2017 en courant alternatif (victoires contre Rafael Nadal et Novak Djokovic, mais aucun titre et blessures à répétition), Kyrgios semble avoir débuté 2018 dans de meilleures conditions. Frais d’un titre à Brisbane, remporté facilement contre Ryan Harrison après avoir écarté Grigor Dimitrov en demi-finale, Kyrgios arrive motivé à Melbourne: « Je me sens mieux cette fois-ci. Évidemment, remporter un tournoi avant de débuter un Grand Chelem aide beaucoup. »

D’ailleurs, Kyrgios ajoute ne pas ressentir de pression supplémentaire liée aux attentes du public: « Lpression me suit partout», explique-t’il. « On s’attend à ce que je remporte beaucoup de matchs. Que je sois ici, à Wimbledon ou à l’US Open, c’est la même chose ». Bien qu’il confie espérer être performant durant ces Internationaux d’Australie, le natif de Canberra ne s’est pas fixé de but précis: « Même si je perds au premier tour, une longue saison nous attend. », poursuit-il. « Évidemment, j’adorerais avoir un bon résultat ici, mais pour moi, c’est un tournoi comme un autre. » On peut peut-être voir dans ces propos une tentative de diminuer ses propres attentes envers lui-même.

Après avoir atteint les quarts de finale en 2015, Kyrgios a déçu à Melbourne ces deux dernières années, essuyant deux défaites au troisième tour. L’année dernière, il avait mené 2 sets 0 face à l’Italien Andreas Seppi avant de se voir remonter. Deux ans plutôt, c’était une victoire contre le même joueur qui lui avait permis d’atteindre les quarts de finale. Ce sont ces sensations que l’Australien tentera de retrouver sur son court favori, le Hisense Arena. Pourquoi le Hisense? « J’ai beaucoup gagné sur ce court », répond Kyrgios. « Depuis ce match (contre Seppi en 2015), j’essaye de recréer le même souvenir. Je me sens à l’aise sur le Hisense Arena ».

KYRGIOS 2018: CALME ET DETERMINÉ

Le numéro un australien a également fait part de son envie de continuer à grandir. En effet, il admet avoir beaucoup mûri grâce à l’expérience acquise sur le circuit. En raison de son comportement parfois fantasque pendant ses matchs, le grand public a souvent tendance à oublier que Nick Kyrgios était très jeune lorsqu’il s’est révélé. Interrogé sur l’impressionnante progression d’Alex de Minaur (battu en finale de Sydney ce samedi par Daniil Medvedev), la tête de série numéro 17 a communiqué sa joie d’observer la progression du jeune Australien: « C’est génial de voir Alex être si performant. Tout son travail paie. »

Toutefois, comme il le fait d’ailleurs remarquer, si les performances de de Minaur sont déjà très encourageantes, Kyrgios, lui, avait explosé sur le Court Central de Wimbledon, en atteignant les quarts de finale, en 2014, alors âgé de 18 ans. L’Australien a confié avoir ensuite eu beaucoup de mal à négocier les attentes: « J’ai beaucoup ressenti la pression après ça, à chaque fois que j’étais sur le court. »

A présent, Kyrgios semble grandi, plus mature, et déterminé à exploiter son potentiel. Il précise avoir beaucoup appris de saison 2017 et avoir travaillé pour mieux relativiser: « Je veux profiter des bons moments, mais pas autant que j’ai pu le faire par le passé. Si je perds un match, à la fin de la journée, ça ne reste qu’un match de tennis. Je veux conserver un équilibre durant toute l’année », a-t’il conclu. Ce manque d’équilibre a souvent été pointé du doigt comme l’une des raisons qui font qu’un grand titre manque encore au palmarès de l’Australien. Viendra-t-il à Melbourne? Si oui, il sera temps de rendre hommage au travail mental de Nick Kyrgios. Si non, ça ne restera qu’un match de tennis.

LE TABLEAU MASCULIN DES INTERNATIONAUX D’AUSTRALIE
LE PROGRAMME DE LUNDI
1 Comment

1 Comment

  1. bois de chauffage quebec

    14 janvier 2018 at 16 h 50 min

    Bcp de bonnes infos dans cette page 🙂 Merci et bonne continuation

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Surlebanc.ca, un média sportif hors du commun. Notre but : parler d'actualité, de conflits sociaux et d'enjeux culturels et même politiques que nous offre le sport!

Facebook

Abonnez-vous à notre infolettre

* indicates required

Copyright © 2015 Flex Mag Theme. Theme by MVP Themes, powered by Wordpress.

Retour en haut