Tennis

King veut que le Margaret Court Arena soit renommé

Billie Jean King
© Getty Images

À Melbourne, Billie Jean King s’est fait l’écho de nombreux amateurs en demandant publiquement que le Margaret Court Arena soit renommé.

Ce jeudi, alors que la légende de 74 ans était présente à l’endroit où, 50 ans après avoir remporté le titre aux Internationaux d’Australie, elle a été nommée Femme de l’année du tournoi. De plus, pour souligner cet anniversaire, elle remettra le trophée à la championne du simple féminin.

Finalement, la présence de Madame King, militante de première heure, notamment des droits des femmes et de la communauté LGBTQ, a également servi de lancement à la campagne #Open4All (Ouvert pour tous), une initiative de la Fédération australienne de Tennis ayant pour but de « promouvoir la diversité, l’égalité et l’inclusion qui seront démontrés tout au long du tournoi ».

King veut que le MCA change de nom

Billie Jean King
(Photo © Getty Images)

C’est justement à ce titre que Billie Jean King a dénoncé vertement (une fois de plus) les propos homophobes de Margaret Court. En effet, la gagnante de 24 titres du Grand Chelem, maintenant pasteur de l’Église pentecôtiste, est reconnue pour sa haine farouche des homosexuels, qu’elle considère contre nature. Jusque là, c’est de la liberté d’expression, même si cette position est fermée et réductrice. Cependant, au cours des derniers mois, Court est devenue de plus en plus virulente, au point de boycotter l’édition 2018 des Internationaux d’Australie en signe de protestation contre l’adoption du mariage entre conjoints du même sexe par le gouvernement australien.

« Ça m’allait jusqu’à tout récemment, lorsqu’elle a tenu tant de propos déplacés sur ma communauté », a déclaré King. « C’est allé profondément dans mon cœur et dans mon âme. Je sens simplement qu’elle est devenue très désobligeante. Quand elle dit que les enfants des transgenres sont issus du démon, ça me met hors de moi parce que nous sommes tous des enfants de Dieu. »

C’est pour cette raison qu’à l’instar de plusieurs personnes du monde du tennis (joueurs, journalistes et amateurs), celle qui a remporté 12 levées du Grand Chelem au cours de sa carrière aimerait voir l’Aréna Margaret Court changer de nom.

« Personnellement, je ne crois pas qu’elle devrait continuer d’avoir son nom attaché au stade. Si quelqu’un parlait ainsi des Aborigènes, des Juifs, ou de quelque’autre peuple, je ne pourrais imaginer que le public veuille voir leur nom sur quelque chose. »

– Billie Jean King

Avant que la position de Court ne devienne plus radicale, BJK était tout à fait d’accord avec le fait que son illustre carrière sportive soit reconnue de cette manière. L’attitude et les propos haineux de l’Australienne lui ont, comme à plusieurs, fait changer d’avis. À un point tel que « si [elle] jouait aujourd’hui, [elle] ne jouerait pas [dans le Stade Margaret Court]. » Elle n’encouragera toutefois pas les joueurs et joueuses à le faire au cours du premier Grand Chelem de la saison.

Changer le nom: une affaire « du ressort du gouvernement »

Questionné sur la proposition de Billie Jean King, le directeur du tournoi, Craig Tiley a déclaré que changer le nom du stade n’était pas du ressort de la Fédération australienne, mais bien du gouvernement australien. Cependant, il a également dit que la fédération n’avait pas demandé que le nom de Margaret Court soit enlevé.

Il sera intéressant de voir, au cours des prochains mois, si le gouvernement australien prendra au sérieux les demandes d’une forte proportion du monde du tennis.

(Sources: Sunday Morning Herald, BBC Tennis)

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Surlebanc.ca, un média sportif hors du commun. Notre but : parler d'actualité, de conflits sociaux et d'enjeux culturels et même politiques que nous offre le sport!

Facebook

Copyright © 2015 Flex Mag Theme. Theme by MVP Themes, powered by Wordpress.

Retour en haut