ATP

Le temps serait-il enfin venu pour Kyrgios?

Nick Kyrgios
© Getty Images

Ce dimanche, Nick Kyrgios est devenu le premier Australien depuis Lleyton Hewitt (2014) à mettre la main sur le titre de Brisbane. En finale, Kyrgios n’a fait qu’une bouchée de Ryan Harrison, qu’il a confortablement vaincu par la marque de 6-4 et 6-2.

À NE PAS MANQUER: Les autres champions de la semaine dans l’ATP, la WTA et à la Coupe Hopman

Pour l’Australien, il s’agit d’un quatrième titre en carrière et d’un premier chez lui, à sa première finale « locale ». Une belle façon de conclure le dixième anniversaire de ce tournoi.

Dans un Pat Rafter Arena rempli à pleine capacité, Kyrgios a rapidement imposé son jeu face à un Harrison sans réponses… et un public en délire. En effet, le natif de Canberra a terminé le match avec 17 as (et une seule double faute), cinq balles de bris effacées en cinq concédées et 34 coups gagnants contre 17 fautes directes. De plus, il a remporté un total de 66 points, contre 48 pour son rival. Un match impeccable pour le jeune homme de 22 ans.

« J’ai de bons souvenirs de Brisbane. J’ai remporté un énorme victoire, ici, en Coupe Davis face aux États-Unis plus tôt l’an dernier. [Rires de tous, Harrison étant États-Unien.] Je me suis bien senti toute la semaine. Je me suis senti comme chez moi. Et chaque fois que je suis entré sur le court, vous m’avez donné un incroyable appui. J’adore jouer devant vous, même si, parfois, ça ne semble pas être le cas, mais je l’apprécie réellement. »

– Nick Kyrgios

L’Australien a également eu de très bons mots pour son entraîneur: « Je veux féliciter mon coach, Matt Reid. Il fait plus que ça; c’est mon meilleur ami, il est en quelque sorte mon équipe. Il me garde motivé, voyage avec moi et il ne reçoit pas tout le crédit qu’il mérite. »

Le temps est-il venu pour Nick Kyrgios?

Nick Kyrgios
(Photo © Getty Images)

Au cours de la semaine, nous avons eu la chance de voir une autre facette de Nick Kyrgios. Certes, il demeure un joueur hautement spectaculaire, avec un jeu qui semble parfois être complètement sans effort tant il est fluide.

Cependant, ce qu’il a été possible de remarquer, c’est son grand sérieux. Quand il joue ainsi, tous les espoirs sont permis pour celui qui pointera dès lundi au 17e rang du classement mondial, quelques points derrière son sommet en carrière (13).

Le temps de la domination serait-il venu pour Nick Kyrgios? S’il continue dans cette veine, et si les blessures ne viennent pas une fois de plus gâcher sa progression, tous les espoirs sont permis pour le jeune Australien. Car le physique semble demeurer le point faible de « NK ». En effet, à partir de sa finale à Beijing, les problèmes de genou et de hanche sont venus gâcher la fin de sa dernière saison. De plus, il a souffert de divers pépins physiques plus souvent qu’à son tour depuis le début de sa carrière.

Nous ne pouvons qu’espérer que le physique de Kyrgios tienne le coup. Le tennis a réellement besoin d’un joueur de ce talent au sommet de son art.

L’Australie à l’honneur

Ce dimanche, l’Australie aura été à l’honneur à Brisbane. En effet, en plus de la victoire de Kyrgios en simple, le public a eu droit au triomphe d’un autre joueur local, John Peers. En double, Peers et Henri Kontinen sont revenus de l’arrière pour vaincre les Argentins Leonardo Mayer et Horacio Zeballos en trois manches de 3-6, 6-3 et 10-2.

Henri Kontinen et John Peers
(Photo © Getty Images)

Une fin rêvée pour les 10 ans du tournoi!

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Surlebanc.ca, un média sportif hors du commun. Notre but : parler d'actualité, de conflits sociaux et d'enjeux culturels et même politiques que nous offre le sport!

Facebook

Abonnez-vous à notre infolettre

* indicates required

Copyright © 2015 Flex Mag Theme. Theme by MVP Themes, powered by Wordpress.

Retour en haut