Royal de Montréal

Caroline Cadotte et l’ultimate

Caroline Cadotte, entraîneure du Royal saison 2107 - Crédit Royal de Montréal

Le Royal de Montréal profitait de la fin de l’année pour remercier sur les médias sociaux ses bénévoles et ses fans pour la saison 2017. Une de ces publications portait sur l’entraîneur Caroline Cadotte. Cadotte a pris à pied levé le poste d’entraîneur en relève à Guylaine Girard au tout début de la saison. Sous sa gouverne, le Royal a eu une fiche de 9-5 et a accédé aux séries éliminatoires.

Deux clichés très évocateurs

Joints à cet article, deux clichés de l’entraîneur Cadotte en action auprès de son équipe. Deux clichés évocateurs de l’aspect tout à fait unique du ultimate et d’une de ses plus dignes ambassadrices.

En quoi l’ultimate est-il si unique ?

L’ultimate fait figure d’exception en présentant une femme à la tête d’une équipe masculine. Dans les faits, Cadotte a pris la relève d’une autre femme qui a dirigé le Royal l’an dernier. L’AUDL comptait deux femmes entraineures en 2017 (Montréal et Philadelphie). Même au rang des sports amateurs, il est exceptionnel de voir une femme entraîner une équipe masculine.

Cadotte a accouché de son deuxième enfant en cours de saison. Elle a non seulement pris part aux entraînements jusqu’aux dernières semaines, mais elle était de retour sur le terrain moins de deux semaines après l’arrivée du bébé. Imaginez un instant une joute sportive, avec un rivalité, des fans, des enjeux. Ensuite, mettez-y 2 équipes masculines. Ajoutez-y une entraîneure. Avec un bébé de quelques jours dans un porte-bébé ventral. Qui distribue des conseils et des ajustements à ses joueurs en cours de match.

L’engagement total de Cadotte envers son équipe dans les circonstances de l’arrivée d’un nouvel enfant est en soit extraordinaire. Du matériel à manchette sportive.

Des réactions

Est-ce que la vue d’une entraîneure sur les lignes de côtés a fait réagir la communauté Ultimate ? Aucunement. Des commentaires misogynes ou déplacés ? Aucun. La communauté a tout simplement réagi comme il se doit; accueillir la maman-entraîneure et le bébé en encourageant son équipe local comme à chaque match, sans autre cérémonie. Elle a accueilli la chose avec tout le naturel qu’est une nouvelle maman avec un nouveau né qui s’investit à fond dans sa passion.

La communauté Ultimate est exemplaire de par ses valeurs. Rappelons que le sport repose en tout premier lieu sur l’esprit du jeu (Spirit of the game) qui dicte à celles et ceux qui le pratiquent de jouer selon les règles et en respect du sport et de l’adversaire.

Symbole malgré elle

Le sport est une scène extraordinaire pour mettre en valeur des gens exceptionnelles. La scène qu’est le ultimate aura permis de faire briller Caroline Cadotte. En tant que joueuse, elle a probablement été au ultimate canadien ce que Christine Sinclair est au soccer et ce que Hayley Wickenheiser a été au hockey. Toutes trois inspirées et inspirantes, accomplies, des leaders avec des qualités athlétiques exceptionnelles et l’humilité de faire passer le bien de l’équipe et du sport avant tout. Symbole par la suite en tant qu’entraineure du Royal qui concilie son rôle de mère à sa passion de la haute performance.

Dans un contexte où la place des femmes est plus que jamais mis en valeur malgré les nombreux défis, du #moiaussi et du débat qui fait rage actuellement sur le rôle de l’AUDL dans la mise en valeur des athlètes féminines, les clichés d’une femme dirigeant une équipe d’homme tout en portant son nouveau sont inspirants. Tout la communauté qui la supporte.

Beau travail, coach Cadotte. Beau travail.

Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Surlebanc.ca, un média sportif hors du commun. Notre but : parler d'actualité, de conflits sociaux et d'enjeux culturels et même politiques que nous offre le sport!

Facebook

Copyright © 2015 Flex Mag Theme. Theme by MVP Themes, powered by Wordpress.

Retour en haut