Canadiens

Le Canadien doit-il échanger Carey Price ?

Le Canadien de Montréal ne pouvait pas faire pire lors de son voyage dans l’Ouest américain avec une piètre fiche de 3 défaites en autant de rencontres. Carey Price est-il le seul à blâmer pour les échecs à San José et à Anaheim ? Non. Mais nous sommes en droit de se demander s’il ne serait pas temps que le tricolore commence une nouvelle ère.

On ne le répètera pas assez souvent, mais le calendrier vient juste de commencer. Dans les dernières années, le CH nous a habitués à de solides débuts de saisons. Et vous connaissez la suite. L’expression « commencer en mouton pour finir en lion » pourra peut-être s’appliquer pour la troupe de Claude Julien, qui sait? Après une seule victoire cette saison, celle du premier match à Buffalo, le Canadien semble plutôt se diriger vers une année de misère. Peut-être pas un copier-coller de l’Avalanche du Colorado l’an dernier, mais presque.

Une chose est sure, tu peux enlever le Canadien de Carey Price, mais pas l’inverse. Sans lui, c’est un effondrement total à venir. Et c’est peut-être ça la solution. Échanger ton gardien d’avenir, ton joueur de franchise, pour recommencer à zéro. Pas de finir dans les bas-fonds un an et revenir en séries après. Recommencer pour vrai.

Le meilleur au monde ?

Au cours des dernières saisons, la LNH a vu de bons gardiens rivaliser Carey Price pour le titre de meilleur gardien de but. Je parle ici, entre autres, de Braden Holtby (Capitals de Washington) et de Sergei Bobrovsky (Blue Jackets de Columbus). Je ne dis pas que Carey Price est inférieur ou supérieur à ces gros noms. Je ne remets pas non plus son statut de meilleur gardien de but au monde par plusieurs experts. Je crois plutôt que Carey Price n’est peut-être pas dans la bonne équipe, tout comme le Canadien n’est peut-être pas prêt pour la coupe Stanley. C’est pourquoi il faudrait probablement mieux imiter les Oilers, et les Maples Leafs de ce monde. Les admirateurs du CH sont-ils prêts à un tel sacrifice ? Ça, c’est une autre question.

Maintenant ou jamais

Il ne reste plus grand temps avant que la clause complète de non-mouvement du gardien du tricolore s’active. Si transaction il y a, Carey Price devra donner une liste de 15 équipes auxquelles il souhaite être transigé. Lorsque son nouveau contrat se mettra en branle, il sera un Canadien jusqu’en 2025-2026. C’est le moment ou jamais d’aller garnir sa banque de jeunes joueurs et de bons choix au repêchage, qui notons-le, sera intéressant cette année ! Rasmus Dahlin, le futur Erik Karlsson, fait écarquiller bien des yeux.

Pour le moment, Montréal profitera de trois jours de congés avant d’affronter les Panthers de la Floride (2-4-0) mardi au Centre Bell. Avec une seule victoire en huit rencontres, il sera intéressant de voir si le directeur général du tricolore, Marc Bergevin, décidera de bouger et de sonner le vestiaire de l’équipe. Sans quoi, Geoff Molson aura peut-être la mèche courte !

Crédit photo: Getty Images

1 Comment

1 Comment

  1. Moïse Bouchard

    21 octobre 2017 at 21 h 24 min

    Je crois que le temps est venu de l’échanger.Lingren et Montoya,feraient le travail.Cet échange permetterait d’avoir quelques bons joeurs et ça baisserait la masse salariale,pour aller cherchercher d’autres joueurs.

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Surlebanc.ca, un média sportif hors du commun. Notre but : parler d'actualité, de conflits sociaux et d'enjeux culturels et même politiques que nous offre le sport!

Facebook

Copyright © 2015 Flex Mag Theme. Theme by MVP Themes, powered by Wordpress.

Retour en haut