Europe

Je me souviens (27 juin 2016) | L’Islande et son conte de fées

Il y a exactement un an jour pour jour, l’Islande et Gylfi Sigurðsson inscrivaient leur nom dans le monde du football européen en atteignant les quarts de finale contre les puissants Français.

Il y a exactement un an jour pour jour, l’Islande et Gylfi Sigurðsson inscrivaient leur nom dans le monde du football européen en atteignant les quarts de finale contre les puissants Français, qui ont mis fin au rêve de ce tout petit pays en les battant par la marque de 5 à 2. Reste tout de même que si on avait pu graver le nom de cette équipe sur le prestigieux trophée de l’Euro 2016, plusieurs en auraient été ravis. En défaisant la Turquie et en égalisant contre les champions de cette édition, j’ai nommé le Portugal, personne ne voyait cette équipe arriver aussi loin, encore moins en l’emportant face à l’Angleterre.

Un match imprédictible : Angleterre c. Islande

Dès le départ, l’Angleterre, ayant connu un lent début de tournoi, qui s’est avéré peu à la hauteur des attentes, était tout de même vu comme le grand favori dans cette rencontre. Or, la troupe de Heimir Hallgrimsson, dentiste à temps partiel, est venu choquer le monde du foot, parce qu’un soi-disant parfait inconnu à défier toutes les prédictions. Dès le départ, c’est Wayne Rooney qui s’est chargé de mener l’attaque pour les Anglais dès la 4e minute en marquant le premier but de la rencontre et cela s’annonçait comme étant le départ d’une longue rencontre à sens unique, dominée par la troupe de Roy Hodgson. Les choses se sont avérées bien différentes.

Pas moins d’une minute plus tard, ce fut au tour de Ragnar Sigurdsson d’inscrire son pays dans les anales du football européen sur une belle reprise de volée lors de la 6e minute de jeu. Suite à cette égalisation, nous avons eu droit à des Anglais beaucoup agressifs sur le ballon qui voulaient marquer avec des jeunes prodiges comme Raheem Sterling, ainsi que Dele Alli qui ont chacun obtenus plusieurs chances de marquer, le public sentait déjà le but arriver dans très peu de temps. Encore une fois, les pronostics furent déjoués. Ce fut au tour de Kolbeinn Sigthórsson de sceller le sort du capitaine Wayne Rooney et de son équipe, sur un tir précis qui passa sous le bras de Joe Hart. C’est ainsi à pareil date, il y a un an, que l’Islande remportait un match haut en couleurs par la marque de 2 à 1 et qui a donné lieu à l’un des plus beaux spectacles dans le monde soccer, grâce à des commentateurs qui avaient beaucoup sur le cœur :

Crédit vidéo : ボルボ 740

Crédit image : Taylorstrategy.com

Cliquez pour commenter

Répondre

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fondé en avril 2017, SurLeBanc.ca est un média sportif géré par des étudiants en communication qui souhaitent partager leur amour pour le sport par le biais d’articles, de productions radiophoniques et de reportages audiovisuels. Notre équipe prône une approche offrant davantage de visibilité aux sports en développement et aux athlètes à découvrir. Après tout, être près de l’action, c’est aussi de raconter des histoires, et ce, peu importe le parcours de l’individu!

Facebook

Copyright © 2015 Flex Mag Theme. Theme by MVP Themes, powered by Wordpress.

Retour en haut