Hockey

Quatre raisons expliquant la défaite des Sea Dogs

Les Sea Dogs de St-Johns ont entamé le tournoi de la Coupe Memorial du mauvais pied en s’inclinant par la marque de 3-2 aux mains des Spitfires de Windsor, l’équipe hôtesse du tournoi. Qu’est-ce qui a bien pu manquer à la troupe de Danny Flynn pour signer un premier gain dans la compétition ?

1. Un trop lent départ

Alors qu’on s’attendait à voir une équipe reposée et d’attaque pour entamer le tournoi, ayant prévalu de l’Armada Blainville-Boisbriand en quatre petites parties en finale de la Coupe du Président, c’est plutôt le contraire qui s’est produit.

En effet, l’équipe des Maritimes n’a lancé qu’à six reprises sur le filet adverse en première, période durant laquelle elle a vu son adversaire prendre les devants 1-0. Et disons qu’elle devait des remerciements à l’endroit de son gardien de but Callum Booth, décisif avec plusieurs arrêts-clés.

2. Un adversaire sous-estimé

Malgré que les Spitfires étaient en congé depuis plus d’un mois, après s’être fait montrer la porte de sortie dès le premier tour éliminatoire de l’OHL, ceux-ci n’ont démontré aucun complexe face à la meilleure formation du circuit Courteau cette saison. C’est tout le contraire pour les Sea Dogs qui, par moment, ont semblé prendre l’équipe adverse à la légère.

Une défense trop basse lors des attaques adverses et un jeu de transition difficile auront également coûté la victoire aux représentants québécois.

3. Des Spitfires reposés et revigorés

N’ayant aucun complexe, tel qu’expliqué plus haut, les Spitfires ont joué du hockey inspiré. L’avantage d’évoluer devant leurs partisans les a certainement aidé à élever leur niveau de jeu d’un cran et de surprendre les Sea Dogs.

Deux possibilités s’offraient également quant à l’impact qu’aurait ce mois de congé forcé par l’élimination de l’équipe : le rythme de l’équipe s’en verrait affecté ou, au contraire, le mois de repos leur permettrait de revenir en force. Il va sans dire que c’est la seconde possibilité qui est devenue réalité.

4. Un réveil tardif

Un peu à l’image de la première raison énumérée plus haut, les Sea Dogs ont mis du temps avant de se mettre en marche. Ce n’est qu’au troisième tiers, alors menés par trois buts, que St-Johns s’est finalement inscrit au tableau, marquant deux buts en moins de 30 secondes dans les cinq dernières minutes de la rencontre. Ils passèrent donc près de réaliser un petit miracle (à l’image des Ducks d’Anaheim), mais le temps a finalement manqué.

Il ne reste qu’à espérer que ce réveil tardif sera un prélude à la prochaine rencontre de nos représentants, qui affronteront les favoris du tournoi, soit les Otters d’Erie.

 

Cliquez pour commenter

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Surlebanc.ca, un média sportif hors du commun. Notre but : parler d'actualité, de conflits sociaux et d'enjeux culturels et même politiques que nous offre le sport!

Facebook

Copyright © 2015 Flex Mag Theme. Theme by MVP Themes, powered by Wordpress.

Retour en haut